5 questions à Habiba Mahany & Mabrouck Rachedi

 
 
 

(c) Pierre Terrasson

Frère et sœur, semblables mais différents, Habiba Mahany et Mabrouck Rachedi ont écrit à deux claviers La petite Malika, roman paru aux éditions Lattès en septembre dernier.

Mabrouck est déjà l’auteur du « Petit Malik » et de « Poids d’une âme », tandis qu’on doit à Habiba « Kiffer sa race ».

Ils se sont prêtés au jeu de l’interview croisée, qui révèle… leurs différences, autant que leurs points communs.

 

.

.

 

Habiba : « Le livre est comme un bijou pour moi : donc pas d’annotations, ni de stabilo. Je le veux intact. »

Mabrouck : « J’ai un rapport tout à fait utilitaire au livre. C’est le support des mots et rien de plus, c’est pourquoi je n’ai aucun scrupule à le corner ou à l’annoter. »

.

1. VOUS ET la lecture ?

Habiba 

Je suis une grande lectrice. J’achète en librairie et je fréquente les bibliothèques depuis mon plus jeune âge. J’achète les livres dont je sais qu’ils traverseront le temps, que je les parcourrai avec un égal plaisir ou dont je retirerai un enseignement à différentes périodes de ma vie.

Les bibliothèques municipales sont en quelques sortes les antichambres de ma bibliothèque personnelle. J’y rentre toujours avec une liste bien précise mais j’en sors le plus souvent avec tout plein de livres qui se sont jetés dans mes bras de manière imprévue !

Le livre est comme un bijou pour moi : donc pas d’annotations, ni de stabilo. Je le veux intact. Si un passage me plaît, je prends mon carnet et je le note.

J’ai un vrai plaisir à avoir le livre entre les mains donc le livre électronique, très peu pour moi. L’idée de regarder son écran ne m’enchante guère même si je sais que je vais devoir m’y mettre.

Mabrouck 

Je suis un lecteur compulsif bridé par mon emploi du temps. Un grand paradoxe veut qu’en devenant écrivain, j’ai eu moins de disponibilité pour assouvir ma soif de lecture. Quand j’écris, je ne lis pas du tout, pour éviter d’être parasité par le style des autres au moment de la création où je deviens une éponge.

Je lis de dix à quinze livres par mois. Parfois un peu moins, parfois un peu plus. Je lis un peu de tout, tout le temps.

J’ai un rapport tout à fait utilitaire au livre. C’est le support des mots et rien de plus, c’est pourquoi je n’ai aucun scrupule à le corner ou, plus rarement, à l’annoter. Je les prête très facilement, surtout ceux que j’aime. Je suis pour la circulation des biens culturels et j’en suis un fervent passeur.

Je crois à l’avenir très proche du livre électronique. Quand on voit la qualité de lecture sur un i-Pad, on se dit que le futur, c’est déjà aujourd’hui. Je précise que je crois mais je ne pratique pas (encore) le livre électronique.

Habiba : « Je suis assez décalée dans mes lectures. »

Mabrouck : « J’ai des lectures un peu en dehors du temps. »

2. VOUS ET les livres ?

Habiba 

Je suis assez décalée dans mes lectures. Lorsqu’il y a un engouement sur tel ou tel livre, j’attends que cela se calme pour le lire tranquillement.

Je suis en train de lire « Suite(s) Impériale(s) » de Bret Easton Ellis. C’est un auteur que j’aime beaucoup.

Je suis très attentive à l’actualité littéraire mais je ne lis pas un livre juste parce qu’on en parle dans les médias. C’est malheureusement souvent les mêmes auteurs qui sont mis en avant à chaque rentrée littéraire, au détriment d’autres auteurs ultra-talentueux qui n’ont pas la répercussion médiatique qu’ils méritent.

Mabrouck 

J’ai des lectures un peu en dehors du temps. Là, je suis en train de lire « Le quai de Ouistreham » de Florence Aubenas après avoir lu « Autoportrait de l’auteur en coureur de fond » de Murakami.

Il n’y a pas de cohérence dans mes choix.

Mon prochain sera « Marseille 1198, Les aventures de Guillaume d’Ussel, chevalier troubadour » de Jean d’Aillon.

.

Habiba : « Je prends beaucoup de notes dans le métro qui est pour moi un observatoire sur le monde. J’écris ensuite le soir, souvent après minuit, au calme. »

Mabrouck : « Je suis totalement inféodé à l’inspiration. Dans ces moments-là, je m’y mets n’importe où, n’importe quand. »

3. VOUS ET l’écriture ?

Habiba 

Je prends beaucoup de notes dans le métro qui est pour moi un observatoire sur le monde. D’une ligne à l’autre, on croise des personnes différentes, on entend des conversations qui sont sources d’inspiration. Par exemple cet homme qui disait à portée des oreilles indiscrètes des mots crus à sa maîtresse ou ces jeunes dans le RER qui inventaient les expressions les plus drôles sans s’en rendre compte.

J’écris ensuite le soir, souvent après minuit, au calme mais pas en continu : il m’arrive de m’arrêter, je peux alors regarder une série TV et me remettre à l’écriture ensuite.

Mabrouck 

Je suis totalement inféodé à l’inspiration. Je peux ne rien écrire pendant des semaines, voire des mois, puis écrire de façon frénétique. Dans ces moments-là, je m’y mets n’importe où, n’importe quand. Je me coupe du monde et je me consacre à l’écriture. Je n’ai aucune manie, aucun rituel. Et j’écris directement sur l’ordinateur.

.

4. VOUS ET Internet ?

Habiba 

J’ai un compte Facebook. Je n’en tire aucun autre bénéfice que le plaisir d’échanger avec des gens très divers.

J’aime beaucoup les blogs de lecteurs, en particulier le tien. Ils abolissent les barrières entre l’auteur et le lecteur. J’y suis très sensible. Les billets sont en général développés et étayés, preuve d’une qualité de lecture qu’on ne trouve pas toujours dans les médias dits traditionnels.

Mabrouck 

J’ai un blog sur le journal Métro, la Nouvelle Racaille Française. J’en retire le plaisir d’écrire quand je veux, sur ce que je veux et de réagir parfois sur des sujets d’actualité.

Je suis un Internet addict, en particulier à Facebook. Je suis beaucoup de blogs littéraires. Ils sont francs, ils sont bien écrits, ils sont exempts de calcul. Je suis en particulier ce qui se dit sur moi grâce à des alertes Google mais je ne suis pas non plus obsédé par cela.

.

5. VOUS ET vos projets ?

Habiba

Je gribouille quelques notes qui seront peut-être un nouveau roman et je prépare quelques voyages, à but purement récréatifs. Je ne me fixe pas d’objectifs précis. Mon occupation principale en ce moment, c’est de profiter de la vie.

Mabrouck 

Je suis ce week-end au salon du livre de Toulon. A part ça, je reviens d’un long voyage à Hong Kong, mon occupation principale est de récupérer !

Publicités

3 réflexions sur “5 questions à Habiba Mahany & Mabrouck Rachedi

  1. Pingback: 5 questions À Habiba Mahany & Mabrouck Rachedi « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Pingback: Le petit Malik, Mabrouck Rachedi | Sophielit

  3. Pingback: Mabrouck Rachedi flashé | Sophielit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s