Pourquoi écrivez-vous, Claudine Aubrun ?

Claudine Aubrun auteure. Résidence d'écriture au Chalet Mauriac du 27 mai au 28 juin 2013.  jeudi 13 juin 2013 à Saint Symphorien Photographie: Loïc Le Loët

 

Claudine Aubrun se partage entre Paris et l’Ariège.

Chargée de communication dans le secteur du patrimoine historique, elle a publié son premier livre en littérature jeunesse en 2000. Ses domaines de prédilection sont l’humour et le roman noir.

.

Elle est notamment l’auteur de Monsieur Stan n’a qu’à bien se tenir (Syros, 2011) et de Dossier océan (Le Rouergue, 2014).

.

 Photo (c) Loïc le Louet

.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

Sans doute pour être dans une bulle et rejouer l’histoire.

Pour pallier le grave manque d’à propos dont je suis atteinte. Ecrire me donne l’illusion de mener le jeu, de poser l’histoire, de répondre à bon escient, à qui je veux, comme je veux. Quel rêve de pouvoir dire, effacer, recommencer, employer un autre ton, changer de situation !

AubrunQuand je commence une histoire, je me dis que je vais revisiter une ou des situations, que j’aurai du recul et qu’avec ce qui m’a intrigué, blessé, cassé, amusé, inquiété, je ferai autre chose.

Autre chose de chouette évidemment !

Mais il faut se rendre à l’évidence, ça ne marche pas à tous les coups. Loin de là ! ça ne fonctionne que si un travail technique sérieux est fourni : plan, choix de personnages, seconds couteaux, ambiance, lieux, atmosphère…

 

J’écris aussi juste pour écrire, pour être seule, pour ne pas répondre aux autres, pour ne pas être disponible, pour ne pas faire des choses idiotes comme le ménage, la lessive, le courrier administratif, me plier à des obligations. C’est complètement narcissique, nombriliste mais ça marche assez bien (réussite discutable pour l’aspect gestion du quotidien). A noter : être égoïste, avoir un endroit à soi, du temps à soi ne relève pas de la magie et demande beaucoup d’efforts.

 

Je continue à écrire pour être lue, publiée, pour le moment où l’éditeur ou l’éditrice vous dit : c’est bon, on va éditer ton (votre) texte. C’est délicieux comme instant. C’est le printemps en plein hiver, le cœur qui bat, les quelques centimètres au-dessus du sol pendant deux, trois jours…

 

 

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un aspirant écrivain ?

Bien définir ce qu’il ou elle a envie de raconter et filer dans une librairie voir quel éditeur publie ce genre de textes, quelle est la ligne éditoriale de la maison, quelle est la longueur des romans, récits ou essais édités. Accepter les contraintes n’est pas déshonorant. C’est même souvent stimulant.

 

Aubrun 2Ecrire relève plus de l’endurance que du génie. L’écrivain est un sportif immobile. Alors, patience, courage et détermination.

 

Ne pas faire lire son texte à trop de lecteurs amis ou parents. Difficile pour eux et pour l’écrivain nouveau de faire la part des choses dans les critiques.

 

Lire son texte à voix haute, s’enregistrer, s’écouter. Cela permet de corriger pas mal de choses. Le rythme, les répétions, les lourdeurs notamment.

 

 

 

 

Précédent rendez-vous : Anne Sylvestre

Prochain rendez-vous : Vincent Maston

 

A lire aussi sur Sophielit :

Dossier océan

Monsieur Stan n’a qu’à bien se tenir

Toutes les réponses à « Pourquoi écrivez-vous ? »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s