5 questions à Edith

Après avoir longtemps oeuvré dans la publicité et écrit sous pseudonyme, Edith a publié en 2008 un OVNI, Le dico des gros mots cachés dans les mots, pour lequel elle a créé sa maison d’édition.

http://www.libre-et-ris-editions.com/ 

.

.

« J’attends de l’auteur le style, et me fous du sujet. »

1. VOUS ET la lecture ?

Je ne suis pas une lectrice compulsive, bien des livres me tombent des mains, je lis peu. J’attends de l’auteur le style, et me fous du sujet. Si le livre est dépourvu de style et ne provoque pas chez moi l’émotion du phrasé, je le repose aussitôt.

J’ai trois maitres en littérature, trois styles diamétralement opposés, trois génies : Céline, Alain Bonnand (que personne ne connait hélas et dont on ne parle plus) et Baudelaire.

J’aime tous les bons livres, neufs ou d’occasion, peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

Je les corne, les annote, les maltraite, les malaxe, les plie, les formate, les bouscule, les renifle, les tripote, les caresse et les aime.

Je n’aime pas emprunter ou prêter un livre et ne fréquente pas les bibliothèques. On dirait des salles d’attente.

Oui, je crois à l’avenir du livre électronique. Le livre électronique n’annule ni ne remplace le livre papier. Il le complètera, le transportera et le répandra plus facilement.

Aujourd’hui, cinéma, musique et littérature sont des produits de consommation jetables, on bouffe du film, du disque ou du livre comme on bouffe des sushis, pour satisfaire des petites faims culturelles gloutonnes  dictées par les médias.

2. VOUS ET les livres ?

Je viens de relire L’Étranger de Camus, j’ai lu les Lettres d’amour d’Élisabeth Hergott, parcouru vite fait une dizaine de titres, et commence L’Élégance du Hérisson de Muriel Barbery dont j’espère retrouver l’émotion que j’ai ressentie en lisant sa Gourmandise au style époustouflant.

Je lis volontiers un livre primé s’il répond à mes critères de chasseuse de style, sinon je ne le lis pas.

.

3. VOUS ET l’écriture ?

Plutôt clavier, plutôt enragée quand je démarre un truc (le dico des gros mots cachés dans les mots, ça a été trois ans de boulot non stop 12 h par jour en moyenne). Je ne sais pas m’arrêter, je suis très obstinée, je vais jusqu’au bout, je lâche pas le morceau. Les rituels café-clopes sont au rendez-vous, le silence autour exigé, la paix ! Toute une organisation quand on élève seule ses enfants.

Gide disait que l’influence d’un Maitre, c’est un peu comme une transmission génétique. On ne peut pas renier la ressemblance.

Mon premier livre « Journal d’un égoïste (Éditions Le Bruit des autres), un court récit écrit en 4 jours et travaillé 6 mois hérite probablement de l’influence célinienne. Je l’ai écrit au masculin sous un pseudo d’homme (Ghilmer), c’était drôle, j’ai reçu un tas de lettres qui commençait par « Cher Monsieur » -)

.

4. VOUS ET Internet ?

Mon site, c’est ma boutique en ligne. Je suis l’auteur, l’éditeur, le distributeur, et l’attaché de presse du dico.

Internet a été et est pour moi un formidable moyen de lancement.

Je pense beaucoup de bien des blogs qui donnent leurs opinions sur les lectures. C’est un travail énorme qui remplace un peu et complète celui des vrais libraires et qui font la nique bien des fois aux critiques qui ignorent les petits bijoux non médiatisés.

.

5. VOUS ET vos projets ?

Je n’écris plus beaucoup pour le moment (quelques commandes ça et là de courts textes pour les Éditions Transignum) car mon activité principale est celle d’une… marchande du dico des gros mots cachés dans les mots, le seul dictionnaire qui révèle la fesse cachée des homonymes, élu N°1 des livres de toilettes par Canal +, et coup de cœur vendeurs Fnac. Je n’en vis pas encore mais voilà, tout est dit.

Des salons ? Oui, tout le temps, souvent, beaucoup et un bon réseautage sur Facebook qui me prend pas mal de temps.

Plein de projets d’écriture en cours top secret dès que le dico aura réellement décollé sur l’ensemble du public francophone (Canada notamment)…

A noter pour Noël, le dico sera disponible en téléchargement sur Iphone et Ipad,

C’est du travail aussi tout ça 🙂

Publicités

2 réflexions sur “5 questions à Edith

  1. Pingback: 5 Questions à Edith « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Bel entretien. Après avoir entendu ceq quelques mots sur le style avant le contenu et la culture jetable, comment ne pas se jeter sur le Dico ?

    Je suis sûr de trouver là l’esprit qui a déserté depuis belle lurette les plateaux télé.

    Merci Sophie.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s