Deux jeunes artistes au chômage, Cyrille Martinez

Des couleurs percutantes, un titre qui interroge, l’objet éveille la curiosité.

Le roman s’ouvre sur la description d’une ville imaginaire, New York New York, ville de création s’il en est, érigeant plus que les autres la littérature en Art, art qui prend New York New York pour objet, pour sujet, pour décor et pour personnage. Bientôt, la ville propose un Quartier des écrivains, où résider en donne le statut, mais dont l’entrée est réservée à ceux qui ont déjà le statut, tandis que s’engage une lutte entre écrivains et non-écrivains et que se pose la question de la place de la poésie dans la littérature.

Entrent alors en scène Andy et John, fils de parents non pas nés mais devenus new yorkais new yorkais.

.

 

Présentation de l’éditeur :

Andy et John, deux jeunes artistes au chômage, habitent à New York New York. Entre vernissages, soirées poétiques et contournement des dress-code, surgit le tableau d’une ville underground où les performances, les drogues et les fêtes rythment le quotidien de ces personnages marginaux et créatifs. Derrière ces deux figures en quête d’un art qui serait plus qu’aucun autre le reflet de la vie moderne, on reconnaîtra en filigrane l’image réinventée d’Andy Warhol et de John Giorno, l’unique acteur du film Sleep.

.

La première partie de ce roman, consacrée à New York New York, au Quartier des écrivains, aux romanciers et aux poètes, ainsi qu’aux aberrations inhérentes à tout système, est un morceau d’anthologie. Drôle, percutant, juste dans sa folie, savoureux, dépeint avec une écriture enlevée… On touche au génie. On en lirait 100 pages de plus.

Ce n’est en fait que le préambule à l’arrivée des deux antihéros dans cet univers où l’Art est tout. Là, il faut rester accrocher jusqu’à la fameuse performance de ces artistes désœuvrés dans une galerie.

Heureusement, le texte, court, garde son lecteur jusqu’au bout.

.

Dans une écriture tantôt inventive, tantôt agaçante de pédanterie, qui oscille entre le génie (en première partie) et la vulgarité (la galeriste souffrant du syndrome Gilles de la Tourette n’étant pas toujours en cause dans l’emploi du vocabulaire sexuel), Cyrille Martinez livre un roman inclassable, truffé de références artistiques, parsemé de trouvailles littéraires.

.

« Deux jeunes artistes au chômage » est un livre qui dit aussi l’absurdité, parfois, de l’art contemporain et celle, souvent, de son plébiscite aussi soudain qu’inexpliqué par la foule, qui interroge enfin sur le rôle, la place et l’avenir de la littérature d’aujourd’hui.

« Arrivent les premiers visiteurs. Qui est cet homme ?, demandent-ils en découvrant le lit occupé par le Dormeur. Cet homme est un poète vivant. Enfin il était un poète vivant avant de s’endormir, maintenant c’est difficile à dire. […] On ne sait pas ce qui lui prend, pourquoi il dort, à quoi il pense, à quoi il rêve, s’il est encore dans la poésie. On sait seulement que son corps est là, et en effet il est payé pour dormir. Pour en savoir davantage, il faudrait qu’il se lève et raconte. » (page 123)

.

Ce roman, avec « Tu » de Sandrine Soimaud, étrenne la collection Qui Vive de Buchet-Chastel, qui se veut, tel le cri lancé par les sentinelles, « une quête dans le noir d’hommes et de femmes bien vivants », qui se veut encore « à l’écoute de voix contemporaines qui se préoccupent de l’ailleurs, du monde et de son mystère », qui « cherche à proposer aux lecteurs de véritables expériences, une littérature troublante et libératrice, une littérature en forme de question. ». 

.

L’auteur :

Cyrille Martinez est né en 1972. Écrivain et performeur, il participe à différentes revues et joue dans deux groupes, FrancePo et Jaune sous-marin. Lauréat de la Biennale des jeunes créateurs de Méditerranée en 2001, il a réalisé de nombreuses performances et lectures publiques en France et à l’étranger.

Il a publié Bibliographies : 5e République. Premiers ministres et présidents (Al Dante, 2008), L’Enlèvement de Bill Clinton (400 coups / L’instant même, 2008) et Chansons de France (Al Dante, 2010).

.

Ce billet a aussi été publié il y a quelques jours sur le site La Cause Littéraire pour lequel je fais désormais des chroniques.

Publicités

8 réflexions sur “Deux jeunes artistes au chômage, Cyrille Martinez

  1. Ravie de t’avoir rencontrée lors du pique-nique:) Quant à ce livre, il réveille le lecteur qui doit s’impliquer un minimum pour suivre le voyage, et ma foi c’est bien sympathique !

    J'aime

  2. Pingback: 1 week-end 2 pique-niques | Sophielit

  3. Pingback: Rentrée littéraire 2011 | Sophielit

  4. Pingback: Deux jeunes artistes au chômage / Cyrille Martinez | uncoindeblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s