Cabine commune, Delphine Bertholon

J’ai découvert ce petit livre au mini prix (moins de 5 euros en poche) alors que je lisais « L’effet larsen », troisième roman de Delphine Bertholon. Celui-ci est son premier, et Rosa, la chaleureuse libraire de la Librairie des Orgues (82, Avenue de Flandre à Paris 19ème) qui accompagnait ce jour-là Delphine Bertholon, l’a présenté comme « un bonbon ».

.

C’est vrai qu’il renferme un contenu sucré, pétillant, féminin (sans compter que la couverture du poche est illustrée par Margaux Motin). Voyez plutôt : Delphine, en fait, a exercé le métier de vendeuse dans une boutique de luxe entre autres jobs d’appoint. Dans la boutique, les cabines sont communes. Chaque fois qu’elle entendait une parole trop extravagante pour être vraie, elle courrait la noter.

Le résultat est ce petit recueil de saynètes, galerie de personnages majoritairement féminins tous plus drôles les uns que les autres. Particularité : il n’y a que des dialogues, ce qui fait davantage travailler l’imagination, et rend les situations encore plus cocasses.

.

Rien ne saura mieux vous donner envie de succomber que des extraits ; voici donc quelques morceaux choisis :

.

– Cette jupette, vous ne la feriez pas chez les enfants ? En six ans ?

– Je ne pense pas, madame. L’imprimé léopard, c’est un peu sexy pour une petite fille, non… ?

– Quel dommage ! J’adore quand on joue aux jumelles !

.

– Bonjour, je cherche une robe. Je veux être HYPER HYPER sexy.

– C’est pour une occasion particulière ?

– Le mariage de mon ex.

(page 76)

.

– Ce modèle n’existe qu’en noir et en blanc, n’est-ce pas ?

– Oui madame.

– Il n’y a pas d’autres coloris ?

– Non… donc.

– En bleu non plus ?

– Non plus.

– Hummm… En rose ?

(page 80)

.

– Vous n’auriez pas un autre 36 ?

– Vous le voulez en double ?

– Non, mais ce gros machin, là…

– C’est l’antivol, madame… Ils vont vous l’enlever à la caisse, vous savez.

(page 82)

.

– La robe de l’affiche, où est-elle ?

– Ici, madame. Juste en dessous.

– Où ça ?

– Là. Devant vous.

– Non, ce n’est pas la même. Sur l’affiche, elle est orange. Celle-ci est rouge.

– C’est la lumière. La photo a été prise lors du défilé. Les flashs et les spots ont faussé la couleur.

– Qu’est-ce que vous me racontez ? Où est cette robe ?

– C’est celle-ci, je vous dis ! Il n’y en a pas d’autre.

– Ne me prenez pas pour une imbécile. Je vois bien que ce n’est pas la même. Si vous ne l’avez plus, il suffit de me le dire.

– Madame, c’est celle-ci, je vous le certifie. Pourquoi vous mentirais-je ?!

– Je vais demander à quelqu’un d’autre. Vous êtes incompétente.

(pages 69-70)

Publicités

8 réflexions sur “Cabine commune, Delphine Bertholon

  1. Pingback: Cabine commune de Delphine Bertholon « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Pingback: L’effet larsen, Delphine Bertholon | Sophielit

  3. Pingback: 5 questions à Delphine Bertholon | Sophielit

  4. Pingback: Pourquoi écrivez-vous, Delphine Bertholon ? | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s