Voyage au bout du livre #5 : Reconstruire l’identité littéraire d’une maison installée depuis 1852

SA-voyage-au-bout-du-livreVoyage au bout du livre, c’est le titre de l’une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les Nouveaux Talents.

De l’éditeur au traducteur en passant par les animateurs d’atelier d’écriture, la rubrique Voyage au bout du livre est un patchwork de tous les métiers qui accompagnent le manuscrit jusqu’à ce qu’il devienne un livre.

Comment donner un coup de jeune à des collections installées ? Comment faire souffler un vent nouveau dans un port littéraire bien établi ? Lisa Liautaud, 32 ans, nous raconte comment son dynamisme se répand au sein d’une maison française historique, les éditions Plon, et nous livre sa vision de l’accompagnement des romanciers.
.

Établir des lignes éditoriales claires et cohérentes avec l’identité de la maison et trouver les gemmes à mettre dans l’écrin

Mon arrivée chez Plon en juillet 2014 était en fait un retour : j’y avais fait mes premières armes comme assistante d’édition, avant de m’occuper de la communication à la Fondation Jean-Jaurès. Retour donc, pour reprendre la fiction française dans cette maison que je connaissais bien.

 

Lisa Liautaud (c) JL

Lisa Liautaud (c) JL

Etape 1 (été 2014) : définir avec Vincent Barbare, PDG d’Edi8, et Muriel Beyer, directrice éditoriale de Plon, la feuille de route pour remplir ma mission – reconstruire une identité littéraire dans cette maison plus connue pour ses essais et ses docs. Mon idée était simple : établir des lignes éditoriales claires et cohérentes avec l’identité de la maison. En littérature (résolument) contemporaine : des romans qui explorent les failles et les bouleversements actuels, des textes très contemporains qui permettent de s’emparer du monde autrement et de se poser, par la fiction, des questions sur la réalité – une « évasion dans le réel ». ; côté romans historiques : développer la tradition de Plon (maison de Druon, de Benzoni…), de grandes fresques populaires avec une grande solidité historique, où le romanesque doit toujours primer sur l’Histoire ; poursuivre la collection « Miroir », dirigée par Amanda Sthers, dans laquelle sont publiés des romanciers déjà installés (Philippe Grimbert, David Foenkinos…). Un discours structuré, un plan de bataille. Trois lignes, trois chantiers menés de front, avec une attention particulière à la littérature contemporaine, qui supposait le plus de bouleversements (ligne éditoriale, charte graphique, fonctionnement) et pour laquelle nous nous étions fixé pour horizon la rentrée littéraire 2015.

Etape 2… (lire la suite)

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Voyage au bout du livre #1 : L’éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout du livre #2 : L’atelier d’écriture, aiguillon pour l’imagination

Voyage au bout du livre #3 : Le traducteur, garant de la vérité du texte

Voyage au bout du livre #4 : L’accompagnement éditorial, du manuscrit à l’objet-livre

Tous les articles de la rubrique « Les Nouveaux Talents »

Publicités

2 réflexions sur “Voyage au bout du livre #5 : Reconstruire l’identité littéraire d’une maison installée depuis 1852

  1. Pingback: Voyage au bout du livre #6 : Importer en France des romans étrangers inédits | Sophielit

  2. Pingback: Voyage au bout du livre #7 : Le libraire, un passeur de littérature qui élargit les horizons | Sophielit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s