ELLE et ses jurées ont tenu Salon

Vendredi dernier, ELLE accueillait une partie des ses jurées pour des rencontres privilégiées avec plusieurs auteurs du cru 2010. Ca se passait dans la mezzanine du parc des expositions porte de Versailles, à l’abri du brouhaha du Salon du Livre.

 

J’ai d’abord bu un café à la table d’Eric Fottorino, qui a parlé de ses doutes sur l’intérêt que pouvait avoir L’homme qui m’aimait tout bas au-delà de son cercle familial. Il s’en est écoulé 70.000 exemplaires. Après ce vibrant hommage rendu à son père adoptif, écrit en un mois Eric Fottorino travaille avec son père biologique, le juif Maurice, qu’il questionne chaque soir. « Je suis analphabète en juif », confit-t-il.

 

Antonin Varenne fait partie de ces chanceux écrivains qui vivent de leur plume. Fakirs, il l’a écrit deux fois. Il ne fait pas de plan, il se lance en ayant en tête le début, la fin, et des idées de destins pour ses personnages – qui ensuite prennent leur autonomie et dictent leur loi. Quelques scènes clés, aussi, comme le suicide, la torture. « Je me focalise sur les thèmes plutôt que sur l’intrigue », explique-t-il.

Pour Fakirs, il avait cet objectif (atteint !) que les morts ne soient pas gratuites. Antonin Varenne prépare actuellement un ouvrage basé sur les souvenirs de la guerre d’Algérie de son père, appelé en 57.

 

De la timide Camille de Villeneuve, j’ai appris qu’il lui avait fallu 2 ans ½ pour écrire Les insomniaques, avec une rigueur qu’elle-même qualifie de scolaire : panneaux par parties, fiches pour les personnages, plan comportant plus de détails qu’il n’y en a au final dans le roman. « Mais un livre s’écrit en beaucoup plus de temps. Pendant des années, j’ai cherché, et il y a un moment où ça prend forme. »

 

Sur les tables, il y a des petits fours sucrés. Véronique Ovaldé compare Ce que je sais de Vera Candida à « un macaron avec dedans un truc un peu acide ». Comme s’il avait fallu placer cette histoire difficile dans un décor un peu fantaisiste pour faire passer la pilule. Et chose incroyable, elle n’a jamais mis les pieds en Amérique latine, où elle imagine pourtant qu’elle serait comme chez elle. Véronique Ovaldé a mis une année pour écrire Vera Candida ; et à la première lecture, son éditrice lui a dit, froidement : « Ca va faire un carton ». Elle ne s’est pas trompée.

 

La très belle Sarah Kaminsky, sur le visage de laquelle on s’amuse à retrouver les traits de son père, a commencé à écrire Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire à la troisième du singulier. « Et puis j’ai arrêté. Ce n’était pas possible. J’avais l’impression d’écrire la nécrologie de mon père ». Le je s’est donc imposé pour ce témoignage qu’elle aura mis des années à convaincre son père de réaliser. L’intéressé a relu sa fille chapitre après chapitre, et se prête aujourd’hui au jeu de lectures publiques.

 

Avec Hélène Castel, nous avons parlé identité (« quelque chose de si profondément essentiel ») et importance de la parole : « Lors de ma confrontation avec le juge, cela a été une expérience pour moi que de découvrir que tout repose sur la parole. Ou, si ce n’est pas tout, beaucoup de choses. » Depuis la sortie de Retour d’exil d’une femme recherchée, Hélène Castel a créé La parole est à l’accusé, une association qui a pour objectif d’entrer dans les prisons et de permettre à chacun de trouver ses mots.

 

Etaient présents également Dominique Torres et Jean-Marie Pontaut, auteurs de Lila, être esclave en France et en mourir, mais (pas envie de replonger dans cette histoire sordide ? pas d’intérêt pour le travail, ici davantage journalistique que littéraire ?) je ne suis pas allée les voir.

 

Et puis, Gérard Garouste, personnage s’il en est, est passé avec Judith Perrignon. Il s’est confié à elle pendant un an (« des bavardages », dit-elle), puis elle a écrit pendant quatre mois ce qui allait devenir L’intranquille. « Je lis beaucoup, mais toujours la même chose », indique l’artiste. « Et si j’avais pu choisir entre tous les arts, j’aurais été musicien. » Nous ne sommes pas mécontents qu’il n’ait pas eu à choisir

 

Et l’après-midi s’achève. Je n’ai pas vu l’heure passer, il fait bientôt nuit dehors. Je repars ravie, avec en poche les cordonnées de plusieurs jurées, et aussi de trois auteurs qui ont acceptés d’être interviewés pour le blog

Publicités

3 réflexions sur “ELLE et ses jurées ont tenu Salon

  1. Moi aussi j’y étais ! dommage on ne s’est pas parlées (ou pas à ma connaissance !) par contre j’ai discuté avec Sandra du blog in the mood for cinema… A bientôt !

    J'aime

  2. Une très belle expérience s’achève.Merci aux auteurs pour ce très riche après-midi au salon du livre.Merci à Jacqueline Gérard et ses collaboratrices de ELLE d’avoir permis cette rencontre entre les écrivains et les jurées qui s’est déroulée dans une grande convivialité et avec beaucoup de naturel

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s