Le traducteur amoureux, Jacques Gélat

Prix Orange du Livre 2010

Dans ce court roman, un traducteur prend la parole. Que connaît-on, finalement, de ce métier ? Qu’apporte le traducteur à un texte ? Comment retranscrit-il au plus fidèlement les émotions que l’auteur a voulu faire passer dans la version originale ?

 

Le narrateur du « Traducteur amoureux » traduit des ouvrages du japonais. Et, grâce aux petits arrangements qu’il s’autorise, il permet à Mégumi Kobayachi de connaître le succès : son roman « Journées d’automne » est un best-seller en France, Mégumi est conviée à toutes les manifestations.

Comme Mégumi ne parle que peu le français, le narrateur est tranquille : elle ne saura rien du rôle, à peine conscient d’ailleurs, de son traducteur dans sa gloire.

Mais alors que le narrateur a refusé de traduire le roman suivant de la Japonaise, « Matins de Tokyo » – qui du coup fait un flop -, il tombe amoureux de l’auteur. Et les choses commencent à mal tourner…

Ce roman entraînant est jouissif.

Digressions autour du langage et du verbe, broderie sur l’état amoureux et l’amour dans tous ses états, « tours et détours » (annonce la quatrième de couverture) de Paris à Tours et les châteaux qui l’entourent… Voilà qui plaira à tous les amoureux de la langue française.

L’auteur s’amuse et nous emmène avec lui, avec sensibilité, humour et justesse.

 Le rythme enlevé et l’enthousiasme présent dans ses pages font de ce texte un génial moment de lecture – ce n’est pas par hasard qu’il faisait partie des cinq finalistes du Prix Orange du Livre 2010 choisis par le jury avant d’être plébiscité par les internautes.

Dommage cependant que de nombreuses fautes, notamment dans la deuxième moitié de l’ouvrage, soient venues gâcher (un peu) mon plaisir ; et cela est d’autant plus regrettable pour un roman qui évoque, du début à la fin, l’art d’écrire… [il semblerait cependant que le deuxième tirage de l’ouvrage rende ma remarque nulle, de source très officielle].

Ce roman a été couronné par le Prix Orange du Livre 2010, remis hier soir à la BnF, site François Mitterrand.

Publicités

4 réflexions sur “Le traducteur amoureux, Jacques Gélat

  1. Pingback: Remise du Prix Orange du Livre 2010 | Sophielit

  2. Pingback: Cet été, soyons légers | Sophielit

  3. Pingback: La délicatesse, David Foenkinos | Sophielit

  4. Qui aime bien châtie bien, dit-on … Aussi, après être tombé sous le charme de « la couleur inconnue », je suis un peu déçu par ce « traducteur amoureux ». Un peu déçu seulement, c’est un bon livre, mais il n’a pas la puissance de l’autre, ni sa fluidité. J’ai même trouvé le style quelque peu négligé et contrairement à Mégumi, l’auteur n’a pas dû passer beaucoup de temps à la relecture comme en atteste le nombre de fautes d’ orthographe. Négligence coupable de la part de ce bon écrivain.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s