Paris Noir

« Paris Noir » inaugure la collection « Noir » de la toute jeune maison d’édition Asphalte éditions. Suivront Los Angeles, Londres, Brooklyn, Rome, New Delhi et Mexico.

Mais commencer par Paris et mettre en lumière ce que Paname a de plus sombre, voilà un beau défi.

Il est ici relevé haut la main par douze plumes aussi variées qu’enthousiasmantes, qui s’attaquent chacune à un quartier de la capitale. C’est aussi une variation en douze teintes de noir, avec plus ou moins de violence – physique, psychologique -, de drames, de sang. Chacun a son idée du noir et de sa déclinaison dans la littérature.

.

Démonstration en douze temps :

« Le Chauffeur » de Marc Villard ouvre en fanfare ce recueil avec une plongée dans le milieu de la prostitution du côté des Halles, dans un style aussi direct qu’un uppercut.

Chantal Pelletier propose un « Chinois » pris au piège dans le quartier de Belleville-Ménilmontant, une des ces histoires bien cachées derrière les façades des immeubles gris.

Suit « Le Grand frère », nouvelle de Salim Bachi située dans le quartier latin que j’ai lue par ailleurs – mais ici en version un peu plus courte, qui se termine plus tôt, et qui démontre que quelques pages de plus (ou de moins) peuvent tout changer à l’affaire et à notre regard.

« Berthet s’en va » (signé Jérôme Leroy) est un réjouissant aperçu de l’envers du décor des relations entre les politiques et la presse, pour des scènes très visuelles dont les environs de la Gare du Nord sont le théâtre.

A Daumesnil, Laurent Martin dépeint une intrigue toute en finesse – « Comme une tragédie », avec la cohésion brutale du passé et du présent sur fond de petits trafics.

Le « Noël » de Christophe Mercier sur les Grands Boulevards aurait pu s’appeler Magouilles et compagnie – la glauquissime guirlande clignotante en vitrine d’un bar désert en prime.

Le Marais de Jean-Bernard Pouy (« La vengeance des loufiats ») est le point de départ d’une enquête jubilatoire dans l’esprit des textes à l’ironie grinçante de Roald Dahl ou Woody Allen. Une excellente performance, donc.

Dominique Mainard offre une « Vie en rose » faite de monologues et de retours en arrière, après que le corps d’une jeune femme ait été découvert dans le Parc de Belleville.

Didier Daeninck nous entraîne « Rue des Degrés », la plus petite rue de Paris, quartier de Montorgueil, sur les traces d’une quête au scoop qui peut mener à la mort.

Patrick Pécherot joue avec la « Mémoire morte » de son héros déboussolé du côté des Batignolles.

« Précieuse », de DOA, démarre au commissariat. Il y sera question de filles de l’Est, de bars à Bastille et Oberkampf, et – pour le bonheur du lecteur – de cette humour final qui, selon moi, fait l’art de la nouvelle.

Dans « No comprendo l’étranger », Hervé Prudon nous emmène Rue de la Santé dans une ballade qui vire à la folie.

. 

Pour résumer ? Rien de connu, rien de déjà lu (à part, peut-être, chez Antonin Varenne), que du surprenant, et un regard – douze regards ! – franchement décalés sur Paris.

. 

Mon top 4 :

  1. « La vengeance des loufiats », Jean-Bernard Pouy
  2. « Berthet s’en va », Jérôme Leroy
  3. « Rue des Degrés », Didier Daeninck [je sais, certains ont été déçus – moi non]
  4. « Précieuse », DOA

 

En début d’ouvrage figurent deux intéressantes préfaces, l’une destinée au lecteur français, l’autre au lecteur américain, toutes deux signées d’Aurélien Masson qui a composé le recueil – et qui dirige par ailleurs la Série Noire chez Gallimard. Elles nous en disent un peu plus sur la genèse de ce « Paris Noir », et, sinon sur les différences de cultures entre nos cousins d’Amérique et nous, sur les perceptions diverses que l’on peut avoir de la Ville lumière. Elles sont à découvrir .

Et en fin d’ouvrage, une playlist de 13 titres donne le ton.

Publicités

2 réflexions sur “Paris Noir

  1. Pingback: Mon calendrier de l’avent | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s