Pourquoi écrivez-vous, Julie Moulin ?

Julie Moulin (c) Coline Sentenac

Julie Moulin est née en 1979 à Paris.
.
..
.
Jupe et Pantalon est son premier roman.

 

.

.

Photo © Coline Sentenac

.

.

.

Pourquoi écrivez-vous ? Lire la suite

Publicités

Jupe et pantalon, Julie Moulin

Présentation de l’éditeur :

Jupe et pantalonOù va-t-on ? Telle est la grande question que se posent Marguerite et Mirabelle. Voici trente ans que ces deux jambes portent A., jeune cadre pressée d’en faire toujours plus. Mais plus de quoi ? Travail, enfants, amour ? Marguerite et Mirabelle débattent de leur grande affaire – le destin d’A. – en compagnie des autres parties du corps : Camille le cerveau, Babette la paire de fesses, Boris et Brice les bras. A. chute dans un aéroport, le mari s’en va, la cacophonie guette. Au bord de la crise de nerfs, la jeune femme découvre que son corps en sait plus qu’elle et décide de l’écouter.

Inspirée par le cinéma d’Almodóvar autant que par l’œuvre de Boulgakov, Julie Moulin compose avec brio la saga d’une jeune femme dont la vie mécanique se dérègle joyeusement.

 

Que se passe-t-il dans la tête des jambes ? En une succession de chapitres courts et à un rythme trépidant, Julie Moulin propose d’abord d’adopter le point de vue des guiboles sur l’être auquel elles appartiennent – une dénommée Agathe -, et sur le monde qui les entoure. C’est drôle, rafraichissant et inédit, si l’on parvient à dépasser la surprise de cette position hors du commun.

Mais ça n’est pas que cela. Dans ce premier roman, Julie Moulin pose la question de la féminité, du regard des hommes sur ses attributs – parmi lesquels les jambes se trouvent en bonne place -, des diktats imposés par la mode, la société, l’environnement professionnel et la maternité.

Agathe est une femme qui concilie famille et poste à responsabilités dans un monde d’hommes. Mais à quel prix peut-on tout mener de front ? Pour ses premiers pas en littérature, Julie Moulin interroge la condition féminine à l’épreuve de la vie moderne.

La plume est alerte et fait appel à toutes ces expressions du langage courant qui mentionnent les parties du corps – jamais par hasard (tellement tentant qu’on y cède aussi ici). Prenant son sujet à bras le corps, Julie Moulin l’explore dans le détail pour mieux servir son propos. Le corps parle pour son héroïne, et quand le corps parle, l’on sait qu’il vaut mieux chaussette-haute-raye-multicolorel’écouter…

Une découverte aussi intéressante et enthousiasmante que l’envie de suivre l’auteur d’une telle idée est forte.

 

Alma éditeur, février 2016, 304 pages, 18 €

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rentrée d’hiver 2016

Tous les premiers romans

Dans le dressing :

 

« Marcher : le rêve de toute jambe ! » (page 33)

 

« La douleur n’est pas toujours visible. » (page 52)

 

« Un tas de feuilles est subversif sans agrafes pour le contenir. » (page 65)

 

« La fatigue est un handicap plus lourd que des talons hauts. » (page 96)

 

« Quand s’arrête le besoin ? Quand commence le désir ? » (page 104)

 

« L’avenir était devant nous. C’était avant le grand carrefour. Avant que l’amant devienne mari, avant que la femme soit mère, avant que l’envie de mue en rancœur et que l’insomnie détruise les rêves. » (page 135)

 

Être un personnage de roman

Stéphanie Hochet (c) Niki

Née en 1975, Stéphanie Hochet est l’auteur de dix romans et d’un essai. Elle a obtenu le Prix Lilas en 2009 pour Combat de l’amour et de la faim et le Prix Thyde Monnier de la Société des gens de lettres en 2010 pour La distribution des lumières.

Elle a inspiré le personnage qui donne son titre au roman Pétronille d’Amélie Nothomb.

Nous lui avons demandé ce que cela faisait d’être un personnage de roman. Lire la suite

Pourquoi écrivez-vous, Amélie Nothomb ?

Amélie Nothomb (c) Olivier DionAmélie Nothomb est née en 1967 à Kobe, au Japon. Depuis ses débuts en 1992, elle publie exactement un ouvrage par an.

Son roman Stupeur et tremblements a remporté en 1999 le Grand prix du roman de l’Académie française.

Pétronille, paru en 2014, met en scène son amitié avec un personnage d’écrivain inspiré de Stéphanie Hochet.

 

Portrait : copyright Olivier Dion

 

Pourquoi écrivez-vous ? Lire la suite

L’âge de raison

Capture_d_e__cran_2015-10-09_a___17.59.157 ans. L’âge de raison, dit-on.

7 ans que je tiens ce blog. Je me suis lancée presque sur un coup de tête, le 10 avril 2009.

Au cours de cette septième année, un événement est survenu : la plateforme qui l’hébergeait a implosé. Si le contenu, soigneusement sauvegardé, n’a pas disparu dans l’affaire, impossible en revanche de mettre ne serait-ce qu’un message de redirection à l’ancienne adresse.

Il a fallu recommencer ailleurs, autrement. J’ai perdu des visiteurs dans la bataille, en ai gagné de nouveau. Ainsi va la vie en ligne.

 

age raisonCela m’a cependant obligé à me poser la question : fallait-il continuer ? Et si oui, pourquoi ?

Les raisons sont nombreuses, souvent evoquées ici. Les échanges, les partages, les rencontres, les liens, et les livres bien sûr, d’abord les livres, toujours les livres. La technique a failli avoir raison de mon envie de faire vivre cet espace à raison de deux billets hebdomadaires, mais mon amour des livres et mon goût du partage l’ont finalement emporté.

Je ne sais pas pour combien de temps mais, après plus de six mois passés à cette nouvelle adresse, je sais que c’est bel et bien reparti.

Merci d’être là, encore, toujours, parfois, depuis 7 ans ou depuis peu.

7 ans

Conseils au jeune écrivain, André Gide

Gide conseilsLes Conseils au jeune écrivain furent retrouvés après la mort de Gide, et publiés dans la N.R.F. La conférence qui traite De l’influence en littérature fut prononcée à Bruxelles le 29 mars 1900.

 

J’ai déniché ce petit opus à la bibliothèque après l’avoir découvert dans la bibliographie de Splendeurs et misères de l’aspirant écrivain. En très peu de pages, André Gide assène Lire la suite