L’os d’aurochs, Pierrette Fleutiaux

Le principe des livres des éditions du Chemin de fer est de faire se rencontre un texte et des œuvres graphiques. Deux histoires parallèles, l’une (les images) étant néanmoins inspirée de l’autre (les mots) sans pour autant être une stricte illustration de l’intrigue.

.

L’association à l’origine de cette maison d’édition explique ainsi la raison d’être de ces « ouvrages à deux voix, issus d’une rencontre inédite entre un auteur et un artiste » :

« Notre objectif est de laisser le champ libre à toutes les expressions contemporaines de la représentation et d’investir l’espace laissé vacant entre les mots et l’imaginaire pour renouveler la tradition du livre illustré.

Nous publions des textes courts, fictions et nouvelles. Ces textes sont écrits par des auteurs ayant déjà publié. Les artistes qui collaborent aux éditions du Chemin de fer ont habituellement une pratique artistique éloignée de l’illustration et cette aventure est pour eux un exercice et une expérimentation nouvelle. »

.

« L’os d’aurochs » est un conte, une fable, qui met en scène des chiens errants. L’un va suivre l’autre, tandis que, tout au long de cette épopée canine, Chien-perdu renomme son compagnon au gré des aventures et des changements d’attitudes de celui-ci, qui est tantôt Chien-errant, Chien-malin, Chien-méchant, Chien-crétin…

« Chien-perdu sait bien qu’il n’est guère beau à voir. Son poil est terne, son arrière-train efflanqué, des plaques le démangent furieusement et surtout, il a l’air triste. La tristesse chez un chien de rue est une très mauvaise chose. Elle fait de lui une proie pour tous les teigneux, les hargneux de la ville. Son corps porte les traces des coups qu’il n’a pas su parer.
Mais il sait aussi qu’il a une supériorité sur Chien-méchant. Il a l’espoir. Le souvenir de l’amour n’est pas mort en lui, et cela lui donne une endurance infinie. Chien-méchant, lui, n’a ni passé ni avenir, il vit dans l’instant, et cet instant n’est fait que de luttes sordides. »

.

Ces deux canidés n’ont finalement de chien que les mœurs et le nom ; leurs sentiments sont très humains – c’est ce qui fait l’intérêt de ce petit livre qui s’interroge sur le destin, l’un des thèmes de prédilection de la grande Pierrette Fleutiaux.

« On imagine le vacarme dans l’église. Ce vacarme justement va changer l’issue de la bataille et infléchir le destin de cette façon curieuse qu’on observe parfois. Et, je dois le confesser, c’est cela qui me conduit dans cette histoire. Les chiens, c’est bien, mais le destin, ah le destin, c’est encore plus intéressant ! »

.

Ce livre petit format contient douze illustrations couleur de Cristine Guinamand (en quatrième de couverture : « Cristine Guinamand s’est nourrie de cette histoire canine et l’éclaire à la lumière de son univers très particulier où se mêlent fantasmes, onirisme et parfois angoisses, saupoudrés, ici, de pointes d’humour revigorantes. »).

Si celles-ci ne m’ont pas convaincue, je crois que c’est aussi parce qu’elles imposent un concept qui m’était jusqu’alors inédit : les livres illustrés pour adultes.

.

www.chemindefer.org

.

Et, pour la culture (à commencer par la mienne) :

« L’Aurochs, animal sauvage et probablement ancêtre de toutes les races de bovins domestiques européens actuelles, hormis le bison européen, occupa les massifs forestiers et les zones marécageuses d’Europe où il était déjà chassé par les Néandertaliens. Ses descendants ont proliféré en Europe jusqu’au Moyen Âge, époque à laquelle quelques mesures de protection commencèrent à être prises pour protéger ce gibier apprécié de la noblesse… Mais le dernier aurochs connu au monde finit quand même victime d’un accident de chasse prémédité en forêt de Jaktorów, en Pologne, en 1627… »

Source : http://blog.deluxe.fr/trucs-astuces-et-elements-de-choix/bovins-race-aurochs-reconstitue.html

Publicités

Une réflexion sur “L’os d’aurochs, Pierrette Fleutiaux

  1. Pingback: Bonjour, Anne, Pierrette Fleutiaux | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s