Apocalypse bébé, Virginie Despentes

Avec « Baise-moi », Despentes m’a choquée, avec « Les jolies choses », elle m’a époustouflée. Surtout, de livre en livre, elle a démontré que le cru n’est pas toujours vulgaire, et qu’il a sa place en littérature dès lors qu’il est au service d’une histoire, une vraie. Et a imposé son style, inclassable, qu’on aime ou qu’on déteste.

J’avoue, je suis partisane.

.

Alors, dans le match entre les romans de Despentes et de Houellebecq organisé par Price Minister pour la rentrée littéraire, j’ai choisi mon camp – et me suis amusée de croiser Houellebecq au détour d’un paragraphe :

« Il n’avait pas imaginé ce qui allait se passer au début des années 90. Ce premier effondrement. Les crasseux, les incultes et les publicistes, plébiscités par leurs pairs. Il avait honte, rétrospectivement, de ne pas avoir anticipé ce que deviendrait le livre, une industrie un peu plus bête qu’une autre. Vieille rombière outragée, minaudant dans des robes en lambeaux. Ardisson-Canal +-Inrocks. Des ennemis dont on n’avait pas saisi le pouvoir de nuisance. Ni de droite, ni de gauche. Ni classiques, ni modernes. Des gens de télé. Bien de leur époque. Des pitcheurs, avides de chair fraîche, gourmands d’audience. Dans un premier temps, il avait pris le parti d’en rire. Il se souvient, aujourd’hui avec amertume, d’un dîner au cours duquel, évoquant les derniers romans qui marchaient, un éditeur en verve les avait fait s’étrangler de rire, prédisant qu’au train où ça allait, un jour les gens liraient des romans de jeunes filles détaillant l’état de leurs hémorroïdes. A gorge déployée, ça les avait faire rire. Non, il n’avait rien vu venir. Et qui mangerait des ordures, et qui se ferait prendre par papa, et qui serait une pute inculte, et qui se vanterait de baiser des Thaïlandaises pré pubères, et qui détaillerait son shopping coké… Rien vu venir. »

(page 40-41)

 

.

« Apocalypse bébé » raconte la disparition de Valentine, pourtant surveillée par une détective, à la demande de sa famille. Lucie, qui a perdu sa trace, appelle à la rescousse La Hyène, incontournable dans le métier. La recherche de la jeune fille les emmène de Paris à Barcelone, où vit sa mère.

On a donc là un road book, les médias en ont assez parlé. C’est punk, c’est grunge, c’est lesbien, avec ce qu’il faut de violence et de sexe. Du Despentes, donc, sans aucun doute.

.

Mais surtout, c’est un portrait au vitriol d’une génération perdue, de ceux qui consomment avec excès les technologies à ceux qui les rejettent totalement, un portrait aussi d’une société de l’apparence, le monde de l’édition en étant un des plus beaux exemples. Virginie Despentes pointe du doigt le moindre de nos travers, les justifiant par un collectif plus fort que l’individu, un système contre lequel personne ne peut rien. Constat navrant, presque tragique, sans trace d’espoir à l’horizon.

L’intrigue est plus que forte, elle est puissante, avec une fin aussi scotchante qu’une déflagration en plein Paris, à l’heure de pointe.

.

N’en déplaise à ses détracteurs, Virginie Despentes signe avec Apocalypse bébé » un grand roman.

L’un des plus grands, peut-être, de cette rentrée littéraire.

Prix Renaudot 2010

.

Et pour acheter « Apocalypse bébé » sur Price Minister, c’est là.

Publicités

10 réflexions sur “Apocalypse bébé, Virginie Despentes

  1. Pingback: Apocalypse Bébé de Virginie Despentes « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Pingback: Houellebecq vs Despentes | Sophielit

  3. Pingback: Automne 2010 : une saison de prix littéraires | Sophielit

  4. Pingback: Mon calendrier de l’avent | Sophielit

  5. effectivement, je confirme, j’ai adoré!
    pourtant cette violence dans l’écriture me met mal à l’aise d’habitude… mais là je trouve que c’est vraiment bien vu.

    J'aime

  6. Pingback: 5 questions à Marie-Aude Murail | Sophielit

  7. Pingback: Livre de Poche, juillet 2012 : le choix de Monsieur | Sophielit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s