Bref, ils ont besoin d’un orthophoniste ! Gaëlle Pingault

orthophonisteQue savons-nous de l’orthophonie ? A qui s’adresse-t-elle ?

Orthophonie
Du grec orthos : droit et phônê : voix.
Terme désignant la prononciation et l’articulation normale du langage parlé et écrit par opposition aux troubles de la phonation. L’orthophonie est également le traitement des défauts de l’élocution et de la prononciation.
(Source : vulgaris-medical.com)

Novelliste remarquée et primée, Gaëlle Pingault est orthophoniste. Dans ce recueil à la construction peu banale, elle s’attaque aux idées reçues sur ce métier mal connu dont les exercices peuvent pourtant être la réponse à des problématiques aussi diverses que variées. Gaëlle Pingault nous en donne à voir ici de nombreuses. La communication est au cœur du sujet, et les difficultés qui en découlent lorsqu’elle est mauvaise se déclinent de mille façons.

L’orthophonie est « plurielle, riche, exigeante, en perpétuelle évolution, d’une grande profondeur humaine ». Comme ce recueil. Car ce n’est nullement un précis médical que propose l’auteur. Elle nous offre ici des histoires, des tranches de vie, des instants de basculement, des respirations retenues. En fil rouge, s’intercalant entre les nouvelles se terminant toutes par « Bref, il/elle/ils a/ont besoin d’un orthophoniste », se déroule l’histoire de Laure et sa voisine Elisa, qui n’est évidemment pas sans rapport avec le reste de l’ouvrage.

Bref, ils ont besoin d’un orthophoniste ! présente le double intérêt de la qualité littéraire, sur le fond comme sur la forme car la création est diablement originale, et de l’utilité sociale. C’est assez rare pour que l’on s’y arrête.

Editions Quadrature, novembre 2012, 118 pages, 15 euros

Morceaux choisis :

orthophoniste« Je viens de comprendre pourquoi le regard de la fille d’en face me dérange. Elle voit les gens en entier. Elle est baroque, cette fille, ma parole ! On passe notre temps à être considérés comme des consommateurs, des travailleurs, des assistés, des parents, des célibataires, des chômeurs, des malades, des valides, des syndiqués-ou-pas, des clients, des conducteurs, des piétons, des riches, des pauvres, des je ne sais quoi encore. Morcelés. Débités en petits bouts. Tranches. Rondelles ? Transformés en puzzle. Appartenant à des catégories et des sous-catégories qui se fichent de ce qui se passe à côté. A quel moment parvient-on à se sentir encore entier, un indivisible ? A savoir encore qui on est en vérité ? » (pages 17-18)

« J’aime bien nager mais la piscine est loin. J4aimerais faire du yoga mais j’ai raté les inscriptions en début d’année. Je pourrais aller courir mais j’aurais l’air d’une nouille. Moi, cavaler en survêt moulant sans transpirer une goutte ? On oublie. J’ai acheté une corde à sauter. Toujours ça. Les paris sont ouverts. Combien de fois va-t-elle servir ? Je penche pour moins de cinq. Je suis la réincarnation de Winston Churchill. « No sport ». » (page 32)

Publicités

9 réflexions sur “Bref, ils ont besoin d’un orthophoniste ! Gaëlle Pingault

  1. Pingback: Pourquoi écrivez-vous, Gaëlle Pingault ? | Sophielit

  2. Je devrais le lire, moi qui fréquente une orthophoniste deux fois par semaine depuis 6 mois… J’avoue au début avoir eu bcp de mal a accepté cet environnement plus prévu pour les enfants…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s