Pourquoi écrivez-vous, Mathieu Simonet ?

SimonetMathieu20C2A920Hermance20Triay_CMathieu Simonet est né en 1972 à Paris, où il vit. Animateur d’une émission culturelle pendant trois ans (Le 6e sens, sur Vivre FM), il exerce actuellement la profession d’avocat. Il est l’auteur notamment des Carnets blancs (Seuil, 2010), de La Maternité (Seuil, 2012) et de Marc Beltra, roman autour d’une disparition (Omniscience, 2013).

« Son projet est d’organiser des « autobiographies collectives », dans lesquelles il mêle des fragments de sa vie intime et de celle des autres (il pousse les autres à écrire, à témoigner sur des sujets qui le touchent ; il essaye ensuite de trouver une unité à tous ces fragments, sous la forme d’un « collage littéraire »). »

 

.

Pourquoi écrivez-vous ?

J’écris dans un train qui se dirige à Provins. Aujourd’hui, mon frère a trente-huit ans. La neige est cinématographique. J’écris dans un carnet rouge. « Pourquoi écrivez-vous ? » La question est royale. Tous les écrivains (tous ceux qui écrivent ?) aiment, rêvent, au fond de leur cerveau, qu’on leur pose cette question. Lire la suite

Marc Beltra – roman autour d’une disparition, Mathieu Simonet & Françoise Olivès

Présentation de l’éditeur :

Beltra« En décembre 2003, Marc Beltra a disparu à la frontière du Brésil, du Pérou et de la Colombie. Une instruction a été ouverte en France. La brigade criminelle du Quai des Orfèvres est allée sur place plusieurs fois. Je suis l’avocat de la famille. Le dossier a été clôturé récemment, sans qu’on sache ce qui s’est finalement passé. La mère du garçon m’a demandé d’écrire ce livre – en me laissant carte blanche – pour qu’on n’oublie pas son fils. Ce roman sortira le jour anniversaire de Marc (et pour les 10 ans de sa disparition). » (Mathieu Simonet)

.

A l’été 2003, Marc Beltra, étudiant de 19 ans, s’est envolé pour la Colombie, ce pays où il y a deux disparitions en moyenne par jour. Aux grandes vacances, il décide de se rendre en Amazonie afin d’y faire des photos d’enfants pour un concours de l’Unicef.

Dans son sac, un livre au titre prémonitoire : Disparu (ou Perdu) en Amazonie. Lire la suite

Dédicace à la librairie Passion Culture d’Orléans

Passion Culture, c’est la plus récente mais aussi la plus grande librairie d’Orléans.

Ouverte en septembre 2011, elle a investi la halle de la Charpenterie, au bord de la Loire. 1 400 m² sur deux niveaux, 85 000 références… les chiffres ont de quoi faire tourner la tête de tous les passionnés !

Le lieu est dirigé par la dynamique Sylvie Champagne, qui s’est vue décerner le Lilas de la libraire, l’un des prix remis à la Closerie des Lilas, en avril 2012.

.

Autant d’éléments qui me rendent particulièrement fière d’y venir dédicacer mes livres samedi 26 janvier de 15h à 18h. [c’est demain !]

.

J’aurai avec moi Louis de Funès – Regardez-moi là, vous !, mon petit dernier. Date hautement symbolique, ce samedi sera aussi la veille du trentième anniversaire de la mort de l’acteur. Lire la suite

Pourquoi écrivez-vous, Delphine de Malherbe ?

Delphine de Malherbe a publié deux romans autofictifs, La Femme interdite (Editions Jean-Claude Lattès, 2006) et La Fille à la vodka (Editions Plon, 2012).

Elle est l’auteur de la pièce Une passion, jouée au théâtre Marigny, d’un récit brûlant sur Colette, d’un essai sur la foi… et d’une esquisse sur l’érotisme. Elle a également mis en scène le texte de Kathrine Kressmann Taylor, Inconnu à cette adresse, joué au théâtre Marigny.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

J’ai d’abord écrit très jeune car j’étais une petite fille unique qui avait besoin, seule dans sa grande chambre, de s’inventer un monde, des amis imaginaires, et des rêves. Je pense que ma créativité a été stimulée par ma solitude d’enfant. Lire la suite

La fille à la vodka, Delphine de Malherbe

Présentation de l’éditeur

Alice est belle. A Paris, le monde lui sourit. Mais soudain, pour une raison mystérieuse, elle abandonne sa vie et part s’installer à Avignon. Dans la capitale du théâtre, elle tombe le masque devant un homme étrange qui l’attire. Face à lui, elle défaille et se révèle victime d’un mal tabou chez un nombre croissant de jeunes femmes : l’alcool. La passion amoureuse va-t-elle la guérir de la dépendance à la vodka ? Pas à pas, telle une équilibriste fragile sur un fil tendu, elle avance avec hésitation entre la sagesse et le gouffre, entre l’ivresse de vivre et le vertige de l’amour.

La force de Delphine de Malherbe est de transformer le tabou de l’alcoolisme féminin en un roman fort et beau, dédié à Romy Schneider et Amy Winehouse en particulier… et aux femmes en général. Lire la suite

Louis de Funès – Regardez-moi là, vous !, Sophie Adriansen

Pour les fêtes, nous avons eu droit, comme chaque année, à quelques rediffusions de ses films les plus cultes : Les Aventures de Rabbi Jacob, Le Corniaud… Ca n’est pas fini. Car nous célébrons en ce mois de janvier 2013 le trentième anniversaire de la mort de Louis de Funès, qui rendit son dernier soupir le 27 janvier 1983.

 

Je signe pour l’occasion une biographie axée sur trente rencontres importantes dans la vie et la carrière de Louis de Funès – une façon différente de parler d’un homme et d’un acteur sur lequel on pense tout savoir… peut-être à tort.

 

Il y a trente ans, Louis de Funès nous quittait. Trente ans déjà, trente ans seulement.

Le roi du rire conserve une place à part dans nos cœurs : malgré le temps qui passe, il reste un de nos acteurs de légende préférés.

 

Bourvil, Jean Carmet, Michel Galabru, Jean Lefebvre, Daniel Gélin, Jean Gabin, Yves Montand, Jean Marais, Coluche, Pierre Mondy, Michel Serrault, Jean-Claude Brialy, Bernard Blier, Mireille Darc, Mylène Demongeot, Claude Gensac ont été ses inoubliables partenaires à l’écran– et pour certains d’entre eux, de vrais camarades.

Gérard Oury, Georges Lautner, Claude Zidi, Robert Dhéry, Sacha Guitry, Pierre Tchernia, Michel Audiard, Claude Autant-Lara, Edouard Molinaro, Claude Sautet lui ont façonné des rôles mythiques.

Leonor de Funès, sa mère, Jeanne de Maupassant, son épouse, Patrick et Olivier, ses fils, ont été les piliers d’une vie privée qu’il a veillé à protéger au maximum.

 

Dans cette biographie, Sophie Adriansen revisite le parcours de Louis de Funès à travers trente rencontres particulièrement marquantes et propose des lectures étonnantes et inédites de plus de trente films qui nous en disent chacun un peu plus sur l’homme qu’il était.

C’est Louis de Funès comme vous ne l’avez jamais vu.

C’est Louis de Funès comme vous ne l’avez jamais lu.

 

Editions Premium, 18 janvier 2013, 304 pages, 16,90 €

Découvrir le sommaire > c’est là.

M’écouter lire un extrait > sur le site MyBoox.

A voir aussi > la folle semaine.

.

On en parle déjà :

    • « Cette biographie par touche a quelque chose du story-board : chaque point de vue est un arrêt sur image, sur une perception particulière. […] Avec cet ouvrage, c’est tout le cinéma français d’après-guerre qui nous ouvre les portes de ses studios et de ses loges. »  (Des galipettes entre les lignes)
    • « Cela se lit comme un roman, par entrées successives où chaque témoignage recueilli nous offre une approche différente de Monsieur De Funès. » (Les lectures de Martine)

.

Bande annonce :

Pourquoi écrivez-vous, Brigitte Kernel ?

Brigitte Kernel est écrivain, journaliste littéraire, productrice-animatrice de radio. Actuellement, elle présente la quotidienne Lire Avec sur France Inter, après y avoir produit et animé pendant dix-sept ans l’émission littéraire Noctiluque. Elle est l’auteur de biographies et de romans. Le dernier en date, A cause d’un baiser, est paru en janvier 2012. Le prochain, Andy, paraîtra le 31 janvier 2013.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

J’écris parce que je ne sais pas faire autrement ou plutôt parce que, pour moi, c’est comme boire de l’eau. Disons que je suis potomane. Trêve de plaisanterie, j’ai la sensation que poser en mots une histoire permet de se recentrer et de répondre sans s’en rendre vraiment compte à ses propres questions. Une manière aussi de s’éclairer soi-même et de comprendre parfois ce que l’on a croisé ou vécu ou vu vivre. Ecrire, c’est aussi, je crois, essayer d’appréhender le monde et l’univers des autres. Lire la suite

À cause d’un baiser, Brigitte Kernel

Présentation de l’éditeur :

« Elle était si parfaite, comment avais-je pu soudain aimer une autre personne ? Que deux coups de téléphone, un déjeuner, un baiser, un seul baiser et quelques caresses remettent à ce point ma vie, notre vie, en question ? Qu’est-ce qui m’avait pris de dire aussi vite à Léa : J’ai embrassé une autre femme ? La greffe avait pris, en un baiser. Un baiser qui avait duré plus de deux heures et les mains, les doigts de Marie, sous mon pull, sur ma poitrine. Il m’avait semblé que ma vie basculait. Et maintenant comment faire ? Léa, Marie ; Marie, Léa. Peut-on donc l’espace d’un court moment, ou même d’un temps plus long, aimer deux personnes à la fois. »

Après Fais-moi oublier, le nouveau roman d’amour de Brigitte Kernel. Celui d’une femme tiraillée entre Léa, celle qu’elle aime, et l’envoûtante Marie qui, en un baiser, vient tout bouleverser. Lire la suite

Troc, Brigit Hache

Présentation de l’éditeur

Cher Monsieur,
Je devine votre étonnement à la réception de mon courrier. Cette première impression passée, je vous remercie de m’accorder à nouveau votre attention. Cette lettre ne poursuit qu’un seul but. Je n’y ferai preuve d’aucune complaisance à mon égard, j’ai ma part de responsabilité, mais je veux vous mettre en garde du danger qui vous guette.
Tout a commencé par un inconnu de passage, un vagabond naïf. Il tournait autour d’un présentoir comme un ours autour d’une ruche remplie de miel, ne sachant comment accéder à l’objet de sa convoitise sans éveiller de soupçons. Il prenait un paquet de bonbons, le reposait, renouvelait l’opération. Je le surveillais du coin de l’œil tout en servant mes clients. (…) Lire la suite

Pourquoi écrivez-vous, Valérie Tong Cuong ?

bio2015_valerie.

Valérie Tong Cuong a travaillé huit ans dans la communication avant de se consacrer à l’écriture et à la musique. Elle a publié sept romans et de nombreuses nouvelles, dont La Battle. Elle écrit également pour le cinéma et la télévision.

Son dernier roman, L’atelier des miracles, paraît ce 9 janvier 2013 aux éditions JCLattès.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

J’ai écrit dès que j’ai su tenir un crayon. Sans aucune intention à l’origine. L’écriture était alors le seul moyen de m’exprimer sans limite – même si à l’époque, personne ne me lisait ! C’était une forme de libération. Ce besoin d’écrire – de dire – s’est imposé, développé et ne m’a jamais quittée. Bien sûr, lorsque j’ai commencé à publier, mon rapport à l’écriture s’est modifié. Le lien au lecteur est bouleversant. C’est une conversation que l’on entame avec la publication d’un livre et que l’on poursuit lors des rencontres, où l’on débat, on échange, on se nourrit mutuellement.

Il faut dire aussi que j’ai souvent la sensation de n’être qu’un vecteur, un récepteur de ce que me confient mes personnages. Ils surgissent dans ma vie et me dictent la leur – comme s’ils m’avaient choisie pour témoin. Aussi bizarre que cela puisse paraître, je me sens pleine de gratitude à leur égard. Ils me font réfléchir et avancer. Lire la suite