Skoda, Olivier Sillig

Présentation de l’éditeur :

Un jeune homme reprend conscience. Autour de lui gisent ses camarades d’infortune. L’histoire se passe de nos jours, dans un pays qui n’est pas nommé. A quelques mètres, une voiture, une Skoda – elle aussi victime du raid aérien. A l’intérieur, un bébé respire encore. Après quelques hésitations, l’homme prend l’enfant dans ses bras et part sur la route.

Notre monde et sa violence. Mais aussi, le lien qui se crée entre un jeune homme et un enfant. La beauté de la vie contre l’absurdité de la mort.

.

Le sujet est dur. Les éléments extérieurs ne sont que violence, dureté, aridité. La guerre, les armes, les viols, la mort. Même la terre est desséchée, le paysage dévasté. Parce qu’il trouve le bébé, et pour lui, Stjepan, le jeune héros âgé de tout juste vingt ans, choisit la vie Lire la suite

L’esprit de conversation, Chantal Thomas

Une fois n’est pas coutume, cette chronique n’est constituée que de citations de L’esprit de conversation, petit livre au prix modique (6 euros) dans lequel Chantal Thomas, au travers de trois célèbres salons, fait l’éloge de la conversation et des femmes qui en sont emblématiques – un petit livre à lire, à digérer, et aux enseignements à mettre en pratique.

.

De la conversation

« La conversation, les formes de politesse, la délicatesse, ne sont-elles pas des choses que, depuis toujours, on n’évoque qu’au passé ? «  (page 12-13)

« Le plaisir de la conversation est vagabond. Il a son rythme, qui à chaque fois se réinvente, et dans lequel les silences […] valent pour des scansions d’agrément. » (pages 24-25) Lire la suite

Lundis nostalgie : LIRE n°299, octobre 2001

Le Centre Georges Pompidou accueille une exposition consacrée à Jean Dubuffet.

.

A l’occasion de la sortie de « Bref séjour chez les vivants », Marie Darrieussecq se confie.

.

Et la mise en avant de Michel Houellebecq dans le numéro précédent du magazine fait couler beaucoup d’encre : « publicité honteuse », « infâme Houellebecq », « exit la littérature », « livre poubelle » lit-on dans le courrier des lecteurs (LIRE offrait Plateforme pour tout abonnement).

« L’entretien de Michel Houellebecq publié dans notre dernier numéro a produit un cru exceptionnel de déclarations péremptoires et d’approximations » souligne Didier Sénécal dans sa chronique dont l’auteur de Plateforme est le sujet. Lire la suite

Revue Pr’Ose n°17

Pr’Ose, revue de la nouvelle et du texte court, se présente ainsi :

La revue « Pr’Ose ! » invite au vagabondage littéraire. De textes courts en nouvelles et de nouvelles en poésie, ses auteurs vous proposent de (re)découvrir le monde, de visiter des univers intimes et des pays ignorés.

N’hésitez pas à passer la porte de la couverture afin de partager quelques pages avec eux : vous serez conquis. Avec les mots comme bagages, « Pr’Ose ! » invite le lecteur au voyage, dans et au-delà du quotidien.

.

Dans ce numéro 17, la revue se propose d’embraquer le lecteur à destination d’une île.

.

« Dans le noir », l’un de mes textes, y figure aux côtés Lire la suite

Festival littéraire En première ligne à Ivry (94)

C’est le week-end prochain, ça se passe à Ivry-sur-Seine, c’est facilement accessible en transports en commun et l’entrée est gratuite !

.

En plus, ça change des salons habituels puisque ce festival cherche à casser la fameuse barrière entre auteurs et visiteurs que forment les tables derrière lesquelles les uns sont assis et devant lesquelles les autres n’osent pas toujours s’arrêter.

.

J’y signerai Je vous emmène au bout de la ligne et Six façons de le dire.

Alors… on s’y retrouve ?

.

Toutes les infos sur le site internet du festival. Lire la suite

La femme et l’ours, Philippe Jaenada

 

femme-et-oursDeux ans après son dernier opus, le nouveau roman de Philippe Jaenada était très attendu, d’autant plus que son début a remporté en 2010 le Prix du roman inachevé.

.

Un roman très attendu, c’est toujours à double tranchant. Surtout s’il paraît au milieu d’une flopée d’autres romans eux aussi très attendus.

.

Et dans cette multitude de textes fraichement sortis des presses, Jaenada ne déçoit pas ; au contraire.

Surnageant au-dessus des histoires familiales et autres enquêtes personnelles, son autofiction (ou pas) à lui est une vraie bouffée d’oxygène. De la vie, (presque) pas de mort, et beaucoup d’humour en prime. Lire la suite

Lundis nostalgie : LIRE n°298, septembre 2001

Rentrée littéraire ! Les premiers livres paraissent dès le 27 août.

.

Michel Houellebecq (qui n’a déjà plus de prénom), souriant sur certaines photos posées, en est la figure de proue avec son roman Plateforme, précédé d’une odeur de souffre.

.

Côté premiers romans, « six débutants à suivre » sont présentés : Claire Béchet, Ella Balaert, Eugène Durif, Philippe Grimbert, Anne-Sophie Brasme et Luc Leruth.

.

Pierrette Fleutiaux publie « Des phrases courtes, ma chérie » chez Actes Sud.

.

La boutique LIRE propose un presse-papier plein de francs, créé par les artisans de la monnaie de Paris. Lire la suite

1 week-end 2 pique-niques

Pour cette première expérience de pique-nique autour de livre(s), j’ai été servie avec non pas un mais deux rendez-vous.
.

.
Samedi dernier, Buchet-Chastel avait effectivement organisé une sympathique rencontre autour de Cyrille Martinez, dont le roman Deux jeunes artistes au chômage marque le lancement de la nouvelle collection de la maison d’édition, « Qui vive ».
.
Un pique-nique ensoleillé et très convivial, au parc Montsouris Lire la suite

L’unique objet de mon désir, Frédéric Teillard

Présentation de l’éditeur :

« Je t’ai murmuré cette nuit que je ne voulais pas partir demain, tu m’as dit reste, reste avec moi, ici. Ces mots m’ont d’abord été d’une douceur délicieuse, et puis ils m’ont épouvantée. »

.

C’est une idée d’Alix d’aller chez ses parents le temps des fêtes de fin d’année pour que Gilles, son époux, puisse travailler à son livre. Mais, une fois seul, en panne d’écriture, Gilles n’est plus très sûr que cela lui convienne. Alix, elle, en profite pour rejoindre son amant en Normandie. Mais, très vite, ses amours nouvelles qu’elle regardait hier comme un printemps, une renaissance, deviennent un déchirement. Lire la suite