Le Touriste, Olen Steinhauer

Le « Touriste », c’est l’espion Milo Weaver, en 2001, au moment de l’attaque des tours jumelles. Il est alors à Venise, avec une collègue, sur la piste d’un russe douteux. Il trouve le russe, et aussi une femme enceinte, prête à accoucher.Six ans plus tard, Milo est devenu cadre au siège de la CIA. Il vit à Brooklyn avec sa femme Tina et leur fille Stephanie.
C’est alors que son passé le rattrape, lorsque sa collègue de l’époque est soupçonnée de trahison et que le Tigre, tueur que Milo a poursuivi des années durant, se rappelle à son bon souvenir. Milo est contraint de reprendre du service. On n’oublie jamais complètement qu’on a été Touriste, c’est-à-dire agent ultra secret (puisque la CIA cache à toutes les autres administrations l’existence de cette part de son activité) ; les réflexes sont là, qui ne demandent qu’à être réveillés.
Le périple de Milo le mènera à Paris, à Genève, à Francfort.

Ce roman regorge de détails, de rebondissements, de traîtres et de surprises. Les ficelles sont fines, le suspens haletant du début à la fin. Fausses identités, accointances, défiance et artifices…

Je suis entrée immédiatement dans l’univers proposé par Olen Steinhauer, ses personnages plus vrais que nature, attachants à souhaits, ce mélange entre vie quotidienne et stratégie internationale, cette traque à un rythme effréné par delà les continents -et ce Tourisme tellement plausible qu’on en vient à douter.

Exception faite de la trop grande propension du traducteur à utiliser « avoir été » en lieu et place d’ « être allé », j’ai également aimé l’écriture, accessible mais pas naïve, les dialogues justes et les descriptions diablement efficaces.Au final, ce polar est un puzzle dont le lecteur assemble les pièces avec un ravissement d’autant plus grand que son auteur ne le prend pas pour un idiot. Cette subtilité garantit la satisfaction.

Olen Steinhauer est encensé par la critique, qui le rapproche de Robert Littell ou John Le Carré. « Le Touriste » sera prochainement porté à l’écran avec George Clooney dans le rôle titre. Un extrait est disponible ici.

Et coup de cœur, je tenais à le signaler, pour l’objet que constitue ce livre : extérieur comme intérieur, c’est un plaisir à la vue et au toucher. Une fois n’est pas coutume, un peu de pub pour les Editions Liana Lévi, à qui l’on doit l’objet.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s