La fille à la vodka, Delphine de Malherbe

Présentation de l’éditeur

Alice est belle. A Paris, le monde lui sourit. Mais soudain, pour une raison mystérieuse, elle abandonne sa vie et part s’installer à Avignon. Dans la capitale du théâtre, elle tombe le masque devant un homme étrange qui l’attire. Face à lui, elle défaille et se révèle victime d’un mal tabou chez un nombre croissant de jeunes femmes : l’alcool. La passion amoureuse va-t-elle la guérir de la dépendance à la vodka ? Pas à pas, telle une équilibriste fragile sur un fil tendu, elle avance avec hésitation entre la sagesse et le gouffre, entre l’ivresse de vivre et le vertige de l’amour.

La force de Delphine de Malherbe est de transformer le tabou de l’alcoolisme féminin en un roman fort et beau, dédié à Romy Schneider et Amy Winehouse en particulier… et aux femmes en général.

 

 

On pourrait croire qu’Alice a tout pour elle – jeune, jolie, travaillant dans une librairie. Elle ne tient en réalité debout que grâce à cette béquille incolore, presque invisible, qu’est la vodka. Quarante degrés d’alcool pour lui réchauffer le cœur et le corps, du moins les mettre à température ambiante. Chaque verre est un tour de manège, et la somme des verres fait de chaque jour un tour de manège semblable au précédent. Jusqu’à ce qu’Alice et Patrice se rencontrent. Alice consigne les avancées chaotiques de leur relation qui, si elle ne les détruit pas tous les deux, les sauvera peut-être.

 

Il y a dans les pages de ce roman le flottement de l’alcool, les vapeurs des instants où la boisson calfeutre la réalité, l’atmosphère éthérée des soirées enivrées. Il y a la vodka joyeuse et la vodka triste.

 

L’alcoolisme au féminin ne date pas d’hier ; malgré cela, ce roman très moderne résonne de façon générationnelle. Céder à la tentation est aisé, la spirale n’est pas loin.

 

Auteur et metteuse en scène de théâtre (j’ai vu à l’automne son adaptation au théâtre Antoine d’Inconnu à cette adresse de Kathrine Kressmann Taylor), Delphine de Malherbe livre également ici une ode au théâtre et à la ville d’Avignon.

Sa plume tour à tout nerveuse et poétique est une très belle découverte.

 

Plon, août 2012, 240 pages, 18 €

 

Citations choisies :

 

« D’habitude, je n’écoute pas mes désirs. Je les laisse s’éteindre et je m’apaise de ne pas les assouvir. Je les anesthésie en augmentant la dose. Je bois un verre, je me tais et je regarde. » (pages 16-17)

 

« – Un homme prend un verre. Le verre suit le verre. Le dernier verre prend l’homme. » (page 39)

 

« Je ne respirais qu’avec une vodka à la main, jamais ivre mais calmée, pour apaiser en moi la force ultraviolente de mes sensations ultraheureuses. Je vivais chaque instant avec une puissance telle que je devais l’anesthésier. Mon esprit se tranquillisait une fois la dose ingurgitée, mais mon corps hurlait de se laisser détruire. » (page 42)

 

« Je n’osais penser que c’était peut-être mon tour d’être emmenée sur les ailes d’un homme qui me débarrasse de mon enfance comme de l’ultime chaînon aux pieds. » (page 54)

 

« Un homme qui ne cherche pas au fond de lui les raisons de ce qui lui arrive se retrouve, un jour, en tel décalage avec sa nature véritable qu’il peut en perdre la tête. » (page 55)

 

« Je ne savais que lire, boire et aimer, avec une préférence pour ce que je pouvais accomplir dans la solitude, sans le besoin d’autrui, comme rêver à aimer, me serrer comme je m’étais fait prendre, écrire comme j’avais lu, mais à la manière de personne. » (page 73)

 

« Mon verre vide, je buvais tes phrases. » (page 118)

 

« J’avais beau ignorer comment gagner de l’argent, grandir, exister, aimer, comment faire des enfants, vivre, je savais guérir les blessures des autres. » (page 129)

Publicités

4 réflexions sur “La fille à la vodka, Delphine de Malherbe

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s