5 questions à Grégoire Delacourt

Né en 1960 à Valenciennes, Grégoire Delacourt est publicitaire.

On lui doit ces fameux slogans : « Vous n’aviez jamais mangé de camembert » (Cœur de Lion), « Nous vous devons plus que la lumière » (EDF), « Un Lutti d’offert, c’est un Lutti de perdu » (Lutti).

.

Paru début 2011, L’écrivain de la famille est son premier roman. 

.

www.gregoiredelacourt.com

  

.

« Je peux craquer pour une jolie couverture, un titre, une rumeur… »

1. VOUS ET la lecture ?

Je lis huit à dix livres par mois ; de tout. Je peux craquer pour une jolie couverture, un titre, une rumeur et toujours le dernier livre d’un auteur que j’aime.

Je lis des livres neufs (c’est important d’acheter des livres). Lus, ils sont restés si neufs que je pourrais ouvrir une librairie. Mais je les donne.

A part quelques uns, je n’aime pas les garder ; les bibliothèques me font penser aux murs des crématoriums.

Quant au livre électronique, c’est le sens de l’histoire et il possède des vertus formidables. Mais jusqu’à avoir besoin d’une typo en corps 30 pour pouvoir lire, je resterai fidèle à sa version papier.

. 

« Un livre primé, oui, s’il me fait envie… »

2. VOUS ET les livres ?

Les récents, Sur la plage de Chesil de Mc Ewan, Darling et La Montespan de Jean Teulé, Dos à dos de Sophie Bassignac et Accident Man de Tom Cain.

Les prochains, Le silence de ma mère d’Antoine Silber, Ce que je sais de Véra Candida de Véronique Ovaldé – et ce que je ramènerai de ma pioche à la Fnac des Ternes…

Je réagis à l’actualité littéraire en la recevant davantage qu’en la cherchant. Je suis donc exposé comme tout un chacun, sans plus.

Et lire un livre primé, oui, s’il me fait envie…

.

« Lorsque j’écris, je lis des choses qui sont à l’opposé absolu. »

3. VOUS ET l’écriture ?

Je n’ai malheureusement pas assez de temps pour écrire parce que j’ai un travail chronophage. L’écriture, c’est le temps des vacances, des longs week-ends ; forcément une grande joie.

Je suis notes manuscrites et clavier. Aucune manie particulière cependant, juste de la musique parfois, un climat qui correspond aux émotions que je veux écrire.

Une partie de L’Ecrivain de la Famille, par exemple, fut rédigée en écoutant le titre « Tones » du disque Café del Mar, Ibiza.

Enfin, lorsque j’écris, je lis des choses qui sont à l’opposé absolu.

.

« Recevoir des mails de lecteurs est toujours une magnifique surprise. »

4. VOUS ET Internet ?

Mon (modeste) site a été créé pour permettre à ceux qui le souhaitent de goûter au livre, d’en savoir un peu, de « voir sans être vu ». Le principal bénéfice que j’en retire est de recevoir des mails de lecteurs – ce qui est toujours une magnifique surprise à laquelle je réponds toujours.

J’utilise davantage Facebook comme un lieu d’échanges d’infos sur le livre (articles, etc.). Là aussi il me permet de correspondre avec des lecteurs.

Quant aux blogs qui donnent leurs opinions sur leurs lectures, c’est génial. Ils font vivre les livres au-delà des circuits normaux, ils réunissent une communauté d’avis très… avisés, de lecteurs passionnants et me font découvrir des ouvrages que j’ai ratés, comme Le silence de ma mère d’Antoine Silber –vu sur votre blog !

C’est pour moi d’une grande richesse.

.

« Ecrire des livres est mon occupation vitale. »

5. VOUS ET vos projets ?

Je travaille à un deuxième roman, et une troisième histoire s’insinue… ; mais je veux d’abord profiter de la grande joie que procure ce premier roman. C’est un moment très joyeux, très émouvant, comme un gamin qui fait ses premier pas et court dans la direction opposée à vos bras qui l’appellent.

Je vais le suivre dans divers salons (Limoges, Villeneuve-sur-Lot, etc.), le présenter dans les librairies qui le demandent.

Ecrire est mon occupation principale. Ecrire des livres est mon occupation vitale.

Publicités

7 réflexions sur “5 questions à Grégoire Delacourt

  1. Pingback: 5 questions à Grégoire Delacourt « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Pingback: Prix littéraire Rive Gauche à Paris 2011 | Sophielit

  3. Pingback: La liste de mes envies, Grégoire Delacourt | Sophielit

  4. Pingback: Grand Prix littéraire de l’Héroïne Madame Figaro 2012 | Sophielit

  5. Pingback: La rentrée littéraire de Grégoire Delacourt | Sophielit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s