Emmanuel Vincenot flashé

 

‘ ‘

Les salons, c’est… comme les foires à bestiaux, mais pour les écrivains.

La lecture, c’est… un passe-temps aux toilettes.

L’écriture, c’est… un passe-temps aux toilettes.

L’inspiration, c’est… le contraire de l’expiration.

Etre écrivain, c’est… je le saurai quand j’aurai terminé mon prochain livre.

 , , Lire la suite

Publicités

Marie-Florence Gros flashée

  

‘ ‘

Les salons, c’est… un grand moment de rencontres, un peu pagaille et très sympathique.

La lecture, c’est… un des organes vitaux.

L’écriture, c’est… une évidente nécessité.

L’inspiration, c’est… le bon moment.

Etre écrivain, c’est… recréer.

 , ,

 

Marie-Florence Gros est auteur.

Déjà paru :

Tout contre, Editions Héloïse d’Ormesson

Un retraité, Véronique de Bure

« De là à conclure que le plaisir l’emportait désormais sur les affaires du pays… Mais, au fond, peut-on lui en vouloir de nous ressembler ? » (page 77)

.

Un retraité « comme les autres ».

Evidemment, il ne l’est pas.

C’est précisément pour cela qu’on a envie d’ouvrir ce petit livre. On cherche la confidence, le détail croustillant, l’indiscrétion. Ce n’est pourtant pas ce qu’on y trouvera.

Indiscrète, Véronique de Bure l’a été, retranscrivant ici ses rencontres avec un proche de l’ancien Président de la République pour qui elle a beaucoup d’affection (l’on peut ici chercher si, dans ma phrase, l’affection se rapporte au proche ou à l’ancien Président). Lire la suite

5 questions à François Alquier, aka Mandor

  

Né il y a à peine une quarantaine d’années, François Alquier est journaliste et animateur, spécialiste de la culture.

Depuis six ans, il tient le blog Les chroniques de Mandor qui raconte « les tribulations d’un journaliste dans un monde culturo-superficielo-passionnant ».

.

Il a rassemblé un grand nombre de ces chroniques et en a fait un livre éponyme, paru en février dernier aux éditions Laura Mare.

.

http://www.mandor.fr/ Lire la suite

Les Chroniques de Mandor, François Alquier

« La vie des autres est toujours plus belle, non ?

Les autres m’intéressent plus que moi-même.

Ils m’aident à me découvrir.

C’est ce que je fais ici.

Parler des autres pour parler de ma personne. » (page 361) 

.

François Alquier est journaliste. Depuis plus de 20 ans, il côtoie les artistes – musiciens et écrivains en particulier – pour les besoins de ses interviews pour la radio, la télé ou la presse écrite.

Depuis 6 ans, il révèle les coulisses de ses rencontres sur son blog. D’abord caché derrière le pseudonyme de Mandor, il officie aujourd’hui à visage découvert.

Et puis, de temps à autres, il glisse un peu de lui dans ces billets. Lire la suite

Le petit Malik, Mabrouck Rachedi

.

Le petit Malik, c’est un peu le grand frère de La petite Malika.

Un roman court, illustré, et qui se lit extrêmement vite parce qu’il est séquencé et très rythmé.

.

De 5 à 26 ans, Malik grandit.

.

En banlieue, évidemment, et, comme la petite Malika, il ne ressemble pas exactement au stéréotype du gosse de cité véhiculé par les médias.

.

Mais parce que le quartier a ses règles, le petit Malik doit bien s’y conformer, ne serait-ce que pour passer inaperçu : Lire la suite

Rossmore Avenue, Vanessa Caffin

 Quatrième de couverture :

Lily Brochant s’est installée il y a dix ans à Los Angeles, où elle a suivi un amour de passage. Allergique à l’inculture américaine, elle se débat au milieu du vernis californien, décidée à imposer un ton résolument irrévérencieux et parisien, bien intriguant pour la communauté du 500, Rossmore Avenue, le petit immeuble chic et vieille Angleterre de Hancock Park où elle a posé ses valises.

Reine du shiatsu auprès d’une clientèle fortunée, elle se jette sur le pouls de ses voisins pour mieux traquer leurs manques affectifs : Jane, malmenée par un fils hyperactif bien décidée à démasquer les infidélités de son mari ; Georges, un Français sexagénaire inconsolable depuis le décès de sa femme, parti à L.A dans l’espoir de rencontrer son idole, Sylvie Vartan ; Luke, peintre dépressif en mal d’inspiration ; et Cora, concierge latino mélancolique rêvant de fuir en Norvège. Lire la suite

Stéphane Nolhart flashé

 

‘ ‘

Les salons, c’est… une opportunité de rencontrer des lecteurs.

La lecture, c’est… un loisir, parfois un travail.

L’écriture, c’est… un cauchemar.

L’inspiration, c’est… un mystère, une connexion avec l’extérieur.

Etre écrivain, c’est… une chance.

 , , Lire la suite