Pourquoi écrivez-vous, Jean-Philippe Blondel ?

portrait de Jean-philippe Blondel

portrait de Jean-philippe Blondel

Jean-Philippe Blondel est né en 1964. Marié, père de deux enfants, il enseigne l’anglais en lycée et vit près de Troyes, en Champagne-Ardennes.

Il publie en littérature générale (Et rester vivant, Le baby-sitter) et en littérature jeunesse depuis 2003.

Son dernier roman, Un hiver à Paris, est paru en janvier 2015 chez Buchet/Chastel.

.

..

Pourquoi écrivez-vous ?

Je n’ai aucun message à faire passer. J’écris parce que, d’une certaine façon, je ne peux pas faire autrement. Je ne parviens pas à imaginer ma vie sans l’écriture (sans publier, c’est autre chose, c’est tout à fait possible). J’ai écrit dans Un Hiver à Paris que l’écriture était une façon de lancer des filets au-dessus du gouffre, et je le pense sincèrement. BlondelDès que quelque chose bouge mes terres intimes, que ce soit en bien ou en mal, que ça me blesse ou que ça me donne de la joie, j’ai besoin de l’écrire. Je pense aussi que j’essaie de tisser des liens, de ces liens intimes et discrets tout à la fois, avec ceux qui me liront peut-être, de créer une sorte de cohorte diurne ou nocturne, de me sentir épaulé. C’est en tout cas ce que je ressens en tant que lecteur quand je plonge dans ce que les autres écrivent. L’écriture, c’est réellement ma façon de me sentir vivant et de prendre part au monde qui m’entoure.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un aspirant écrivain ?

De la lecture et de la ténacité. De la lecture parce qu’elle est le ciment de l’écriture, et que c’est en lisant que l’écriture se construit. Je lis de tout, tout le temps, avec une prédilection marquée pour les romans de mes contemporains, d’où qu’ils viennent, à ceci près que je lis peu de thrillers et de science-fiction, et peu de romans à arrière-plan historique (même si cela m’arrive). La lecture forge la voix et la voie. Il ne faut pas croire ceux qui déclarent qu’elle inhibe ou qu’elle décourage. Elle enrichit. Elle enrichit les rêves, les histoires que l’on se raconte, et celles qu’on va raconter. Ensuite, de la ténacité. Il faut de la ténacité pour mener à bien le roman, pour le sentir prendre son envol, pour que les personnages s’étoffent. Il en faut pour écrire, aussi souvent que possible, même si on a l’impression de tourner en rond, même si on a l’impression que tout a déjà été dit, même si on a l’impression que c’est mauvais. J’écris tous les jours, je jette beaucoup, mais ce n’est pas important – petit à petit, ce que je souhaite raconter se précise, les phrases deviennent plus tranchantes, le ton se dessine. Il faut encore plus de ténacité pour être publié. Pendant vingt ans, j’ai déposé mes manuscrits (vingt différents) dans les maisons d’édition et pendant vingt ans j’ai été refusé. Vraiment, l’important c’est de ne pas se décourager. Et de ne pas rêver. D’être conscient que la majeure partie des manuscrits sont refusés, qu’on n’y changera pas grand chose, c’est comme ça, point. Cela fait partie du jeu. Si on le trouve trop cruel, alors, on se contente d’écrire pour soi et c’est très bien aussi. Si on veut se jeter dans l’aventure de la publication, alors on en accepte les règles. Mais on essaie quand même. Et surtout, on continue d’écrire – et de lire. De toute façon, on n’a pas le choix.

 

Précédent rendez-vous : Claude Clément

Prochain rendez-vous : Alexandre Lacroix

.

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Un hiver à Paris

Et rester vivant

Le baby-sitter

5 questions à Jean-Philippe Blondel

Toutes les réponses à « Pourquoi écrivez-vous ? »

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi écrivez-vous, Jean-Philippe Blondel ?

  1. Pingback: Mariages de saison, Jean-Philippe Blondel | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s