Le joueur d’échecs, Stefan Zweig

Ce roman est si court que certains considèrent qu’il s’agit d’une nouvelle.

Avec une construction parfaitement maitrisée, il met en scène deux joueurs d’échecs qui vont s’affronter en mer, à bord d’un paquebot à destination de l’Argentine. Il y a le champion en titre, dont la réputation – mondiale – n’est plus à faire, et le challenger, un Autrichien qui n’a jamais joué mais à profité de son incarcération pendant la répression nazie pour apprendre tactiques et stratégies de ce jeu grâce au seul livre à sa disposition – un manuel d’échecs. Ce dernier, averti de la présence du premier, fait en sorte d’attirer son attention en battant d’abord d’autres joueurs présents sur le navire.

Le challenger a étudié chacune des parties qui figuraient dans son livre ; il les connaît par cœur. Cette connaissance va lui permettre d’affronter le champion du monde. Mais la schizophrénie à laquelle était en proie l’Autrichien dans sa geôle le guette à nouveau, réveillée par les parties d’échecs…

Ce roman publié en 1943, l’année qui suivit la mort de Stefan Zweig, est du grand art, à l’intrigue finement ciselée.
Et encore meilleur si on le déguste en allemand.

Publicités

2 réflexions sur “Le joueur d’échecs, Stefan Zweig

  1. Grand livre en effet, très intelligent, qui parle à la fois des échecs mais aussi de la folie et de la barbarie nazie. Du grand art, d’autant que le style est simple tout en étant riche. En allemand, par contre, ça me serait difficile…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s