Le blanc va aux sorcières, Helen Oyeyemi

 

« Le blanc va aux sorcières, une couleur à porter de manière à ce que toutes les autres couleurs puissent vous pénétrer, que vous puissiez les utiliser. »

C’est une mystérieuse maison d’hôtes, sur les falaises, près de Douvres. Une maison vivante, magique, plus grande qu’on ne le croit, avec ses fenêtres comme de drôles d’yeux carrés, fatigués, son ascenseur déglingué, ses corridors, son escalier qui aboutit toujours dans la cuisine au clair de lune. Avec malignité, elle déploie ses charmes pour chasser ses habitants : Luc, le père et maître de maison depuis la disparition en Haïti de son épouse, la belle Lily Silver, plus précieuse que l’or ; la Grand Anna à la chevelure très blanche qui dévalait en masse sur ses épaules ; Sade, l’étrange gouvernante, gardienne des voix

du passé ; la teinte invariable des yeux gris de Miranda qui entretient un lien si fragile avec la réalité et son jumeau Eliot ; enfin la belle et sensuelle Ore qui fait éclore le désir.

Entre modernité et héritage classique, dans les pas des sœurs Brontë, d’Henri James ou d’Edgar Poe, Helen Oyeyemi, jeune auteur prodige, récompensée par le prix Somerset Maugham, nous offre avec Le blanc va aux sorcières un conte gothique et hypnotique, à la Tim Burton, et renouvelle le récit de la maison hantée, inscrivant les frissons qu’il provoque au cœur même de notre époque.

 

Dans un style direct et inédit qui mêle langue parlée et écriture plus classique, Helen Oyeyemi met en scène des personnages diablement attachants – tout particulièrement les enfants.

Et au milieu de ces êtres terriblement humains, la maison est un personnage à part entière. On la visualise tellement qu’on a la nette impression d’y avoir sinon séjourné, du moins fait une visite. Et si l’envie de s’échapper le dispute à la fascination pour le trouble qui s’installe, ce roman demande au lecteur des efforts qui se trouveront récompensés par une ambiance incomparable, et inoubliable.

Car il règne dans les pages de ce roman une atmosphère magique difficilement définissable, qui croit à mesure que les évènements surviennent, et amplifiée encore par la mise en page surprenante proposée par les Editions Galaade.

Un roman étrange et inclassable.

Publicités

2 réflexions sur “Le blanc va aux sorcières, Helen Oyeyemi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s