Le soleil des enfants perdus, Guy Marchand

Le héros de ce roman, le deuxième de l’acteur-chanteur, s’appelle Romain et a 22 ans en 1959. Guy Marchand est né en 1937. Toute ressemblance avec des faits existant ou ayant existé n’est donc aucunement un hasard.

.

Quatrième de couverture :

Les souvenirs, c’est un peu comme dans une ancienne photo de classe… Des enfants bien alignés et dont on ne distingue pas bien les visages, des souvenirs d’enfance, d’adolescence qui bien que mis bout à bout, restent confus, flous, comme effacés de la mémoire.

Ce sont ceux de Romain, ancien combattant de la guerre d’Algérie, qui hante les rues du Paris de Mai 68.

Ce livre est un superbe voyage à travers la mémoire, les rêves, les rencontres et la littérature. C’est aussi un voyage à travers deux pays : la France et l’Algérie.

Récit d’un rescapé de la guerre d’indépendance, d’un survivant blessé à l’âme.

Roman d’une guerre refoulée, mais aussi d’une promenade littéraire dans un Paris oublié, Le soleil des enfants perdus est un livre vrai, honnête. Il ne cherche pas à impressionner et pourtant il nous atteint au plus profond…

L’auteur est un chanteur, un flâneur sans aucun doute… Mais il a fait un long voyage sous le soleil brûlant de Bou Saáda.

.

Un brin prétentieux, un brin facile, ce roman a la particularité d’offrir une ballade parmi les figures connues de la scène littéraire et politique des Trente Glorieuses. Que l’on doute de la véracité des propos, que les raccourcis soient un peu trop rapides, peu importe : il flotte dans ces pages un parfum de nostalgie appréciable.

.

Guy Marchand n’est pas un grand écrivain, on ne peut crier au génie devant sa prose, même si ce petit roman n’est pas désagréable à lire et jalonné d’instants plus vrais que nature, notamment pour les passages qui se déroulent en Algérie.

Et si sa plus belle œuvre restait son interprétation de l’inoubliable chanson Destinée ?

.

http://www.ginkgo-editeur.fr/

Publicités

2 réflexions sur “Le soleil des enfants perdus, Guy Marchand

  1. Pingback: Le soleil des enfants perdus de Guy Marchand « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Comment confondre « petit roman » et « roman bref » ? en effet, on le lit en moins de deux heures, mais on ne le lâche pas une seconde (ce qui est finalement assez rare). Dire qu’il est « prétentieux » (ah ?), « un brin facile » est pour le moins… prétentieux et facile… D’autant plus que l’auteur lui-même fait preuve de davantage de modestie et de simplicité. Que veut dire « grand écrivain » ? Proust est certes un grand écrivain, ce qui n’empêche qu’il arrive qu’il vous tombe des mains ou que l’on s’endorme dessus, non ? Ce livre au « parfum de nostalgie appréciable » (appréciable, c’est quoi ?) , dont on peut « doute(r) de la véracité » (et à quel titre, s’il vous plaît ?) m’a entraînée sans une seconde de répit avec ses héros dans une fraternité tendre et souvent bouleversante. Et je ne suis certainement pas la seule…
    Alors, c’est quoi, un grand écrivain ? Pour certains, un frère. Merci, cher Guy Marchand.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s