On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans, Barbara Samson

C’est le début de Roman, le fameux poème de Rimbaud ; c’est aussi un témoignage, celui de Barbara, contaminée à 17 ans par le virus du sida. Barbara arrive en centre de repos, parce qu’elle est en conflit avec sa famille, et qu’elle ne s’alimente pas. Elle y tombe amoureuse d’Antony. C’est sa première fois à elle, et lui est séropositif mais ne lui dit pas. La naïve Barbara vit une passion destructrice contre laquelle, a priori, elle ne peut rien. Surtout, elle traverse avec ce poids du virus cette période où elle devrait se reconstruire, se construire tout court. « C’est peut-être cela que l’on cherche toute sa vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible, pour devenir soi-même avant de mourir ». Cette phrase de Céline ouvre le livre.
Cette histoire, écrite en collaboration avec Marie-Thérèse Cuny, est simple et bouleversante.

Publicités

Une réflexion sur “On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans, Barbara Samson

  1. Je n’ai pas vraiment aimé le style de l’écriture, on a l’impression que l’auteur avait hâte d’en finir avec ce livre (ce qui peut se comprendre) et du coup on a très vite envie de finir de le lire mais pas parce qu’on a hâte de connaitre la fin (je ne sais pas si c’est très clair ce que j’écris).

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s