La liste de mes envies, Grégoire Delacourt

J’ai attendu avant d’ouvrir ce roman, pourtant sur ma pile depuis un moment. Attendu comme on met de côté un chocolat dont on est sûr qu’il ne nous décevra pas, parmi les mauvaises surprises à la liqueur et à la pâte d’amande.

Présentation de l’éditeur :

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la

méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

 

Je n’ai pas été déçue par ce roman savoureux, truffé de détails et de bons mots. Grégoire Delacourt, on l’avait déjà compris avec L’Ecrivain de la famille (plusieurs fois primé), a un incomparable sens de la formule. Il en use et en abuse pour mieux modeler des personnages pétris de défauts, pour garnir de rubans et autres dentelles cette Jocelyne, nous la rendant ainsi attachante, inoubliable. Grégoire Delacourt comprend mieux les femmes que bon nombre d’entre elles ; il comprend aussi l’impuissance des hommes à les aimer parfois.

 

Avec tout cela, il ficelle un roman aussi joli que sensible, qui met en scène le fantasme de tout un chacun : gagner beaucoup, beaucoup d’argent. De l’argent à ne plus savoir quoi en faire.

Et La liste de mes envies, emmenée par la plume douce et très accessible de Grégoire Delacourt, se fait une ballade pleine de surprises entre Arras, Paris, Bruxelles et la Côte d’Azur.

 

J’aurais presque aimé que la fin soit autre. Mais c’est cela, aussi, la « marque Delacourt » s’il en est : nous emmener là où l’on ne s’y attend pas.

Publicités

13 réflexions sur “La liste de mes envies, Grégoire Delacourt

  1. J’ai beaucoup aimé ce livre ! Il fait vraiment du bien à la lecture. Comme toi, je voyais une autre fin mais ç’aurait été plus conventionnel voire même cliché.
    Je n’ai pas lu le 1er mais du coup, je n’y manquerai pas.

    J'aime

  2. Je viens de le finir. Il me semble que ce style avec des phrases courtes,qui vont droit au but est un style récurent chez les auteurs masculins pour parler d’amour. Ce qui fait qu’on ne dit jamais de leurs romans qu’ils sont a l’eau de rose. Comme Foenkinos p.exemple.

    J'aime

  3. Je ne connaissais pas cet auteur et depuis quelque temps, je le vois partout sur la blogo. Il semble qu’il devienne incontournable. Bon point pour lui en plus, il est de ma région d’origine !

    J'aime

  4. Pingback: Grand Prix littéraire de l’Héroïne Madame Figaro 2012 | Sophielit

  5. Pingback: La rentrée littéraire de Grégoire Delacourt | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s