L’Entre-sort, Olivier Vanghent

Sophie lit… la sélection du Prix du Style 2012 3/9

voir la sélection complète ici

 

Présentation de l’éditeur

ENTRE-SORT, subst. Masc. : Baraque foraine dans laquelle on expose des monstres.

Roman-baraque, L’Entre-sort donne à voir les monstres de notre société : un homme et une femme, simplement.

De ces phénomènes, vous ne verrez que les plaies, vous n’entendrez que les plaintes. C’est suffisant.

 

« L’amour est un journal. Nombreux sont les jours sans ferveur, sans fléau, où l’on doit pourtant griffonner quelque chose. Songe aux journaux, vois comme ils sont creux. C’est que le monde est souvent banal. Songe maintenant que du monde à l’amour, on  tombe de sept milliards à deux […] Je suis militariste depuis que je suis amoureux. Elles me séduisent ces époques d’inquiétude et de fièvres, les bruines sans trêve, les guerres de tranchées. C’est ridicule, je le sais. Quoique sensé. Que dire ? Je voudrais un amour plus odieux. »

L’Entre-sort est le roman d’un amour contemporain, aux flammes mourantes et aux fleurs coupés. C’est le roman de l’épuisement, de l’effacement progressif de la vie, de l’envie et de la langue, où chaque mot tend les bras au vide.

 

Olivier Vanghent a 31 ans. L’Entre-sort est son premier roman.

Editions L’Âge d’homme, septembre 2012, 148 pages, 13 €

 

 

L’Entre-sort est un roman de l’enfermement, qu’il soit dans un hôpital, où il est lui, ou dans une prison, ou elle est elle. Les cages sont les mêmes, qu’elles soient chambre d’hôpital ou cellule de prison.

L’Entre-sort est un roman du fantasme et du rêve éveillé, des désirs et des regrets. Même ensemble, les solitudes ne s’annulent pas. Quand la vie s’enfuit, il ne reste que l’imagination.

L’Entre-sort est un roman, le premier d’Olivier Vanghent, dans lequel la forme participe du fond. La mise en page tient compte des cadres stricts où sont elle et lui, la typographie s’amuse des vertiges, les pages blanches s’intercalent comme autant de respirations, tantôt salutaires, tantôt douloureuses.

L’Entre-sort est un roman sombre – mais même dans l’obscurité, les espoirs restent permis.

 

Morceaux choisis :

 

« On ne peut pas dire que l’exercice physique ait été une passion. J’entretenais peu mon corps. Je comptais tout de même quelques muscles gagnés au long de l’adolescence, que je bandais quelquefois. Tu me rêvais plus viril, toi, chevalier ou champion. […] On ne peut pas dire que l’exercice physique me manque depuis que je suis alité. » (page 15)

 

« Je ne connais pas l’heure de ma mort mais j’en connais le théâtre. Cette pièce même. Suis-je en avance ? Est-elle en retard ? Je l’ignore. Je l’attends. A cette heure, elle se pomponne. » (page 20)

 

« Je coûte cher. Je suis un luxe. Drapé dans ma fainéantise, la tête couronnée de fleurs, je croupis dans le faste. On me soigne. On me sert. On me flatte. […] Plutôt que de maintenir en vie ceux qu’elle a déjà quittés, qu’on s’occupe de ceux qui attendent d’en avoir une, ou désespèrent de n’en avoir pas de décente. » (page 28)

 

« Nos amis fêteront la nouvelle année ici. Ils seront détendus et embarrassés, empreints d’une joie sérieuse. Leurs vestons noirs et compassés ne laisseront pas de faire songer à une autre cérémonie. » (page 71)

 

« Est-ce que j’étais libre, moi, vraiment libre lorsque je l’ai libéré ? » (page 93)

 

« Les folles ne pardonnent jamais qu’on leur ressemble. » (page 103)

 

« Mon avocat a enfin récupéré nos feuillets. On me propose beaucoup d’argent pour leur publication. Dans le courrier qu’il m’adresse, l’éditeur d’une grande maison s’enquiert d’un possible viol, une pénétration que vous auriez subie et qui vous rendrait sympathique. Bien cordialement. » (page 113)

 

« Toute présence est une contestation. » (page 126)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s