Ça nous apprendra à naître dans le Nord, Amandine Dhée & Carole Fives

Présentation de l’éditeur

canousapprendraLes tribulations de deux auteures au caractère bien trempé, aux prises avec une commande d’écriture à quatre mains sur un quartier à l’histoire ouvrière en berne.

On s’amuse des rendez-vous ritualisés qu’elles se fixent dans tous les cafés du coin pour y faire le point sur l’avancée de leurs investigations. Un comique de situation largement exploité dans leurs échanges à bâtons rompus autour d’une histoire en train de s’écrire, de personnages en mal de dramaturgie, ou encore de conflits d’égo…

Les difficultés de l’exercice de la commande sont traitées au fil de dialogues doux amers vivifiants qui nous invitent dans l’envers du décor.

Si la fiction s’inscrit ici dans une forme de réalité, c’est bien elle qui l’emporte, au final.

.

Ecrire sur le fait d’écrire. Faire le film du film. L’exercice est connu, il a été pratiqué de mille façons.

Ici, deux auteurs du quartier (ou presque) se retrouvent à différents endroits du quartier pour écrire sur le quartier et faire parler des habitants du quartier. Pour écrire, aussi, sur leurs difficultés à écrire.

Ce petit livre évoque avec beaucoup d’humour le travail qu’est, parfois, l’écriture – ses limites, ses enjeux, les libertés que l’on s’autorise ou non. Un bon point pour les dialogues particulièrement délectables.

.

– c’est que… j’ai un peu l’impression de tricher et…

– T’as encore du boulot ma fille ! Ecrire, c’est justement avoir le moins de scrupules possible ! T’es libre, complètement, tu comprends ? […]

– Les gens ne sont pas de la chair à fiction.

– Si c’est fait avec respect ! Et même, le respect, c’est déjà une censure, si tu te censures, t’écris plus ! Tu poses ton stylo et tu vas pêcher la crevette. (page 38)

.

Evidemment, en creux se dessine le portrait du quartier – Fives, dans les faubourgs de Lille. Et plus l’on avance dans le récit (qu’est-ce donc, d’ailleurs ? la couverture est un roman, mais on est en présence de bien autre chose, un texte au croisement du témoignage et de l’essai, peut-être), plus le quartier prend de place.

.

Celle-là, c’est celle du grand patron, de style Empire. Un peu plus bas, quatre maisons blanches, celles des ingénieurs. Les logements de brique, dans la rue derrière, ce sont pour les contremaitres. Voyez comme la hiérarchie sociale est inscrite dans l’urbanisme. (page 37)

.

Plus globalement, Ca nous apprendra à naître dans le Nord dresse un tableau d’une région qui peine à se relever de son passé ouvrier, bien loin des clichés en vogue depuis le film Bienvenus chez les Ch’tis. Et la tendresse des deux auteurs – Amandine Dhée et Carole Fives – pour ce Nord comme pour ses habitants est finalement contagieuse, car les nuages n’empêchent ni le rire, ni l’espoir.

.

– T’as des ancêtres ouvriers, toi ?

– Quand t’es née dans le Nord, t’as forcément des ouvriers qui se raccrochent désespérément aux branches de ton arbre généalogique, un sandwich à l’omelette à la main. (pages 32-33)

.

Un ouvrage inclassable, mais hautement recommandable pour qui s’intéresse à l’écrit, à la mémoire collective, au Nord – ou à tout cela à la fois.

Et, pour ce premier contact avec les éditions La Contre Allée, je tiens à souligner la beauté de l’objet qu’est ce livre.

Publicités

4 réflexions sur “Ça nous apprendra à naître dans le Nord, Amandine Dhée & Carole Fives

    • Ca ne m’étonne pas que tu réagisses sur ce titre 😉 Tu devrais passer un bon moment !
      (au fait, sais-tu qu’un Furet ouvre en région parisienne ?!? c’est le monde à l’envers…)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s