J’ai passé l’âge de la colo !, Sophie Adriansen

En 1997, Sybillle s’apprête à nouveau à partir en colo, et du haut de ses 14 ans, elle se dit que ce n’est plus pour elle ! Elle a déjà donné, elle voudrait passer son tour. Oui mais voilà, ses parents ne lui ont pas demandé son avis.

.

Alors, à contrecœur, elle se poste en observatrice. Le moment du départ c’est ce qu’elle déteste le plus. Les filles cool, les garçons turbulents… comment faire sa place au milieu de jeunes qui semblent si sûrs d’eux ? Le temps des colonies c’est le temps où les jeunes tentent de s’apprivoiser, de tester leurs limites. Dans les années quatre-vingt-dix c’était déjà le cas et l’aventure de Sybille est intemporelle. On se boude, on se scrute et puis… parfois c’est le déclic ! Comment faire pour que ces vacances se transforment en de merveilleux souvenirs ?

.

Un roman entraînant dédié aux 9/13 ans qui rappellera, avec nostalgie, les aventures des colons de tous âges et qui donnera l’envie de découvrir cet univers aux plus réfractaires.

Editions Volpilière, novembre 2012, 108 pages, 9 €

à partir de 9 ans

.

J’ai passé l’âge de la colo est mon premier roman jeunesse… Et il vient tout juste de paraître aux éditions Volpilière.

La couverture est illustrée par la talentueuse Laetitia Butyn.

.

Rien que pour vous, en voici un extrait qui, je l’espère, vous donnera envie d’en découvrir davantage :

 

Samedi 15 février

 Je suis dégoûtée : je pars en colo. L’année dernière, j’avais pourtant fait promettre à mes vieux que c’était la dernière fois. Mais il paraît que j’ai particulièrement besoin de faire du sport et que l’air de la montagne me fera du bien. —

Tu devrais plutôt t’en réjouir ; parce que l’an prochain, c’est à réviser ton bac de français que tu passeras tes vacances d’hiver…

Non, je ne m’en réjouis pas. Le sport, l’air glacé, j’aurais préféré aller les chercher à la patinoire de la ville, où Julien va tous les samedis. Et puis, la colo, c’est tellement aléatoire : les camarades de chambre, les anims, la météo… On ne peut jamais prévoir. La patinoire, au moins, je sais avec qui j’y vais, et je sais qui j’y vois.

Pour une fois, j’ai attendu dans ma chambre qu’arrive l’heure d’aller prendre le car. Habituellement, je ne coupais pas au rituel du jeu de société en famille – mais franchement à quatorze ans j’ai passé l’âge.

Mes parents ne skient pas. Mon père n’est pas sportif, ma mère n’aime pas le froid. Lorsque j’ai eu sept ans, ils ont décidé que ce n’était pas une raison pour me priver de ce qui ne pouvait être, pour la petite fille que j’étais, qu’un plaisir. Et hop, dans le car.

Sauf que moi non plus, je n’aime pas le ski. La quantité invraisemblable de couches de vêtements qu’on doit empiler. Les tire-fesses qui vous propulsent à un mètre du sol sans prévenir. Les fous qui foncent sans regarder devant eux. Les copains qui ne sont jamais loin au moment précis où on rate une bosse. La neige qui se glisse pile entre les gants et les manches de la veste…

Et surtout, je n’aime pas les colos.

Cette année, ce sera différent. Fini le chalet des Pyrénées où j’avais, malgré tout, mes habitudes ; adieu l’aquarium géant à l’entrée du réfectoire, les parties de dames grandeur nature dans le jardin face aux sommets et les soirées télé dans la grande salle du bas ; direction les Alpes et le centre « Les 3 sapins ».

J’espère que je ne serai pas la plus vieille…

Publicités

Une réflexion sur “J’ai passé l’âge de la colo !, Sophie Adriansen

  1. Pingback: Max et les poissons, Sophie Adriansen | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s