Pourquoi écrivez-vous, Isabelle Aeschlimann ?

Isabelle A

Isabelle Aeschlimann est née en 1979 et a grandi à Alle, dans le canton du Jura.

A 20 ans, elle achète son premier ordinateur portable et commence sa première nouvelle qui commence à devenir roman l’année suivante.

Un été de trop est publié à l’automne 2012 aux éditions suisses Plaisir de lire.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

Je me souviens d’une rédaction lorsque j’avais aux environs de douze ans. Nous avions dû inventer une histoire et j’en avais éprouvé un immense plaisir. Par la suite, au cours de ma scolarité j’ai été très frustrée de ne plus avoir la possibilité d’explorer cet univers.

Nous avions des dissertations, ce qui n’a rien à voir avec de la création, et je détestais ça. J’avais des notes catastrophiques. Nous n’avons jamais appris à raconter une histoire. Alors qu’en Amérique il y a les cours de « Creative writing ». Lire la suite

Publicités

Un été de trop, Isabelle Aeschlimann

Présentation de l’éditeur :

Markus, quarante ans, marié, trois enfants, heureux en ménage, laisse momentanément sa famille derrière lui pour réaliser un projet professionnel à Berlin. Emilie, vingt-cinq ans, quitte son compagnon après une relation de quatre ans et, en pleine remise en questions, part effectuer un stage dans la capitale allemande. Markus et Emilie se sont déjà rencontrés, huit ans auparavant. Le hasard les remettra-t-il face à face ? L’attrait de la liberté est-il plus fort que le sens du devoir ? Et surtout, peut-on donner une deuxième chance à l’amour ?

 

Un Eté de trop est une histoire de séduction, de tentation, et de cas de conscience qui a pour décor Berlin, ville dynamique où tout paraît possible. Un premier roman qui remet au goût du jour les jeux de l’amour et du hasard, et qui ne laissera personne indifférent… Lire la suite

La folle semaine

LivresHebdo 4.12.13Parce que les mini cyclones ne sont pas si fréquents (pour moi en tout cas), que j’en ai vécu un le mois dernier et que je voulais ne rien en oublier, j’ai tout consigné dans ce petit texte. Un cyclone dont l’œil ressemble au plus grand acteur comique français d’après-guerre…

 

Le vendredi 4 janvier, Livres Hebdo dégaine le premier, annonçant même la sortie du livre pour le 11 (il ne doit paraître que le 18). Le lundi 14, l’équipe du site MyBoox me pose quelques questions et me demande de lire un extrait devant leur caméra. Un premier clip sera monté et mis en ligne le jeudi 17. Ce même lundi 14, la toute première lectrice, une amie, m’envoie un message : elle a pris sur son sommeil pour avancer dans le livre, tant elle n’a pu s’en détacher. Cela me met en joie. Les bloggeuses sont comme souvent les premières sur le coup : Martine, Lili Galipette, Claire écrivent de beaux billets.

 

Débute alors la folle semaine.

 

Lundi 21 janvier, le site de TV Mag annonce la soirée spéciale de Funès du mercredi 23 en présentant mon livre. La brève est reprise par les TV Mag papier des quotidiens Libération Champagne, L’Est éclair, Le Républicain lorrain, L’union, Le Pays-Belfort. La République du Centre, le quotidien de la région d’Orléans dont je suis originaire, me propose une interview téléphonique pour le lendemain. Dans la soirée, l’encadré du livre que j’ai consacré à Louis de Funès et à ses voitures est publié dans la rubrique Périscope de Caradisiac, incontournable site automobile.

 

Mardi 22 janvier, je vais répondre aux questions de François, l’intervieweur qui profite de ses entretiens pour tirer les vers du nez de ses invités… toujours avec les meilleures intentions. L’après-midi, la journaliste de La République du Centre me fait parler de Louis de Funès mais aussi de mes autres livres et de ma dédicace de samedi 26 à Passion Culture, la plus grande librairie d’Orléans. La journaliste me demande aussi de faire une photo avec le livre et de la lui envoyer dans la soirée. Je m’exécute (Rodolphe joue les photographes), passe la photo en noir et blanc parce que je ne suis pas complètement satisfaite du résultat. « Très bien, vous me l’envoyez en couleurs ? » Bon.

Sur TV Vendée, dans La Grande Emission, Aïda présente mon livre et rappelle que le succès de Funès est allé jusqu’en Roumanie.

 

on airMercredi 23 janvier, Brice de Nostalgie Belgique, grand fan de Louis de Funès, me propose d’enregistrer une interview par téléphone qui sera diffusée à l’occasion de la Maxi Story de Funès qu’il prépare pour le week-end anniversaire. Je donne l’interview depuis mon téléphone portable après un essai moins concluant depuis la ligne fixe. Sur le DailyELLE, Sophie Fontanel annonce la soirée spéciale sur TMC avec une image : la couverture de mon livre. Je me rends ensuite dans les locaux de Vivre FM, dans le VIIIème arrondissement de Paris, pour enregistrer dans les conditions du direct une petite heure d’émission sous la forme de trois séquences de 12 minutes entrecoupées d’extraits de dialogues cultes, d’interviews de Louis de Funès et d’un medley des génériques de Vladimir Cosma. Christophe, l’animateur, s’est renseigné à mon sujet et il montre un grand intérêt pour Trois années avec la SLA, le témoignage de mon oncle, une fois que les micros sont coupés.

 

Plus tard dans l’après-midi, je me vois obligée – j’en pleurerais – de refuser BFM TV qui me propose d’intervenir en plateau le samedi soir à 19h. Samedi, je fais ma dédicace à Orléans, je ne pourrai jamais y être à temps. En fin de journée, je réponds par téléphone à quelques questions d’une journaliste de 20 Minutes qui cherche à comprendre pourquoi Louis de Funès est encore si populaire aujourd’hui.

 

Jeudi 24 janvier, je prends le TGV pour Nantes. Je suis invitée dans l’émission « Ce soir avec vous » de France 3 Pays de la Loire, dont le déroulé prévoit toujours un entretien d’une dizaine de minutes du journaliste avec une personnalité ( !). Nantes, c’est la région du château qu’avait acquis Louis de Funès ; c’est aussi à l’hôpital de Nantes qu’il est mort, le 27 janvier 1983. France 3 12L’émission est enregistrée en fin de journée en public et dans les conditions du direct au Trempolino, une salle de spectacles située juste à côté des Machines de l’île. Mon intervention est notamment précédée d’un débat sur le mariage pour tous plutôt animé. Mon stress (important) s’avère (comme souvent) inutile : l’enregistrement se passe très bien.

 

Le technicien qui me raccompagne à la gare est sur le pied de guerre : Gabart s’apprête à terminer le Vendée Globe avec une semaine d’avance sur toutes les anticipations. Il va pulvériser le record de Jules Verne de 80 jours. L’équipe au complet va déplacer le matériel aux Sables d’Olonne dès le lendemain matin. Je ne suis pas encore dans le train qu’une journaliste de M6 me téléphone pour caler le tournage du lendemain matin : je vais être filmée pour le JT du dimanche. Elle a un souvenir très personnel autour de Louis de Funès et de son papa à elle qu’elle me confie et sur lequel elle voudrait mon avis. Je ne sais pas quel âge a cette journaliste, mais soudain, après que les aspects pratiques du tournage sont calés, c’est une petite fille que j’ai au bout du fil.

 

20MinutesVendredi 25 janvier, je me lève en ne pensant qu’à une chose : M6. Je pars pour Courbevoie, ville natale de Louis de Funès. En chemin, un SMS, puis un autre, m’informent que je suis citée à plusieurs reprises dans l’article du quotidien 20 Minutes (la journaliste m’avait dit que son article était destiné au site Internet uniquement). Sur 20minutes.fr figure une version plus longue du même article.

 

L’équipe de M6 a prévu de me filmer là où se tiendra à partir de lundi 28 une exposition d’affiches de films de Louis de Funès. L’exposition n’est pas encore installée. La journaliste et moi choisissons quelques affiches, sous l’autorité du collectionneur, les faisons accrocher et la journaliste me filme tout en me posant des questions. La séquence sera diffusée dans le 19.45, le journal télévisé du lendemain soir.

 

13h tf1 25.01.2013Je prends la route pour Orléans. A 13h30, un premier message m’informe que Jean-Pierre Pernaut vient de présenter mon livre pendant son journal télévisé. C’est à peine croyable. Le 13h de TF1, c’est la plus grosse part d’audience d’Europe à cette heure-ci. Entre six et sept millions de téléspectateurs. Je savais que l’animateur avait demandé à recevoir l’ouvrage, mais je savais également qu’il en avait demandé d’autres, et rien n’est jamais certain avec la télévision…

 

Ca et là, on me signale qu’on a vu mon livre. Anne-Claire tombe dessus en faisant ses courses à Carrefour, Charlotte en photographie une pile dans sa librairie favorite du Mans. Le site de L’Express, qui a consacré la veille un article à Louis de Funès, fait une mise à jour en mentionnant mon livre. Cinéobs présente deux ouvrages consacrés à l’acteur. Le mien est le premier des deux. Un journaliste de Sud Radio m’appelle pour me demander si lundi, en plus de l’émission à laquelle il est prévu depuis plusieurs jours que je vienne participer en direct dans les locaux parisiens, je serais d’accord pour faire une mini-interview en direct par téléphone pour le décrochage du sud de la France. Je suis d’accord. En région Pays de la Loire, l’émission Ce soir avec vous est diffusée après le Soir 3. Je m’endors sans savoir à quoi a ressemblé ma prestation.

 

LdF Adriansen_La RèpSamedi 26 janvier, la neige commence à fondre. La journée orléanaise commence par l’ouverture du journal local. A partir de notre conversation téléphonique, la journaliste a fait un grand portrait de moi, axé sur Louis de Funès mais aussi un peu sur Quand nous serons frère et sœur, mon roman à paraître (le premier pour adulte) et que je vais signer en avant-première l’après-midi, qui occupe un beau morceau de la page de La République du Centre. Ma photo y est, en couleurs. Nathalie, une libraire de Toulouse, m’envoie une photo de mon livre dans sa librairie. Elle-même adore Louis de Funès.

 

La librairie Passion Culture d’Orléans m’accueille pour trois heures de dédicace. Les deux tiers des livres que l’on me demande de signer sont des biographies de Louis de Funès. Après un échange assez long autour d’anecdotes de tournages, un couple passionné par l’acteur ose : « On peut vous faire la bise ? » Louis de Funès, ça rapproche.

 

Peu après 20 heures, François me fait remarquer que je passe bien à l’écran. Je viens justement de regarder le replay de Ce soir avec vous… mais lui m’a vue sur M6 ! La séquence prévue pour le dimanche a été diffusée plus tôt que prévue.

 

M6 4

Dimanche 27 janvier est le D-day. C’est aujourd’hui l’anniversaire. Ca n’est donc pas par hasard que François publie l’interview de mardi. Comme les fois précédentes, je revis notre échange en lisant son billet… et je lis aussi ce qu’il y a (toujours) entre les lignes. Terrafemina me consacre (ainsi qu’à Louis) un long article en une. Le Parisien s’intéresse à l’acteur en mentionnant mon livre. Marie-Claire poste sur son blog un long billet sur mon livre. Marie-Sophie, une fan de Louis de Funès de la première heure avec qui j’échange sur Twitter, me félicite et me remercie pour mon livre (elle a été la première à le commander depuis le site de l’éditeur). Le jugement d’une fan, par définition lectrice intransigeante, est particulièrement précieux.

 

vitrineLundi 28 janvier, je vais parler de Louis de Funès au micro de Sud Radio. Face à moi, un animateur fan et une animatrice totalement insensible au comique de Louis de Funès. C’est bon esprit, le rythme est enlevé, j’y resterais des heures. L’émission n’en dure qu’une, après laquelle on m’emmène dans un petit bureau où je réponds par téléphone à des questions semblables pour l’antenne locale. Le soir, je retourne à Courbevoie où a lieu le vernissage de l’exposition d’affiches. Il y a là les officiels, les seniors de la ville venus profiter du buffet, et aussi Laurent de Funès, petit-fils de, avec qui je vais discuter (devant les caméras de France 3), et Stanislas, un fan absolu, créateur d’un site dédié à l’acteur qui m’a été d’une grande utilité pour mon travail. Mon livre est exposé en vitrine. Stanislas, qui l’a acheté le jour même, me demande une dédicace.

 

Mardi 29 janvier, je me rends à la maison des associations de Courbevoie où est donnée une conférence sur la vie de Louis de Funès. Le conférencier ne comptant pas au nombre des admirateurs de l’acteur (il retrace la vie de l’acteur par celles de ses rencontres qui ont généré le plus de frictions), je me fais avocate de la défense, invitée pour l’occasion à prendre place face au public. Après la conférence, une troupe de théâtre joue un extrait d’Oscar. La présiFaites sauter la banque - Copiedente de l’association me fait dédicacer deux exemplaires de ma biographie, qu’elle a achetés après m’avoir appelée jeudi 24,  à l’attention du conférencier et du président de la troupe de théâtre. Elle me propose de revenir plus tard dans l’année parler de mes autres livres. Dans ma boîte mail m’attendent les articles parus dans Le Journal des enfants, sur les sites Commeaucinéma, Bemypeople…

 

 

 

S’achève ainsi la folle semaine – qui aura duré plus que sept jours ; une semaine inoubliable. Une semaine qui a définitivement effacé ce manque de légitimité en funèssologie que je ressentais.

 

Une semaine comme j’en souhaite à tous ceux qui écrivent…

 

Sophie Adriansen, 30 janvier – 1er février 2013

 

Depuis l’écriture à chaud de ce récit, il y a eu d’autres belles surprises… et il n’est pas impossible qu’il y en ait d’autres encore.

 

 

 

Pourquoi écrivez-vous, Pierre Stasse ?

.

.

Pierre Stasse est né en 1986.

Il a publié, chez Flammarion, Les Restes de Jean-Jacques en 2009 et Hôtel Argentina en 2011.

Son troisième roman, La nuit pacifique, est paru en janvier 2013.

 

 

.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

C’est une question finalement assez peu posée. On parle souvent du comment, mais assez peu de la raison. J’imagine qu’une des explications provient de l’ignorance : on reconstruit a posteriori une raison, on intellectualise ce qui pour beaucoup s’apparente à une forme de pulsion, alors même que personne n’est obligé d’écrire. Lire la suite

La nuit pacifique, Pierre Stasse

Trentenaire spécialiste de la retouche photo, Hadrien a quitté la France, et ses parents qui ne se sont jamais remis de la mort de sa sœur aînée Cécile, pour la Thaïlande et Bangkok, la ville sans fin.

 

Professionnellement, avec son associé Vichaï, Hadrien fait des miracles dans ce pays où tout est image. Personnellement, il est hanté par le souvenir de sa sœur. C’est que la thèse officielle du suicide lui semble biaisée par la relation qu’entretenait à l’époque Cécile, 16 ans, avec son médecin. Et voilà que le hasard met le médecin en question sur la route d’Hadrien…

 

Pierre Stasse signe avec cette Nuit pacifique un roman envoûtant, écrit d’une plume aussi fine et précise qu’un scalpel. Tout n’est qu’apparence, le héros ne le sait que trop bien, qui en a fait son gagne-pain, mais où commence l’illusion ? Lire la suite

Il était une fois une princesse, Luluinthesky

Présentation de l’éditeur :

 

 

 

 

 

.

.

.

.

Voici une princesse étonnante, à la fois ancrée dans son époque (la nôtre), romantique, rêveuse, féministe, nourrie aux personnages de Walt Disney… Et comme toute princesse qui se respecte, elle cherche son prince charmant. Mais, comme toujours quand on a une idée précise de ce que l’on cherche, on risque la déception… Lire la suite

Pourquoi écrivez-vous, Jennifer Murzeau ?

jennifer-murzeau-small

Jennifer Murzeau, née en 1984, est journaliste.

Elle a travaillé pour France 2, Direct 8, et France Culture.

Elle collabore aujourd’hui au magazine Glamour.

Son premier roman, Les Grimaces, est paru en 2012 aux éditions Léo Scheer..

.

Pourquoi écrivez-vous ?

J’écris par goût de la littérature. Parce que les livres m’accompagnent quotidiennement depuis de nombreuses années, qu’ils m’inspirent, parce qu’ils sont pour moi un exutoire essentiel. Ce sont les livres que j’aime qui me donnent envie d’écrire à mon tour. Lire la suite

Les grimaces, Jennifer Murzeau

Présentation de l’éditeur :

grimacesAngelina est chargée de production pour une chaîne de télé du câble. Depuis plus de trois ans, elle subit la perfidie de sa collègue, assiste aux batailles d’égo qui l’excluent, observe toutes ces grimaces qu’elle ne sait pas faire. Éternelle anonyme, elle souffre en silence de son intégration ratée dans le monde du travail jusqu’au jour où elle décide de se venger. Il lui faut une victime qui paye pour ce trop-plein d’humiliations. Elle choisit Marie. Puis elle laisse vaciller sa raison et grandir son obsession pour cette jeune et belle présentatrice qui semble avoir le monde à ses pieds.

À travers les yeux de ses personnages, Jennifer Murzeau détaille un quotidien fait de petites violences et de grands ridicules. Elle dépeint avec un humour caustique un univers où finalement chacun se débat pour exister dans une compétition sans pitié. Lire la suite

Les Roses de Somerset, Leila Meacham

Présentation de l’éditeur :

.

« Une saga captivante qui n’est pas sans rappeler Autant en emporte le vent. » Publishers Weekly

« Une épopée sudiste digne d’un grand film. » The New Yorker

.

Howbutker, Texas, 1916. A la mort de son père, la jeune Mary Toliver hérite de la plantation de coton des Toliver, l’une des familles fondatrices de Howbutker. La jeune femme devra-t-elle sacrifier son amour pour Percy Warwick, magnat de l’exploitation forestière, pour faire vivre le sol de ses ancêtres ? Confrontés aux trahisons, aux secrets et aux tragédies qui les entourent, renonceront-ils à ce qui aurait pu exister, non seulement pour eux, mais aussi pour les générations suivantes ?

Dans ce livre haletant, écrit comme on filme une série TV, Leila Meacham renoue avec les codes des grandes sagas historiques pour mieux les réinventer. Traduit dans vingt-cinq pays, ce roman d’amour et de sacrifice a déjà conquis les lectrices du monde entier. Lire la suite

Pourquoi écrivez-vous, Harold Cobert ?

.

Romancier, Harold Cobert a publié Le reniement de Patrick Treboc (JC Lattès, 2007), puis aux Editions Héloïse d’Ormesson Un hiver avec Baudelaire (2009), L’Entrevue de Saint-Cloud (2010, lauréat du Prix du Style 2010) et Dieu surfe au Pays basque (2012).

Son prochain roman, Au nom du père, du fils et du rock n’ roll, est attendu pour avril 2013.

Essayiste, auteur d’une thèse sur Mirabeau, il a fait à l’automne 2012 l’Eloge du charme (Bourin Editeur). Lire la suite