Cet été, soyons légers

Oui, été rime aussi avec légèreté. Celle dont il s’agit ici ne concerne pas nécessairement le contenu des romans, mais, plus prosaïquement, leur format – poche ou poids plume.

Pour la peine, il y a deux fois plus de titres dans cette sélection que dans la précédente. Ben oui, parce que les petits bouquins, ça se lit plus vite !

.

.

Indice de protection 15

Des romans courts, mais pas trop quand même

Chouquette, Emilie Frèche

Fakirs, Antonin Varenne

Le traducteur amoureux, Jacques Gélat – Prix Orange du Livre 2010

Zola Jackson, Gilles Leroy

 

.

Indice de protection 20

Pas besoin d’être un pavé ni de situer l’intriguer à l’autre bout du monde pour provoquer l’évasion

Paris-Brest, Tanguy Viel

Un joueur de poker, Jean-Sébastien Hongre

Quand nous serons heureux, Carole Fives – Prix Technikart 2009

L’homme de profil même de face, Charly Delwart

.

Indice de protection 30

Petits par le format, grands par la portée

84, Charing Cross Road, Helene Hanff

Amphitryon 38, Jean Giraudoux

Affaires étrangères, Jean-Marc Roberts – Prix Renaudot 1979

Vie et mort de la jeune fille blonde, Philippe Jaenada

.

Indice de protection 40

Des petits formats pour beaucoup de plaisir

Coup de Fourchette, Nicolas d’Estienne d’Orves

Myrtille, Hugo Lamarck

Le joueur d’échecs, Stefan Zweig

La belle mauve, Teodoro Gilabert

.

Indice de protection 50

Des textes courts plus forts que certains longs

Unisexe, Tania de Montaigne

Dans ma peau, Guillaume de Fonclare – Prix Essai France Télévisions 2010

De naissance, Mercedes Deambrosis

Le sumo qui ne pouvait pas grossir, Eric-Emmanuel Schmitt

.

.

Alors ? Que mettez-vous dans la valise ?

Publicités

4 réflexions sur “Cet été, soyons légers

  1. j’ai aimé le « Paris-Brest » de Tanguy Viel, normal je suis Brestoise…
    Une belle histoire qui reflète bien l’ambiance particulière de cette cité.
    Les livres au poids, pas mal comme idée pour l’été

    J'aime

  2. merci pour cette sélection originale (au poids !) que je vais suivre puisque j’avais déjà lu deux des livres et j’ai adoré (donc sélection pertinente)

    le sumo qui ne pouvait pas grossir : un livre apaisant et serein
    Myrtille : un roman d’une poésie rare qui vous réconcilie avec l’amour

    si les autres sont aussi remarquables je vais passer un bel été

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s