Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

Olivia Elkaim par Francesca Mantovani

 

.

Olivia Elkaim est l’auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de Massada (Grasset, 2011) et Nous étions une histoire (Stock, 2014).

.

On lui doit également l’histoire courte Un convoi pour Juan-les-Pins (Editions du Moteur, 2011).

.

 Photo (c) Francesca Mantovani

.

.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ?

A cette question, Samuel Beckett répond laconiquement : « Bon qu’à ça ». Cette formule lapidaire me va bien. Mais je vais essayer de vous en dire un peu plus. J’aime multiplier mes vies. C’est pourquoi je ne publie que tous les trois ou quatre ans. J’écris des romans, je suis journaliste politique à l’hebdomadaire La Vie, je fais de la danse classique, et j’accorde du temps à ma famille et à mes amis… C’est sans doute précisément parce que j’aime « multiplier mes vies » que j’écris des romans. L’art romanesque permet d’explorer des « ego expérimentaux » selon l’expression très parlante de Milan Kundera à propos de ses personnages. Je me permets d’exister dans tous mes personnages, hommes ou femmes, à toutes les époques… L’écriture est une course contre le temps, contre la déchéance et la mort.

ElkaimMais ce n’est pas tout : l’écriture me permet d’échapper au réel, de le fuir littéralement, ou de le transformer à ma guise, de le recréer. Il y a quelque chose de « démiurgique » là-dedans. Je prends beaucoup de plaisir à m’enfermer seule, plusieurs heures, dans mon tout petit bureau sans fenêtre, et à inventer un univers, à patiner et repatiner un texte, son style, les liens entre les protagonistes.

Souvent je me questionne : comment font les gens qui n’écrivent pas ? Pourtant, mes plus proches ne sont pas romanciers ! Mais cette question me taraude. Moi, je ne pourrai pas faire ma vie sans l’écriture. J’écris depuis que j’ai sept ou huit ans, cela me structure. Je crois bien que j’écrirai jusqu’à la fin de mes jours. Mais publierai-je toujours ? Je ne sais pas. Pour moi, la création et l’écriture sont déconnectées de la publication… Ecrirai-je toujours quelque chose de lisible pour mes lecteurs ? Aurais-je toujours le courage d’aller au bout d’un roman ? Je n’en sais rien.

Enfin, fondamentalement, je crois que j’aime raconter des histoires. On peut l’entendre au sens propre et au sens figuré : j’aime embarquer le lecteur dans une histoire dont il ressort lessivé, ému, touché, pas indemne ; j’aime les « carabistouilles », les arrangements avec la vérité qui améliorent la vie, le quotidien, notre pauvre réalité.

 

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un aspirant écrivain ?

Je n’aime pas trop donner des conseils. Qui suis-je pour le faire ? Avoir publié trois romans et quelques textes ici ou là ne me donne pas une légitimité particulière. En revanche, je peux vous confier ce que Patrice Hoffmann, directeur éditorial de Flammarion, m’a dit il y a plusieurs années : « Écris et tu verras après ! », cela a été libérateur. Tout autant que ce que m’a recommandé mon propre éditeur, Manuel Carcassonne, quand j’écrivais ce troisième roman : « Fracture ta carapace ! » Cette injonction a été tellement forte que je l’ai restituée à la page 51 de « Nous étions une histoire ».

 .

 .
Précédent rendez-vous : Ariane Zarmanti

Prochain rendez-vous : Virginie Carton

 

A lire aussi sur Sophielit :

Nous étions une histoire

Un convoi pour Juan-les-Pins

Toutes les réponses à « Pourquoi écrivez-vous ? »

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  1. Pingback: Pourquoi écrivez-vous, Virginie Carton ? | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s