Influenza, les lumières de Géhenne, Eric Marchal

Replaçons d’abord ce roman dans son contexte. Ecrit par Éric Marchal, « Les lumières de Géhenne » est, après « Les ombres du ciel », le tome II d’Influenza, récompensé par le Prix Carrefour du Premier roman 2009 dont j’étais jurée. Autant dire que la sortie de la suite était attendue !

.

Présentation :

1943. Depuis deux ans, Alex Beaumont s’est retiré sur l’île de Wight, où il exerce la médecine. Shanghai n’est plus qu’un souvenir, Isaure d’Argreen et la LCS, des fantômes. Kathleen a renoué avec lui des liens amoureux et projette des fiançailles vers lesquelles il avance à reculons. Mais son passé va le rattraper dans les couloirs du Haymarket Theatre de Londres sous une forme inattendue. La traque de la vérité sur la mort de son père et la recherche des souches du virus de 1918 reprennent. De l’île de Wight au cœur du troisième Reich, où la machine de guerre allemande prépare en grand secret une nouvelle grippe espagnole, Alex se jette à corps perdu dans sa bataille, au risque de voir s’ouvrir la boîte de Pandore.  

Seconde et dernière partie du roman Influenza, Les lumières de Géhenne emmènent le lecteur dans une course poursuite au milieu de l’Histoire en marche, et dresse un tableau très réaliste du quotidien dans l’Europe en guerre.

 

Le deuxième tome est un exercice compliqué, quand l’écriture de la seconde partie intervient alors que sort la première. Parce qu’il y a les échanges avec les lecteurs, qu’il s’agira de ne pas décevoir avec la suite, parce qu’il peut y avoir le succès aussi. C’est le cas d’Influenza, avec la remise à l’automne dernier du Prix Carrefour du Premier roman. Je faisais partie du jury, j’ai aimé ce roman, félicité son auteur, placé de grandes attentes dans la suite.

Celle-ci est à la hauteur : si l’on perd peut-être un peu en force (parce qu’on n’est pas face à l’inconnu, parce qu’on a effectivement attendu cette suite pendant un an), on retrouve avec délice le style très romanesque d’Eric Marchal, et sa capacité formidable à mêler action et émotion, Histoire et destins individuels. Les rebondissements ne cessent pas, tenant en haleine le lecteur du début jusqu’à la fin, et ce malgré la dureté – l’horreur, parfois – des sujets abordés.

Je ne reviens pas ici sur les années de recherche qui ont été nécessaires à l’auteur pour parvenir à l’écriture de ce roman : ce qui compte, c’est qu’il ait fait siennes ces périodes de l’Histoire, ne pouvant ainsi décevoir les amateurs de précisions en la matière, et les ait mises au service d’une intrigue entrainante.

Un deuxième coup de chapeau, donc, à Eric Marchal.

.

Et, tandis que le Prix Carrefour du Premier roman 2010 se prépare, Eric répondra demain aux questions du blog.

Publicités

3 réflexions sur “Influenza, les lumières de Géhenne, Eric Marchal

  1. Pingback: Influenza – les ombres du ciel d’Eric Marchal, tomes 1 et 2 « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Pingback: 5 questions à Eric Marchal | Sophielit

  3. Pingback: Le soleil sous la soie, Eric Marchal | Sophielit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s