Marc Beltra – roman autour d’une disparition, Mathieu Simonet & Françoise Olivès

Présentation de l’éditeur :

Beltra« En décembre 2003, Marc Beltra a disparu à la frontière du Brésil, du Pérou et de la Colombie. Une instruction a été ouverte en France. La brigade criminelle du Quai des Orfèvres est allée sur place plusieurs fois. Je suis l’avocat de la famille. Le dossier a été clôturé récemment, sans qu’on sache ce qui s’est finalement passé. La mère du garçon m’a demandé d’écrire ce livre – en me laissant carte blanche – pour qu’on n’oublie pas son fils. Ce roman sortira le jour anniversaire de Marc (et pour les 10 ans de sa disparition). » (Mathieu Simonet)

.

A l’été 2003, Marc Beltra, étudiant de 19 ans, s’est envolé pour la Colombie, ce pays où il y a deux disparitions en moyenne par jour. Aux grandes vacances, il décide de se rendre en Amazonie afin d’y faire des photos d’enfants pour un concours de l’Unicef.

Dans son sac, un livre au titre prémonitoire : Disparu (ou Perdu) en Amazonie.

.

D’avocat de la famille, Mathieu Simonet est devenu ami. Il accepte la demande de la mère de Marc. Patrick Poivre d’Arvor , qui a écrit avec son frère un roman intitulé Disparaître, préface l’ouvrage.

En Amazonie, il y a de la violence, des individus prêts à tout pour un peu d’argent, des chamans qui proposent des initiations à l’ayahuasca, inscrit au registre des stupéfiants en 2007, et ce fleuve qui engloutit tout.

 .

Ce roman autour d’une disparition est construit comme un puzzle, selon la façon qu’a Mathieu Simonet, auteur également de La Maternité, d’envisager l’écriture. Il mêle les témoignages de proches de Marc ou d’individus qui l’ont croisés, en France ou de l’autre côté de l’Atlantique, aux e-mails du jeune homme, aux fragments du journal de Françoise Olivès, sa mère, aux réflexions de Mathieu Simonet sur l’écriture et sur les libertés qu’il peut prendre par rapport à la vérité.

.

L’ensemble a ce rythme que j’avais découvert et apprécié dans La Maternité, et confirme le talent de Mathieu Simonet pour s’emparer de tous les sujets, aussi complexes ou douloureux soient-ils, et en faire de la littérature.

On ouvre ce livre comme un récit et un hommage ; on le referme comme un objet littéraire d’où émerge, malgré tout, l’espoir.

.

http://www.marcbeltra.net/

.

Editions Omniscience, 10 janvier 2013, 224 pages, 16,90 euros

.

Citations choisies :

« Cette histoire avait des allures de Cluedo. De romans d’Agatha Christie. Avec une frustration en prime. Celle de ne pas forcément connaître la fin. » (page 63)

.

« Mon manuscrit ressemble à un jeu de piste ; je suis le seul à m’y perdre. Avec des flèches dans tous les sens. Comme un cow-boy. » (page 100)

.

« Marc est peut-être vivant. Et qu’importe, qu’importe si dans ce peut-être il n’y a que peu d’espoir. » (page 155)

.

« Ecrire un livre, c’est laisser un morceau de soi. » (page 167)

.

« Ce livre, ce n’est pas simplement un roman. C’est aussi une cérémonie, une pièce trop petite dans laquelle chacun aimerait dire trop de choses. » (page 196)

Publicités

Une réflexion sur “Marc Beltra – roman autour d’une disparition, Mathieu Simonet & Françoise Olivès

  1. Pingback: Barbe rose, Mathieu Simonet | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s