Les médias et l’humanitaire, Rony Brauman et René Backmann

J’ai découvert cet ouvrage dans le cadre de recherches pour mon mémoire « Les ONG et la communication : éthique et efficacité » écrit en 2005. La communication des Organisations Non Gouvernementales, ou le fait de dépenser de l’argent pour en récolter – qui pour moi constitue le paradoxe de l’humanitaire -, m’a toujours intrigué. J’ai démarré mon étude sur le sujet du Darfour ; à mi-chemin de l’écriture, le mortel tsunami d’Asie de Noël 2004 a rajouté à cela l’évidence que, dans cette communication ainsi qu’au travers des médias, toutes les catastrophes humanitaires ne sont pas logées à la même enseigne. Les dons aux victimes du tsunami, trop nombreux, ont d’ailleurs fait l’objet de vives polémiques.Mes travaux sur ce sujet sensible m’ont permis de constater que l’humanitaire fait recette, et que, grâce à la mondialisation, les organisations humanitaires bénéficient de moyens médiatiques et de communication d’une ampleur encore jamais égalée, toujours plus professionnels. Les contextes d’intervention des ONG sont de moins en moins mis en avant, supplantés par la compassion et l’émotion, beaucoup plus « vendeuses. L’analyse divise, tandis que les épanchements rassemblent. Entre l’instrumentalisation des ONG par les politiques et les gouvernements, les liens parfois ambigus qu’elles tissent avec les entreprises et les médias, et plus généralement, la transformation d’une partie du secteur associatif humanitaire en de grandes structures organisées à la manière de sociétés privées, il y a de quoi en perdre son latin… ou son éthique. 

Le sous-titre du livre présenté ici est « Ethique de l’information ou charité-spectacle ». Rony Brauman, qui a présidé Médecins Sans Frontières (1982-1994) et René Backmann, journaliste au Nouvel Obs, également engagé chez MSF, signent chacun un texte sur les dangers et les apports de la médiatisation des situations d’extrême urgence humanitaire : « La pitié dangereuse », par Brauman, et « La plume dans la plaie », par Backmann, qui dresse aussi un état des lieux comparant crises médiatisées et crises cachées. Tous deux déplorent « la substitution récurrente de l’émotion à l’explication, de l’explication à la compassion, de la pitié à l’exigence de justice, de la communication à l’information, de la sensation au sens. ». A méditer.

Publicités

5 réflexions sur “Les médias et l’humanitaire, Rony Brauman et René Backmann

  1. Il est indisponible sur les sites marchands… le meilleur endroit où mettre la main dessus est sûrement les bibliothèques, notamment celles des grandes villes qui ont des bases de données. Je l’avais acheté en 2005 pour écrire mon mémoire, et déjà à l’époque j’avais du le commander à la Fnac, il avait mis environ un mois à arriver…

    J'aime

  2. Je vais essayer le prêt entre bibliothèques. Ce livre m’a l’air super intéressant et !indispensable pour la réalisation de mon mémoire! Bizarre qu’il ne soit plus édité.
    Bref, Merci pour ta réponse 😉

    J'aime

  3. bonjour sophielit, voila je m’intéresse beaucoup à tout ce qui touche de pres ou de loin à l’humanitaire. je fais des études de sociologie et je voulais savoir si tu me permetterais de lire ton mémoire. Je me permet de te demander cela sans aucune arrieres pensées, c’est seulement afin d’avoir un peu plus de connaissances néanmoins, si cela te gène, je comprendrais.
    en tout les cas super commentaire sur cet ouvrage!!

    J'aime

  4. Bonsoir Sophie
    Je fais des études en Relations Internationales à Genève, en Suisse et je t’écris car je suis en plein travail de Bachelor (travail de mémoire) et je suis tombée après quelques recherches sur ton site.
    Ca fait maintenant 4ans que tu as posté cela, mais je voulais savoir si je pouvais consulter ton mémoire, ça m’intéresserait beaucoup de voir ce que tu as traité.
    D’autant plus que je suis à la recherche du livre de Rony Brauman et René Backmann qui me semble juste parfait et essentiel pour mon thème, mais impossible de mettre la main dessus. Et comme j’ai vu que tu en parlais, je serai vraiment intéressée à lire ton mémoire si tu le permets.
    Mais je comprendrais tout à fait que tu ne veuilles pas partager.
    Belle fin de soirée.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s