Le théorème de Kropst, Emmanuel Arnaud

theoreme de kropst-300x460Laurent Kropst est un taupin. Elève en maths sup au prestigieux lycée Louis-Le-Grand, il vit l’année de tous les dangers et de tous les espoirs dans un environnement majoritairement masculin et hautement concurrentiel.

De ces semaines laborieuses dépendront son admission à Polytechnique, donc son avenir.

Un jour, il ose un mensonge pour tenter de se sortir du pétrin dans lequel une note catastrophique l’a fourré. Ce même jour, il rencontre des filles des classes préparatoires voisines, hypokhâgne et HEC.

Conséquemment à ce double évènement qui vient rompre la routine de sa très studieuse existence, la vision qu’il a de son univers commence à changer – et bientôt son univers lui-même.

 

Passé par les grandes écoles, Emmanuel Arnaud connaît les codes du monde qu’il dépeint. Il relate avec distance et tendresse son opacité – et « l’humour prépa ».

 

« – Qu’est-ce qui se passerait si tous les Chinois réunis brusquement tous ensemble sautaient à pieds joints sur la Terre ?

– Une onde de choc d’une amplitude telle qu’elle provoquerait jusqu’à Paris un tremblement de terre de magnitude 8 sur l’échelle de Richter. » (page 12)

 

Il rend touchante cette parenthèse désenchantée que sont les années de prépa et analyse avec justesse et précision les sentiments contradictoires qui naissent au cours de cette période. L’éveil de la conscience du jeune Kropst et sa découverte de l’intuition – sa chance -, disséqués, sont fascinants ; sa confiance en lui nait et se développe au fil des pages, si bien que le lecteur en oublierait presque que la toile de fond de ce roman n’est que mathématiques.

 

« On a envie de savoir jusqu’où peut brûler sa flamme, pas de l’éteindre ! » (page 37)

 

L’écriture d’Emmanuel Arnaud a l’exigence des classes qu’il décrit. La barre est placée haut, le travail fourni est conséquent, sérieux, rien n’est laissé au hasard, le raisonnement est implacable. Le jugement du lecteur est à la hauteur de l’excellence présentée. Et comme la littérature est tout sauf une science exacte, s’y glisse ce petit plus qui fait la différence – le style, l’émotion, l’humour – et qui résonne en écho au supplément d’âme que l’on découvre à ce si attachant héros. Héros de qui l’on prendrait bien des nouvelles d’ici quelques années – tout en sachant qu’au sujet de son avenir, il n’y a pas à s’inquiéter.

 

« Depuis le début de sa scolarité, la réussite en classe de Laurent Kropst, c’est-à-dire sa réussite en mathématiques, parce que nous sommes en France, patrie des médailles Field, a été liée à sa rancœur contre des sphères confuses, mal identifiées, mais perçues comme hostiles, moqueuses, méprisantes car plus ou moins ‘supérieures’. » (page 126)

Publicités

Une réflexion sur “Le théorème de Kropst, Emmanuel Arnaud

  1. Pingback: Topologie de l’amour, Emmanuel Arnaud | Sophielit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s