Pourquoi écrivez-vous, Anne Sylvestre ?

Anne Sylvestre

 

Je n’ai pas rencontré Anne Sylvestre. Ni même ne lui ai écrit. Je l’ai écoutée. Après qu’on soit venu m’en souffler l’idée ici.

La chanson s’appelle Ecrire pour ne pas mourir.

.

Pour en savoir plus sur Anne Sylvestre, son site.

Mais qui, adulte ou enfant, ne la connait pas ?

.

Et pour illustrer ses mots, j’ai choisi une photo d’elle jeune.

Parce que c’est comme ça.

J’ai de bonnes nouvelles.

 

 

Que je sois née d’hier ou d’avant le déluge,
j’ai souvent l’impression de tout recommencer.
Quand j’ai pris ma revanche ou bien trouvé refuge,
dans mes chansons, toujours, j’ai voulu exister.

Que vous sachiez de moi ce que j’en veux bien dire,
que vous soyez fidèles ou bien simples passants
et que nous en soyons juste au premier sourire,
sachez ce qui, pour moi, est le plus important,
est le plus important.

SylvestreEcrire pour ne pas mourir,
écrire, sagesse ou délire,
écrire pour tenter de dire,
dire tout ce qui m’a blessée,
dire tout ce qui m’a sauvée,
écrire et me débarrasser.
Ecrire pour ne pas sombrer,
écrire, au lieu de tournoyer,
écrire et ne jamais pleurer,
rien que des larmes de stylo
qui viennent se changer en mots
pour me tenir le cœur au chaud.

Que je vive cent ans ou bien quelques décades,
je ne supporte pas de voir le temps passer.
On arpente sa vie au pas de promenade
et puis on s’aperçoit qu’il faudra se presser.

Que vous soyez tranquilles ou bien plein d’inquiétude,
ce que je vais vous dire, vous le comprendrez :
En mettant bout à bout toutes nos solitudes,
on pourrait se sentir un peu moins effrayés,
un peu moins effrayés.

Ecrire pour ne pas mourir,
écrire, tendresse ou plaisir,
écrire pour tenter de dire,
dire tout ce que j’ai compris,
dire l’amour et le mépris,
écrire, me sauver de l’oubli.
Ecrire pour tout raconter,
écrire au lieu de regretter,
écrire et ne rien oublier,
et même inventer quelques rêves
de ceux qui empêchent qu’on crève
quand l’écriture, un jour, s’achève…

Qu’on m’écoute, passant, d’une oreille distraite,
ou qu’on ait l’impression de trop me ressembler,
je voudrais que ces mots qui me sont une fête,
on ne se dépêche pas d’aller les oublier.

Et que vous soyez critiques ou plein de bienveillance,
je ne recherche pas toujours ce qui vous plait.
Quand je soigne mes mots, c’est à moi que je pense.
Je veux me regarder sans honte et sans regrets,
sans honte et sans regrets.

Ecrire pour ne pas mourir,
écrire, grimacer, sourire,
écrire et ne pas me dédire,
écrire ce que je n’ai su faire,
dire pour ne pas me défaire,
écrire, habiller ma colère.
Ecrire pour être égoïste,
écrire ce qui me résiste,
écrire et ne pas vivre triste
et me dissoudre dans les mots
qu’ils soient ma joie et mon repos.
Ecrire et ne pas me foutre à l’eau.

Et me dissoudre dans les mots
qu’ils soient ma joie et mon repos.
Ecrire et pas me foutre à l’eau.

Ecrire pour ne pas mourir,
pour ne pas mourir.

 

 

Exceptionnellement donc, ce « Pourquoi écrivez-vous ? » s’écoute aussi. Les larmes sont autorisées. A condition que les sourires les chassent vite.

 

 

 

 

 

.

Précédent rendez-vous : Michèle Halberstadt 

Prochain rendez-vous : Claudine Aubrun

 

A lire aussi sur Sophielit :

Toutes les réponses à « Pourquoi écrivez-vous ? »

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi écrivez-vous, Anne Sylvestre ?

  1. Merci d’avoir publié ce texte magnifique que je connais depuis son origine.

    Juste une petite correction : à la fin c’est « et me dissoudre dans les mots, QU’ILS soient ma joie et mon repos »…

    Merci de votre rectification.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s