Et je danse, aussi, Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat

et je dansePrésentation de l’éditeur :

 

La vie nous rattrape souvent au moment ou l’on s’y attend le moins.

Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait bien être son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment ou le paquet révèlera son contenu, et ses secrets…

Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse.

 

Ce roman met en scène la correspondance de Pierre-Marie Sotto, prix Goncourt en panne d’écriture, à qui écrit Adeline, une lectrice qui en sait sur lui plus que d’autres. Dans cet « espace de liberté totale » qu’est la correspondance entre deux êtres qui ne se sont jamais rencontrés, toutes les confidences trouvent leur place. L’écriture, et l’envoi de courriers électroniques à l’aveugle, permet aussi d’ouvrir des portes insoupçonnées. Bientôt, un lien extrêmement fort se crée. « Je n’écrirai jamais aussi bien qu’à vous, je le sais » écrit Adeline à Pierre-Marie.

 

A leur échange viennent se greffer les interventions de l’éditeur de Sotto, et de quelques-uns de ses amis et proches. Mais les personnages de ce « conte électronique » pourraient bien se trouver dépassés par leur propre imagination… « Ce que tu as enterré dans ton jardin ressortira dans celui de ton fils », dit un proverbe arabe. Ce qui est enterré finit en effet toujours par sortir de terre…

 

Ce roman est né d’un échange épistolaire entre deux écrivains qui n’avaient rien prémédité. N’ayant pas établi de construction pour ce projet qui n’en était pas un, ils ne savaient pas où tout cela allait les mener. Le lecteur non plus ne le sait pas – sauf qu’il ne peut s’empêcher d’avancer et d’avancer encore pour le découvrir. Car un suspens évident apparaît au fil des courriels qui narrent surtout le quotidien des protagonistes.

 

 « Aucun risque que vous puissiez me voir ; je peux donc me montrer. »

 

Et je danse, aussi pose de subtiles questions sur l’écriture, le rapport aux lecteurs, mais surtout la transformation de nos vies rendue possible par la protection de l’écran.

Un roman positif, moins léger qu’il n’en a l’air, entraînant et très habilement mené.

 

Fleuve Editions, mars 2015, 288 pages, 18,90 euros

 

Entre les lignes :

 

« Même si on ne rattrape jamais le temps perdu, on peut décider de ne plus en perdre. » (page 15)

 

« Il existe de par le monde quantité d’écrivains dont le seul tort est de n’avoir jamais rien écrit. » (page 21)

 

« Le lecteur se contrefiche de la réalité, il veut juste que cela l’intéresse. » (page 36)

 

« Aucun risque que vous puissiez me voir ; je peux donc me montrer. » (page 41)

 

« Il n’y a que les fous pour se croire raisonnables. » (page 78)

 

« Les parenthèses nous offrent quelque chose en plus tandis que les points de suspension nous en privent. » (page 85)

 

« Je veux savoir, mais j’ai peur que savoir me tue. » (page 151)

 

« La différence entre l’amour et le meurtre ? Il n’y en a pas. Dans les deux cas, la même question se pose : que faire du corps, après ? » (page 175)

 

« Je suis le jardin où maman a enterré des choses. » (page 193)

 

« Nous ne sommes pas les héros de notre propre histoire. » (page 226)

 

« Les héros ne sont pas raisonnables. » (page 227)

 

« Une douleur se partage-t-elle ? » (page 239)

Publicités

3 réflexions sur “Et je danse, aussi, Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat

  1. Pingback: Les 15 livres de Noël 2015 | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s