Fakirs, Antonin Varenne

Voici un roman encore plus noir que sa couverture.
Entre Paris et la Corrèze, on plonge dans un univers glauque, sale, torturé.
Les personnages sont marginaux – et quand ils ne le sont pas, ils sont seuls. Tous. Ils ne sont pas attachants, on les veut même le plus loin possible de soi.

Mais l’intrigue est fascinante. Les ficelles de ce polar sont invisibles à l’œil nu, les destinées s’imbriquent à merveille.

Et puis surtout, il y a l’écriture d’Antonin Varenne. Une espèce de familiarité qui autorise l’humour – le sarcasme. Et qui fait que l’on n’est pas si mal, finalement, dans cet univers nocturne, souterrain et masqué.
La plume et le sens de l’intrigue, ne sont-ce pas là les qualités que l’on attend d’un auteur de policiers ?

Publicités

2 réflexions sur “Fakirs, Antonin Varenne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s