Harmattan, le vent des fous, Christian Cailleaux

Aujourd’hui, une petite bande dessinée de rien du tout…
Un jeune newyorkais pauvre convainc un concitoyen, cadre dynamique, de l’aider à récupérer un trésor qui l’attend depuis trois cents ans en Afrique.
Cette BD en noir et blanc est la rencontre de l’ombre et de la lumière. Les images jouent sur les contrastes, alternant le gris de New-York dans la première partie et la lumière de l’Afrique dans la seconde, les émotions et la violence, les cheveux blonds et les cheveux noirs.
Elle se lit très vite, comme une brève nouvelle illustrée.
Le blog de l’auteur ici.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s