Sisters, Stéphane Denis

sistersPrésentation de l’éditeur :

 » Quand vous avez une sœur, vous ne vous posez pas de questions… Vous vivez avec cette idée qu’il y a quelque chose derrière. Qu’est-ce qu’une sœur ? Vous savez comment est votre sœur – elle vous pique vos vêtements, l’attention des parents, le type que vous voulez -, mais ça ne répond pas à la question que pendant longtemps vous ne vous posez pas : qu’est-ce que c’est, une sœur ? « 

 

S’exprime ici la sœur de celle qui fut la femme la plus célèbre de la planète, Jacqueline Kennedy Onassis, née Bouvier. Dans son récit se déroulent leurs deux vies, étrangement mêlées, entre passion et désamour, complicité et jalousie, plans de bataille échafaudés à deux et conflits jamais réglés. Dans la fraternité comme ailleurs, si on ne se construit pas seul on se construit souvent contre.

 

Par la voix de Caroline Lee Bouvier, épouse Canfield puis Radziwiłł puis Ross, percent les composantes d’une époque, d’un milieu social, d’une identité forgée des deux côtés de l’océan Atlantique. Il y est question de la famille, des ambitions, des mondanités, des déceptions, des névroses, des addictions et des hommes, autour de qui tourne le monde.

 

Voyeur juste ce qu’il faut, et véritablement captivant.

 

Prix Interallié 2001

Fayard, 2001, 172 pages, 15 euros

 

(Nombreuses) phrases indispensables :

 

« On n’échappe pas à son destin. Mais le destin n’en est pas à une évadée près. » (page 12)

 

« Au bord de la mer vous vous levez tôt à cause du bruit qui est différent de celui qui a fermé vos yeux. » (page 16)

 

« Je voulais voir ce que ça faisait avec un autre homme parce que vous avez toujours envie de changer de marque pour revenir à la première. » (page 20)

 

« Je ne lisais pas beaucoup les journaux. Quel intérêt de lire des nouvelles des gens que je voyais tous les jours ? » (page 21)

 

« Personne ne veut vous croire quand vous avez une bonne expérience, si vous n’avez pas encore l’âge de l’expérience. » (page 23)

 

« Je me permets rarement d’avoir une opinion sur quelqu’un ; j’ai toujours l’impression de fouiller dans le tiroir des sous-vêtements. » (page 30)

 

« Nous étions d’accord pour que notre jeunesse ne s’interrompe pas brusquement au début de l’été. » (page 31)

 

« J’agis toujours honnêtement quand je ne peux pas faire autrement. » (page 32)

 

« Un frère et une sœur : ça me semble une bonne définition de l’innocence, non ? » (page 33)

 

« Nous passions pour des gens riches aux yeux des journaux, mais les gens riches savaient que nous ne l’étions pas. » (page 40)

 

« Plus tard, quand je serais en Europe et Jacks à Washington, notre vieil ami l’océan ne serait pas une mer de larmes, mais le ruban liquide de nos regards. » (page 50)

 

« Ce nain fructifiant de Truman a dit que j’étais la plus belle et qu’il y avait entre nous la différence entre la porcelaine et la céramique. Mais la céramique est plus dure que la porcelaine, et dans les yeux des hommes elle renvoie plus d’éclat. » (page 57)

 

« Vous êtes d’un œuf ou de l’autre (on appelle East Hampton et South Hampton les deux œufs) et tout ce que j’aurais fait dans ma vie c’est changer de côté. » (page 80)

 

« Nous étions en train de passer, comme du papier peint dans une chambre d’enfant, et nous ne le savions pas. » (page 106)

 

« A partir d’un certain niveau social, l’amour n’a plus la même signification. » (page 125)

 

« Quand vous avez une sœur, vous ne pouvez jamais faire la part de ce qui vous revient. Dans le regard des autres, vous comprenez ? De ce qui est vous toute seule. » (page 150)

Publicités

4 réflexions sur “Sisters, Stéphane Denis

  1. Bonjour,
    J’avais lu une si belle image de K. Pancol qui n’est autre qu’une biographie de Jackie Kennedy; il ne me semble pas que la présence de la sœur était consignée ni significative. Ce roman me parait intéressant tant dans le thème traité que dans la complémentarité vis-à-vis de l’œuvre de K. Pancol.

    J'aime

    • Voilà qui me donne envie de découvrir « Une si belle image »… Même si le ton en sera nécessairement plus « lisse » qu’ici. Merci pour la suggestion !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s