Gourou(e), Murielle Renault

Présentation de l’éditeur :

gouroue-copie« Aujourd’hui, elle a envie de tout envoyer balader, faire un break, partir en vacances, comme dit son biographe, une idée qui ne l’avait plus effleurée depuis des années. »

Claudine Lemonde a 53 ans. Elle dirige Ekolonnia, une secte qui prône la décroissance appliquée à tous les domaines, sauf à ses propres finances. Après des années de succès, les adhésions chutent, les revenus baissent, et ses conseillers lui proposent de faire écrire sa biographie pour relancer le mouvement.

Ce qui ne devait être qu’une opération marketing se transforme en tsunami : les succès, les erreurs, les drames, les non-dits, la violence, tout remonte à la surface tandis que Claudine est confrontée à un autre bouleversement, plus intime, la ménopause, qui lui rappelle qu’elle est avant tout une femme comme les autres.

Elle va alors reprendre sa vie en main, affronter complots, jeux de pouvoirs et conseillers machistes. Et si les sectes étaient des entreprises comme les autres ?

 

Claudine, 53 ans, gourou(e) d’une secte, se voit allouer les services d’un biographe : publier sa vie doit redorer le blason du mouvement et renflouer les caisses. C’est en racontant son existence à ce jeune homme que Claudine réalise qu’il est temps de se réapproprier sa vie.

Les sectes font parfois scandale. Si elles fascinent, c’est parce qu’on les connaît mal, et que le mécanisme par lequel les adeptes sont liés au gourou reste mystérieux. C’est une plongée au cœur d’une secte très réaliste que propose ici Murielle Renault.

Ce roman très rythmé fait s’alterner les récits de Claudine, ses conversations avec son biographe, les mails qu’elle échange avec ses « conseillers », le tout sur un ton drôle et frais, parfois un peu cru (le mouvement se caractérise aussi par une certaine liberté sexuelle) – rien de choquant cependant. Ce faisant, il nous invite à découvrir le fonctionnement de la secte Ekolonnia, les hommes et les femmes qui la dirigent, dans la lumière ou dans l’ombre, et le fondement des choses.

On peine à lâcher Gourou(e), car on peine à quitter Claudine. Incarnée et touchante, elle entraîne le lecteur dans son sillage et celui-ci, au fil des pages, assiste à la transformation d’un gourou en… femme. Car si les sectes sont des entreprises comme les autres, leurs gourous, comme les adeptes, sont également des humains comme les autres.

Un roman surprenant.

 

Éditions Daphnis et Chloé, avril 2016, 238 pages, 18 €

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Pourquoi écrivez-vous, Murielle Renault ?

A qui le tour ?

Murielle Renault : L’écrivain du mercredi-samedi-dimanche

Publicités

2 réflexions sur “Gourou(e), Murielle Renault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s