Le grand frère, Salim Bachi

Le Grand frère et Rachid forment un improbable duo qui erre dans le quartier de Saint-Michel. Lorsqu’ils troquent leurs baskets pour des chaussures de ville, les flics ne les arrêtent plus. Le Grand frère a combattu deux ans en Bosnie. Il a toujours une arme sur lui.

Le Grand frère est un donneur de leçon, qui tente comme il peut d’inculquer les rudiments d’une culture littéraire à Rachid, élevé au langage SMS. Il lui donne aussi des leçons de vie – mais du maître ou de l’esclave, le plus malin ne sera pas forcément celui qu’on croit.

.

Indépendamment de sa longueur, ce texte (court comme tous ceux de Moteur) se lit très vite, car il est très dialogué. Le langage utilisé, oral, brutal, rajoute à la crudité – et à la cruauté – des scènes. Car si c’est bien une affaire de psychologie qui se joue en arrière-plan, avec les rapports malsains qu’entretiennent Rachid et le Grand frère, il est surtout ici question de violence, d’un cambriolage qui constitue le clou de cette nouvelle. Une scène en particulier m’a forcée à détourner les yeux de la page, ce qui ne m’arrive qu’exceptionnellement.

Heureusement, la fin rétablit une sorte de justesse (de justice !).

.

Même si j’ai moyennement aimé les enseignements prodigués par le Grand frère, parce qu’ils sonnent comme autant de leçons de l’auteur à l’adresse de son lecteur, j’ai apprécié cette histoire courte qui fait l’effet d’une claque. Et qui a été l’occasion de découvrir la plume de Salim Bachi, auteur plusieurs fois primé (notamment Prix Goncourt du Premier roman en 2001 pour « Le Chien d’Ulysse »).

Publicités

3 réflexions sur “Le grand frère, Salim Bachi

  1. bonjour,
    merci pour cette présentation du grand frère ». Salim Bachi est à coup sûr un auteur à suivre, et j’ai beaucoup apprécié « les silences de Mahomet », un récit bien documenté, et qui donne la voix à différents protagonistes, pour que le lecteur se fasse sa propre idée

    http://grain-de-sel.cultureforum.net/afrique-et-moyen-orient-f29/salim-bachi-algerie-t6209.htm?highlight=bachi.

    tout le contraire d’un catéchisme, donc 😉

    J'aime

  2. Pingback: Le grand frère de Salim Bachi « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  3. Pingback: Paris Noir | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s