Lila, être esclave en France et en mourir, Dominique Torres et Jean-Marie Pontaut

Sur la promesse d’un avenir idéal – une bonne éducation pour elle, de l’argent pour sa famille -, Lila, jeune Malgache de 14 ans, part en France. Elle en reviendra 4 ans plus tard pour mourir auprès des siens, sans avoir jamais été payée ni scolarisée.

Exploitée, mais aussi battue et violée, Lila a connu l’enfer. Mais un enfer invisible en pays riche, dans un foyer au-dessus de tous soupçons.

 

Ce témoignage est écrit de façon efficace par deux journalistes – elle, grand reporter à France Télévisions et réalisatrice de documentaires (dont 4 sur l’esclavagisme moderne), et lui, rédacteur en chef à L’Express. Dominique Torres a créé en 1994 le Comité contre l’esclavage moderne.

Il n’est pas question ici de juger le style – d’ailleurs le ton rappelle la voix off d’un documentaire télé. La forme du témoignage disparaît derrière le propos.

 

Seulement voilà, les employeurs de Lila, mis en examen, ont vu l’enquête classée. Il y a autant de bonnes volontés pour faire avancer le dossier de Lila que de mauvaises pour le ralentir ou tenter de le faire oublier. Et pendant ce temps, les années passent

Les auteurs ne se contentent pas de raconter, ils ont enquêté. Ce livre devient une pièce de plus au dossier. Mais les zones d’ombres restent nombreuses, et sont autant de frustrations pour le lecteur, qui s’attend à davantage d’explications. Du calvaire quotidien de Lila, on ne saura rien, on ne pourra que deviner, imaginer à partir des témoignages recueillis.

Mais c’est un détail.

 

Ce qui compte, c’est que livre donne une insupportable nausée, persistante, de savoir que ce drame s’est produit et continuera de se produire pour de nombreuses autres Lila. Il révolte et donne envie de jeter un coup d’œil au travers des fenêtres éclairées des riches foyers, pour vérifier en cuisine qu’il n’y a pas quelqu’un à sauver tant qu’il en est encore temps… Le proverbe juif dit que « celui qui sauve un homme sauve l’humanité entière ». Alors, si ce livre peut servir à quelque chose

2 réflexions sur “Lila, être esclave en France et en mourir, Dominique Torres et Jean-Marie Pontaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s