5 questions à Valérie Bettencourt

Valérie Bettencourt  est intermittente du spectacle depuis près de trente ans.

Après Les Femmes de mes vies, son deuxième roman, Sombre Lagune, a été réédité en 2010.

Elle s’est confiée juste avant de partir pour Venise où l’attend le carnaval…

http://valeriebettencourt.fr/

.

 

« Un jour, j’ai tout arrêté. Je n’en pouvais plus de me remplir le cerveau. »

1. VOUS ET la lecture ?

J’ai été une lectrice obsessionnelle pendant toute mon enfance, mon adolescence et quelques années après. Quand j’étais petite, je dévorais le Club des Cinq et l’Etalon Noir. Mes parents n’arrivaient pas à suivre pour me fournir en bouquins, j’en demandais un chaque jour…

A l’adolescence, j’ai lu tout Boris Vian dont j’adorais l’univers bizarre, puis Marguerite Duras, experte en analyse des sentiments. Je me suis ensuite passionnée pour Racine et Musset quand j’étais en cours de théâtre. Mon genre préféré reste le fantastique, l’imaginaire.

Pour les romans qui m’ont marquée, je citerais par exemple « Le marin de Gibraltar » de Marguerite Duras, « Cent ans de solitude » de Garcia Marquez, « Le chien de guerre » de Michael Moorcock, « Dracula » de Bram Stocker, « Entretien avec un vampire » d’Anne Rice, « Le jeune homme, la mort et le temps » de Richard Matheson, « Les thanatonautes » de Bernard Werber…

Et puis un jour, j’ai tout arrêté. Une sorte d’overdose de livres et de cinéma (je regardais au moins un film par jour), je n’en pouvais plus de me remplir le cerveau. J’ai eu besoin de faire le vide dans ma tête, comme on nettoie le disque dur d’un ordinateur. De vivre des choses dans la vraie vie, et non à travers des histoires et des personnages fictifs. De me confronter à la réalité de l’existence.

J’ai repris la lecture quelques années après, à travers des ouvrages sur la spiritualité, l’ésotérisme et différentes voies initiatiques. Et particulièrement les enseignements des maîtres tibétains : par exemple, « Le livre tibétain de la vie et de la mort », de Sogyal Rinpoche, qui a bouleversé ma vie et m’a fait partir jusqu’en Inde, au Népal et au Laddakh…

. 

« J’ai de plus en plus de mal à trouver des romans qui me passionnent. »

2. VOUS ET les livres ?

C’est terrible à dire, mais j’ai de plus en plus de mal à trouver des romans qui me passionnent. Bien souvent je commence des livres et j’arrête au bout d’une cinquantaine de pages. Je ne suis plus beaucoup l’actualité littéraire et je ne lis jamais les livres primés. Oui je sais, c’est horrible, je suis devenue une très très très mauvaise élève, j’ai honte… 🙂

Mais je m’intéresse beaucoup aux projets des camarades écrivains et illustrateurs de l’Ecole de Caen, fondée par Jean-Luc Bizien: un beau groupe soudé de gens talentueux qui s’apprécient, où la méfiance et l’esprit de concurrence n’ont pas place, ce qui est extrêmement précieux dans les impitoyables milieux littéraires…

.

«  Je suis une pure instinctive. »

3. VOUS ET l’écriture ?

Je suis une pure instinctive. J’écris d’une manière presque automatique, quand l’inspiration vient. Ce n’est pas quelque chose que je décide, c’est quelque chose qui soudain s’impose à moi. En général ça se passe dans la journée, mais il m’arrive aussi de me réveiller au milieu de la nuit, à cause de nouvelles idées qui s’emparent de moi brusquement. Mais je ne suis pas en état de dépendance par rapport à tout ça. Je peux passer des semaines ou des mois sans écrire, sans que cela me manque. Il y a tant de choses passionnantes dans la vie… en tant qu’obsédée maladive de la liberté, je ne veux pas être bloquée seule derrière mon clavier d’ordinateur et passer à côté des merveilles que peut offrir l’existence (l’amour, la spiritualité, les voyages, la découverte du monde, des gens, des animaux et de la nature, le dialogue avec l’autre, les rencontres qui enrichissent en ouvrant l’esprit et le cœur).

Mais quand je commence une histoire, elle ne me lâche pas, c’est une véritable obsession de chaque minute, jusqu’à ce que j’aie fini de l’écrire. Et là, ça peut durer des semaines, nuit et jour… et c’est un immense plaisir.

.

4. VOUS ET Internet ?

J’ai un site sur lequel je mets quelques éléments de temps en temps (mes interviews, mes dates de salon, les chroniques de mes romans, quelques photos). Je fais quelquefois des recherches sur internet, notamment lorsque j’écris, pour trouver des infos. Et je vais tous les jours sur Facebook… ce réseau m’a permis de rencontrer des gens magnifiques (notamment des écrivains), qui sont devenus de vrais amis dans la vraie vie.

.

« Repartir à Venise… »

5. VOUS ET vos projets ?

Mon projet le plus immédiat est de repartir dans quelques jours à Venise. J’ai l’extrême chance d’être invitée à l’Atelier des Muses, une réunion d’artistes (peintres, écrivains, photographes, créateurs de costumes et de bijoux…) qui va se dérouler chaque jour, pendant toute la durée du carnaval, dans les salons d’un palais qui viennent d’être rénovés. Entourée de tous ces gens adorables et talentueux, je vais dédicacer mon roman « Sombre Lagune » du 26 février au 2 mars.

Je suis allée souvent à Venise, dont je suis irrationnellement amoureuse depuis toujours. Mais je ne suis jamais allée au carnaval, car je fuis la foule (j’aime plutôt les déserts et les grands espaces). Dans quelques jours, je vais donc vivre pour la première fois cette expérience de la magie des masques et des costumes, et je l’attends avec impatience !  

Et puis je reviens à mon premier amour : l’image. J’ai travaillé à l’envers: j’ai d’abord écrit mes histoires sous forme de scénarios, puis je les ai transformées en romans. Occupée à écrire, j’ai un peu délaissé les contacts avec le cinéma, et j’y reviens maintenant. Je rencontre à nouveau des réalisateurs et des producteurs, pour les scénarios de mes romans « Les Femmes de mes Vies » (comédie) et « Sombre Lagune » (bizarre histoire d’amour et de mort dans Venise qui s’effondre).

Je travaille aussi sur l’écriture d’un sujet de documentaire ayant trait au cinéma. J’aime écrire dans différents domaines, ne pas être prisonnière d’une seule forme d’expression.

J’ai des idées de romans, je les écrirai peut-être un jour… on verra où la vie me mènera… 🙂

.

Photos : Davide Capelli

Publicités

Une réflexion sur “5 questions à Valérie Bettencourt

  1. Pingback: 5 questions À Valérie Bettencourt « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s