En cuisine, Monica Ali

Présentation de l’éditeur

Chef des cuisines de l’hôtel Impérial, un palace plus vraiment à la hauteur de sa splendeur d’antan, Gabriel Lightfoot doit composer chaque jour avec une équipe cosmopolite et chahuteuse, une petite amie chanteuse qui se pose des questions sur leur relation et un père malade qui lui laisse des messages aussi laconiques que culpabilisants sur son répondeur.

Une mort va faire voler en éclats son fragile équilibre : le corps d’un des employés est retrouvé dans les sous-sols du restaurant. Une mort solitaire, anonyme, parmi ces travailleurs immigrés interchangeables. Soudain, Gabriel prend conscience que ses cuisines cachent bien des secrets : trafics en tous genres, prostitution, chantages, violence quotidienne…

Surgit Lena, une fille de l’Est, mystérieusement liée à cette mort. Irrésistiblement attiré par cette femme en perdition, Gabriel va prendre une décision qui remettra en question tout ce en quoi il avait cru jusqu’ici…

.

D’emblée, Monica Ali nous plonge dans le Londres qu’on aime, bariolé et vivant, cosmopolite et surprenant. Les cuisines de l’Impérial sont à cette image, avec une brigade-patchwork dont sont reproduits jusqu’aux manières de s’exprimer et aux accents.

.

« Ce qu’il y a de bien à Londres, songea Gabe, c’est que chacun est avant tout un Londonien. La ville unissait ses habitants ou au contraire maintenait entre eux une distance égale. Ou peut-être pas, mais quoi qu’il en soit tout le monde était trop occupé pour avoir le temps d’y réfléchir. » (page 250)

. 

L’auteur nous plonge aussi dans l’univers de la cuisine, de la face cachée d’une table cotée. Tant et si bien qu’on quitte à regret cette arrière-salle – et, s’il n’y avait la dimension psychologique complexe des personnages, on pourrait même risquer d’abandonner là la lecture, car les 620 pages ont de quoi effrayer.

J’aime beaucoup ce qu’en a dit Le Monde à sa sortie : « Monica Ali n’a pas cherché à écrire un roman policier. Ce n’est pas non plus un roman gastronomique, même si elle s’est beaucoup documentée sur l’art culinaire. »

Si je me suis laissée emporter par l’intrigue, les personnages, justement m’ont déçu. La galerie de personnages secondaires – les membres de la brigade, la famille de Gabe – est géniale, mais les deux principaux protagonistes, Gabe et Lena, ne sont pas à la hauteur. Et quant à la tournure engagée que prend le roman dans son derniers tiers…. Ce n’est pas ce que j’attendais de l’ouvrage.

Qu’importe, finalement. Car si la destination ne restera pas gravée dans ma mémoire, j’ai passé un excellent voyage.

Publicités

2 réflexions sur “En cuisine, Monica Ali

  1. Pingback: En cuisine de Monica Ali « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Je suis en train de le lire .. enfin je m’efforce. Le plaisir n’est pas suffisant pour que j’arrête de me reprocher de ne pas lire plutôt les autres qui attendent …
    Il est un peu chaotique. On perd le lecteur dans des longueurs. C’est agaçant. Pourtant j’avais très envie de me plonger dans cette histoire. Je m’accroche. Je le finirai comme autrefois je finissais mon assiette !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s