L’immeuble d’en face, Vanyda

Dans l’immeuble d’en face, il y a trois appartements, un à chaque étage. Un couple avec son chien, une mère célibataire enceinte de son deuxième enfant, et, tout en haut, un couple d’étudiants.

C’est un petit immeuble, alors les gens se croisent, se parlent, s’entraident. Ca se passe dans la métropole lilloise, mais cela pourrait aussi bien être n’importe où ailleurs – juste en face de chez vous.
Les jeunes, Claire et Louis, organisent des soirées dans leur appartement, sortent aussi. Rémi, le fils de 4 ans de Béatrice, la mère célibataire, va souvent jouer chez eux. Le troisième foyer ne semble plus réuni que par l’amour des dogues allemands, et Béatrice (qui a accouché dans le tome 2 d’une petite fille), d’ailleurs, ne laisse pas le mari indifférent.
Au fil des pages, leurs histoires se mélangent pour n’en faire plus qu’une, celle de l’immeuble, qui laisse de temps en temps le monde extérieur interférer dans son quotidien. Certes, dans la vraie vie tout ne serait pas aussi simple, mais on a vraiment envie de croire à cette réalité là.
La jeune Vanyda croque à la façon d’un manga nippon ces héros ordinaires très attachants. Une forme de chronique sociale dont on attend le troisième tome avec impatience.

Publicités

Une réflexion sur “L’immeuble d’en face, Vanyda

  1. Pingback: L’immeuble d’en face, Vanyda | le mog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s