Mauvaise fille, Justine Lévy

Après Rien de grave, impossible de manquer le nouveau Justine Lévy. On l’a vu partout cette rentrée, il était même dans la première sélection pour le Goncourt

Sa filiation et ses anciennes amours ne doivent pas être étrangères à tout cela. Cela dit, et bien que l’on retrouve complètement la « patte » Justine Lévy, cet opus se révèle plus agréable à lire que le précédent.

 

On est en présence des mêmes personnages. Louise/Justine, abandonnée pour une future première dame dans Rien de grave, subissant un avortement, son nouvel amoureux Pablo. Ici, Louise est enceinte, et au même moment le cancer de sa mère reprend de plus belle. Elle mourra avant d’avoir vu naître sa petite-fille – peut-être même avant d’avoir appris que sa fille était enceinte.

Cet étrange concours de circonstance provoque une tempête intérieure chez Louise. Se peut-il qu’il ne doive y avoir qu’une mère à la fois ? Etait-il inéluctable que sa mère parte pour que sa fille voie le jour ? S’y mêle un mélange d’amour et de rejet pour l’enfant qu’elle porte.

 

Le tout se lit très vite. J’ai pour ma part préféré les questionnements sur le rapport de Louise à sa fille que sur celui de Louise à sa mère… mais tout est lié de façon inextricable. Et ce roman est une suite qui peut s’appréhender de façon déconnectée avec l’ouvrage précédent.

Bref, on a fait plus gai, mais, pour le plaisir de se laisser emporter dans ses phrases à rallonges ou ses dialogues ciselés, cela vaut le coup de lire la prose de cette Mauvaise fille.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s