Pourquoi écrivez-vous, Brigitte Kernel ?

Brigitte Kernel est écrivain, journaliste littéraire, productrice-animatrice de radio. Actuellement, elle présente la quotidienne Lire Avec sur France Inter, après y avoir produit et animé pendant dix-sept ans l’émission littéraire Noctiluque. Elle est l’auteur de biographies et de romans. Le dernier en date, A cause d’un baiser, est paru en janvier 2012. Le prochain, Andy, paraîtra le 31 janvier 2013.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

J’écris parce que je ne sais pas faire autrement ou plutôt parce que, pour moi, c’est comme boire de l’eau. Disons que je suis potomane. Trêve de plaisanterie, j’ai la sensation que poser en mots une histoire permet de se recentrer et de répondre sans s’en rendre vraiment compte à ses propres questions. Une manière aussi de s’éclairer soi-même et de comprendre parfois ce que l’on a croisé ou vécu ou vu vivre. Ecrire, c’est aussi, je crois, essayer d’appréhender le monde et l’univers des autres. Traduire par le mode de la fiction, les reliefs de la vie ou plutôt de vies réinventées, c’est aussi un jeu superbe pour l’esprit. Il y a des livres qui se font lentement, des livres qui s’écrivent rapidement. Des livres qui vous interrogent et vous plaquent au fond d’une impasse et d’un puits de questions, des livres qui vous répondent et vous font bifurquer sans qu’on ait rien demandé, des livres qui vous emportent ou vous disloquent. C’est fascinant. Chaque roman en élaboration a son propre temps, son pas ou son galop. L’auteur tient les rênes mais en réalité, c’est le roman qui dirige, et les personnages, la construction romanesque J’aime le temps de l’écriture qui est un long voyage, une aventure mais aussi une possibilité de faire – plus ou moins – des trouvailles (tant au niveau des l’imaginaire que du style ou de l’architecture du texte) et de se laisser aller à des tentatives. Je crois qu’un livre correspond à un moment d’existence et permet de s’aventurer sur des terres qu’on n’imagine pas au départ. L’idée de commencer un nouveau roman est toujours un vrai bonheur. L’idée de faire passer un message n’est pas le moteur principal pour moi, mais fait partie, oui, du processus. En tout cas, sans que j’en sois forcément consciente au moment de la rédaction. C’est généralement ensuite, quand le livre est terminé, que je m’en rends compte. C’est d’ailleurs peut être mieux, il n’y a rien de sérieux dans l’écriture. Juste du grave, du léger, des émotions, une tentative. C’est une école de l’humilité car c’est terriblement fragile et peut s’interrompre si l’on n’est pas dans une phase de vie, disons… inspirante et plutôt décontractée.

.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un aspirant écrivain ?

Je lui dirais de lire, beaucoup, de marcher ou de nager, de regarder autour de lui en ne jugeant pas ou seulement peu. Et de se mettre à sa table d’écriture. Il ne s’agit pas de dire “ je veux devenir écrivain”, il s’agit d’écrire. Et de ne pas imaginer faire un succès. On écrit pour soi, pas pour les autres. Ni pour, ni contre une situation, une ou des personnes.

.

Précédent rendez-vous : Valérie Tong Cuong

Prochain rendez-vous : Delphine de Malherbe

Publicités

3 réflexions sur “Pourquoi écrivez-vous, Brigitte Kernel ?

  1. Pingback: Pourquoi écrivent-ils ? | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s