Je lis des services de presse et ça ne m’oblige à rien

sp - CopieJ’ai récemment raconté comment j’en étais venue à recevoir des ouvrages en service de presse, et évoqué le fait que cela ne me rapportait pas d’argent.
Je vais à présent parler de ma liberté de lectrice.
.

Je tiens un blog depuis bientôt sept ans. Au fil du temps, j’ai donc commencé à recevoir des envois spontanés d’ouvrages en service de presse (avec une faute à mon nom une fois sur deux, mais ce n’est pas le sujet). Je me suis sentie obligée de lire les tous premiers, pour remercier, comme si je les avais demandés, puis les livres reçus sans sollicitation de ma part sont venus rejoindre ma pile à lire au même titre que ceux que j’achète.

Mon luxe, c’est désormais de pouvoir de temps en temps demander à recevoir un livre en service de presse. Parce que j’ai déjà apprécié la plume de l’auteur, parce que le sujet me parle, parce que le livre m’attire. Dans ce cas, je m’engage à écrire un billet ensuite (sans engagement de délai cependant). Il me semble que c’est la moindre des choses lorsqu’on réclame. Je considère que c’est une chance, au prix où les livres en question sont vendus en librairie.

SP GraceSp Louis

Service de presse personnels (janvier 2014 et janvier 2013)

.

Mais même à cela, il y a des exceptions. Comme ce roman qui me faisait très envie. De par son sujet, l’enthousiasme des premières critiques, la personnalité de l’auteur, aussi, qui sans me connaître avait déjà dit grand bien de mon parcours (l’auteur est également journaliste). Mais surtout son sujet. Je rêvais d’y plonger. J’ai demandé le livre, on me l’a envoyé. Je l’ai emporté dans mes bagages lors d’un salon du livre, j’ai lu les premières pages le soir à l’hôtel. Le lendemain, en descendant au petit-déjeuner, j’ai croisé l’auteur en sortant de l’ascenseur. J’ai dit bonjour, parce que je sdc3a9bat-public21avais de qui il s’agissait, mais avant tout parce que cela se fait, de saluer ceux que l’on croise à l’ascenseur d’un hôtel. Dans mon esprit du moins.
Pas de réponse. L’auteur avait pourtant entendu, aucun doute possible.
Je n’ai pas réussi à poursuivre la lecture. Je n’ai pas réussi à faire abstraction de l’impolitesse de l’auteur. Je n’ai bien entendu pas écrit de billet. Nonobstant les relances de l’attachée de presse.

Parce que dans aucun cas, le fait d’avoir reçu un livre en service de presse ne me contraint à écrire un billet à son sujet.

J’ai d’ailleurs fait le choix de ne pas mentionner dans mes articles la provenance d’un livre lu. Je ne vois pas en quoi savoir que j’ai reçu gracieusement, acheté, reçu en cadeau ou emprunté à la bibliothèque un ouvrage peut avoir de l’importance pour celui qui vient sur mon blog lire un avis de lecture.

Ainsi, je reçois des livres en service de presse, et parfois je les lis. Mais cela n’entrave nullement ma liberté de lectrice.

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Je ne lis pas d’auto édition

Je lis des services de presse et ça ne me rapporte pas d’argent

Les cahiers d'Esther

Service de presse des Cahiers d’Esther de Riad Sattouf (janvier 2016), dont j’ai dévoré L’Arabe du futur tomes 1 et 2 (parfois, l’ouvrage non sollicité et reçu en service de presse est un superbe cadeau)

Publicités

16 réflexions sur “Je lis des services de presse et ça ne m’oblige à rien

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi ( cet articles et les deux autres sur le même sujet qui l’ont précédé ) en revanche, la petite anecdote avec l’auteur dans l’ascenseur. Sincèrement, je trouve ça un peu dommage d’être peut être passé à coté d’un super livre qui avait l’air à priori en plus de te parler et de t’intéresser, à cause d’un petit bonjour qui ne t’a pas été retourné. Je veux dire, on a tous nos mauvais jours, il/elle ne t’a peut être pas reconnu ou simplement avait l’esprit ailleurs ? De plus, si j’ai bien compris, tu avais demandé le livre en t’engageant à écrire un petit billet dessus, tu n’as donc pas tenu ton engagement. Ce que je vois dans cette histoire, c’est juste une occasion ratée pour les deux parties, un peu d’orgueil et de susceptibilité. Mais encore une fois, je suis tout a fait d’accord sur le reste 🙂 Anne.

    Aimé par 1 personne

  2. Tu me connais, Sophie! Je te rejoins complètement dans ta démarche et j’ai la même! Je me suis mis à dos certains auteurs pour cela, certain(e)s attachées de presse aussi. Mais qu’importe! Je ne veux absolument pas perdre mon plaisir de lectrice et mon enthousiasme à parler lecture, livres et littérature. C’est, pour moi, ce qui prime!

    Aimé par 1 personne

  3. Tout pareil ! J’ai la chance, maintenant, de pouvoir assez librement choisir dans les catalogues des ME donc ce que je demande, c’est que cela me plaît. Par contre, je reçois assez peu de SP spontanés (à part un éditeur qui m’envoie les livres de ses « poulains » lorsqu’il pense que ça peut me plaire et en général il ne se trompe pas). Dans ces cas-là, je fais quand même l’effort d’y jeter un oeil (parce que je crois qu’il n’y a pas toujours de hasard) voire souvent les deux. Sauf quand il y a erreur manifeste et qu’on m’envoie un truc totalement hors de mes lectures, genre de la jeunesse (sauf si c’est toi ;-)), de la SF, du polar…

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis tout à fait d’accord sur la liberté de lecture. Personnellement, cela m’est arrivé de demander un livre, de le lire et de ne pas du tout l’apprécier. Dans ce cas, j’ai expliqué la chose à l’attachée de presse qui a convenu qu’il valait mieux que je n’écrive rien à son sujet. Je trouve que les attachés de presse sont relativement conscients et respectueux de cette liberté des blogueurs. Ce qui me chiffonne en revanche, c’est qu’il est parfois bien difficile de recevoir certains titres très demandés par la presse traditionnelle parce que dans ce cas, « il n’en reste pas pour les blogueurs ». À l’inverse, j’ai reçu des propositions de titres qui ne rentrent pas dans mes genres de prédilection parce que « ce sont des titres qui marchent bien chez les blogueurs ». J’ai vaguement l’impression que les blogueurs littéraires sont associés à la littérature jeunesse, fantasy ou chick-lit dans l’esprit de pas mal de gens et cela me chagrine vraiment. Comme si on réservait la « vraie » littérature, la blanche, aux grands organes de presse traditionnelle, et la littérature de genre et légère aux blogueurs (blogueuSES dans la tête des communicants du milieu).

    J'aime

  5. Hello ! je viens de lire tes 3 articles, qui étaient très bien !

    1) Concernant l’auto-édition : au début j’étais comme toi, je tâchais de leur répondre et de tout lire et puis j’en ai eu de plus en plus et des mails de plus en plus insistants. J’ai donc arrêté de répondre et d’en lire. Je préfère avoir un contact direct grâce à l’éditeur, c’est souvent plus enrichissant. et puis j’ai des partenariats avec des petites maisons d’édition, pour sortir du mainstream … bref je suis clean de ce côté là aussi !

    2) Pour les SP, j’ai eu cette belle surprise quelques mois après ouvert mon blog : je ne connaissais rien à la blogosphère, je ne connaissais personne, je voulais juste écrire pour le plaisir. Mais j’aime ce lien direct avec les publications, le plaisir de recevoir des nouveautés en avant-première. Mais étant bibliothécaire je me désespère d’etre davantage reconnue comme blogueuse que comme bib … Du coup je me sers des SP pour parler à mes collègues des bouquins avant publication, ça aide aux acquisitions, etc.

    3) Par contre à un moment j’en reçois beaucoup et j’ai peu de place chez moi … Comme je paie 100 euros par an pour mon blog (sans pub, avec personnalisation, etc.), j’ai décidé que ce serait les SP qui compenserait ce prix. J’en vends donc deux fois par ans, des bouquins que je n’ai pas aimés ou pas trouvés bons (et que du coup je ne veux donner ni à des amis, ni à la bibliothèque qui n’est pas une poubelle). C’est pour moi la seule manière de m’en débarrasser, sans les mettre à la poubelle. Mais 100 euros par an, ça ne permet pas de partir aux Bahamas malheureusement … 😀 et c’est plus un problème de logistique qu’autre chose ! 😉

    Bref je suis d’accord avec toi sur presque tous les points, mais comme George ça m’exaspère de devoir sans cesse réexpliquer tous ça … je prends mon blog au sérieux, je remplis mes engagements, je prends plaisir à écrire, et c’est tout ce qui m’importe.

    A plus ! 🙂

    Sophie

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Sophie, et bonjour à vous tous, blogueuses et blogueurs ! J’ai été très intéressée par ces différents articles que vous avez mis en ligne dernièrement, concernant les services de presse. Je comprends votre ressenti, et le besoin d’expliquer, presque de vous justifier dans ces pages, concernant une certaine rémunération… Il est vrai qu’être chroniqueuse(eur) littéraire sur le net, c’est quelque chose de très récent et sans règles précises. Mais il faut voir surtout, que vous mettez votre passion de la lecture, au service des maisons d’édition et surtout des auteurs, et pour cela, je tenais à vous remercier, car votre démarche reste indispensable, vu que la Presse (papier, radio ou télévisée), en général, fait de moins en moins écho à la littérature (tout genre confondu), sinon à réserver ses pages, ses ondes ou ses programmes, pour ceux, qui, en fait, n’en on plus besoin, vu déjà leur notoriété ! Alors il est certain que tous les Services de Presse des maisons d’édition (grandes ou petites) ont besoin de vous aujourd’hui, même si tout n’est peut-être pas encore parfait entre vous. Mais je pense que vous allez être tous, de plus en plus courtisés. Alors, en effet, si vous voulez garder votre liberté d’expression, continuez à veiller à votre intégrité, et à garder, précieusement intact, votre plaisir de lectrice et de lecteur, vous avez entièrement raison. Ce sera votre meilleure carte de visite, votre plus grande crédibilité, car vous allez être aussi, de plus en plus nombreuses et nombreux en ligne, à chroniquer. Je voulais intervenir ici, parce qu’un auteur, cherche toujours l’avis de ses lecteurs, c’est ce retour que nous trouvons sur les salons du livre et au cours de rencontres ou de signatures. Mais vous aussi, vous nous donnez l’opportunité, non seulement d’avoir votre avis en ligne, mais la possibilité également, d’inviter bien d’autres lecteurs à lire un titre particulier. Et on connaît la « puissance » aujourd’hui d’Internet ! Alors, merci à toutes et tous, (même si vous n’avez jamais chroniqué un de mes romans, cela n’a pas d’importance, et n’est pas mon propos ici) oui, merci de donner envie de lire ! C’est une bien belle mission que vous vous êtes, par là, assignée ! Alors, tout simplement : continuez ! Bien cordialement à vous tous.

    Aimé par 2 people

  7. Je suis d’accord avec toi sur le fond de ton billet, mon seul point de « désaccord » réside sur la provenance du livre à souligner ou pas, mais ce n’est pas vraiment un désaccord, plus un choix que j’ai fait. En effet, je signale en fin de billet par un « merci aux éditions XXXXX pour cette lecture ». Mais je ne le fais pas seulement pour les SP. J’aime raconter comment un livre est arrivé entre mes mains, comment j’ai décidé de lire ce roman, cet auteur. Quand j’étais ado et que les blogs n’existaient pas encore, c’est-à-dire au siècle dernier, je tissais mes lectures ainsi, par liens entre eux. J’aime l’idée que les livres tissent des liens entre eux. Pour les SP c’est aussi un moyen de remercier les éditeurs et de faire un lien vers leur site pour faire peut-être découvrir d’autres ouvrages. Mais ce n’est qu’un choix personnel.
    Ton billet me donne très envie d’en écrire un aussi sur ce fameux sujet.

    J'aime

    • J’adore ta façon de voir les choses et c’est aussi pour ça que je suis ton blog depuis si longtemps. 🙂 Je donne raison néanmoins aux Livres de George, préciser d’où vient le livre n’est pas un problème. Rien ne t’oblige à dire que tu as reçu tel ou tel ouvrage en SP, c’est ton choix, mais en quoi cela te gêne-t-il ? Ou sont-ce les éditeurs qui en sont le plus gênés ?…

      J'aime

    • Je comprends tout à fait ton point de vue. Moi je veille au contraire à évoquer le moins possible la façon dont un livre m’est parvenu, mais ce sont aussi nos choix – y compris dans ce formalisme -, je crois, qui font les personnalités de nos blogs 🙂

      J'aime

  8. Pingback: « Un livre dans la boîte !  – (Nouvelle rubrique) | «

  9. Pingback: Vos billets les plus tentateurs du mois de Février | L'or rouge

  10. Pingback: Étude sur les services de presse des principales participations de l’État – Michel Derdevet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s