Avant d’être écrivain #1 : des chiffres aux lettres

SA-avant-detre-ecrivain-1024x302Avant d’être écrivain, c’est le titre de l’une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les Nouveaux Talents.

 

Tous les chemins mènent à l’écriture ! Cette rubrique propose d’explorer les trajectoires individuelles d’écrivains pour mieux démontrer qu’il n’y a ni parcours type, ni de bagages obligatoires. Car, pour copier Simone de Beauvoir : on ne naît pas écrivain, on le devient.

 

 

Diplômé d’HEC et de l’EHESS, Aymeric Patricot est retourné sur les bancs de l’université pour devenir professeur et ainsi à la fois s’abreuver de littérature classique et dégager du temps pour écrire. Agrégé de lettres modernes, il enseigne aujourd’hui la littérature et a publié cinq ouvrages depuis 2006. Récit d’un virage pris de bonne heure.

 

 

Après HEC, le plein d’études

Aymeric-Patricot_(c) Thierry RateauJ’ai fait HEC puis, regrettant de ne pas avoir fait de khâgne, je suis retourné à la fac pour faire le plein d’études – économie, philosophie, histoire… – avant de passer l’agrégation de lettres. Depuis, je suis professeur – collèges, lycées, puis école préparatoire : la boucle est bouclée !

Je n’avais pas de rêve particulier en faisant HEC : je ne répondais qu’aux attentes de ma famille, et je me disais qu’avec ce diplôme je resterais en contact avec « le monde réel ». Calcul qui s’est révélé faux…

J’ai fait des stages pendant ma scolarité, notamment au Crédit Lyonnais, au service des études économiques. C’était intéressant, mais je n’étais pas à ma place. J’ai été attaché culturel de l’ambassade de France au Japon. L’ambassade n’était pas non plus faite pour moi. Il s’agissait de postes où l’on attendait de moi que je travaille à plein temps, et au bureau. Je suis rentré du Japon après en avoir fait le constat. Et puis je n’avais pas fini mes études : je voulais décrocher l’agrégation, seul gage de stabilité professionnelle pour moi.

 

Pour écrire de bons livres, il faut y consacrer l’essentiel de ses ressources mentales

(lire la suite)-

 

Publicités

2 réflexions sur “Avant d’être écrivain #1 : des chiffres aux lettres

  1. En ce qui me concerne, je préfère le terme d’auteure à celui d’écrivain. Le parcours d’Aymeric Patricot ne m’a pas laissée indifférente, d’autant qu’il correspond à un parcours, inverse, dirais-je, chez moi.
    Et je souscris à 100% à cette maxime :
    « Pour écrire de bons livres, il faut y consacrer l’essentiel de ses ressources mentales »

    J'aime

  2. Pingback: Avant d’être écrivain #2 : De l’analyse financière à l’écriture | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s